Dark Wizardry

Harry Potter RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une étincelle dans les ténèbres

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une étincelle dans les ténèbres   Jeu 11 Sep - 13:02

…Shadows.


Londres. Ici aussi il avait neigé, et des flaques grisâtres à demi fondues et piétinées traînaient dans les caniveaux sales et le long des murs noircis. L’asphalte mouillé reflétait la lueur glauque des réverbères qui trouaient la nuit, et les grilles de fer du petit parc renvoyaient un éclat trouble.

Clac !

Sur le trottoir venait d’apparaître une silhouette difforme, accroupie et enveloppée d’une cape bientôt hors d’usage. La forme humaine se releva, lâchant le cou de l’énorme chien noir qu’elle avait tenu jusque là, et regarda vivement autour d’elle, tenant une mince baguette très bas dans sa main droite.
Entre les numéros 11 et 13 de la rue, des murs de pierre semblaient jaillir du sol et repousser les fenêtres de l’immeuble, jusqu’à former un hôtel particulier d’un style antique et sombre. L’homme debout devant les lourdes portes de bois sculptées se figea soudain, les yeux fixés sur le bout de la rue où une silhouette vêtue de noir venait d’apparaître. A cette distance, il était difficile de déterminer si c’était un moldu ou un sorcier, mais la stupeur de l’homme fut de courte durée. Sans bouger d’un pouce, il murmura à toute vitesse à l’adresse du chien hirsute, d’un ton qui restait pourtant calme.

- J’espère que cette maison n’est pas gardée par trop de sortilèges, Sirius, parce qu’il va falloir se dépêcher de rentrer là…

Il recula pas à pas jusqu’à toucher la porte, sans quitter des yeux la silhouette qui venait tranquillement vers eux, et posa la main sur la poignée d’argent terni. Croisant une dernière fois le regard du chien en quête d’un assentiment, il compta mentalement jusqu’à trois et ouvrit la porte. Le panneau de bois bascula avec un miaulement sinistre, et les deux voyageurs disparurent aussitôt à l’intérieur en claquant la porte derrière eux. Du dehors, l’étrange demeure s’était du reste déjà effacée…

Falling in the dark…


Le noir était absolu, et le silence tout aussi opaque. Dans ces ténèbres oppressantes, Remus respirait faiblement, n’osant pas faire un geste de plus, de peur de déclencher un quelconque mécanisme… on ne savait jamais, avec ces vieilles bâtisses sorcières. Les secondes s’égrenaient, aussi longues que des heures d’épouvante… un frisson imperceptible courait sur sa peau moite, faisant dresser ses cheveux dans sa nuque. Comme pris dans un charme subtil, les yeux écarquillés sur le néant, le loup-garou ne bougeait plus d’une ligne.

* Etrange… *

Avec un frémissement d’horreur, il s’aperçut que ses sensations n’étaient pas seulement le produit de son imagination trop fertile, ni même de sa sensibilité exacerbée. Saisi par le contraste entre la luminosité glauque de la rue et la totale obscurité de l’intérieur, il s’était sans s’en rendre compte laissé prendre au piège de la maison… pour ce qu’il en savait, il était probablement victime d’une forme ancienne de magie noire, aussi puissante qu’imperceptible, qui s’insinuait en quiconque passait la porte sans être averti.
Il ferma les yeux, acceptant ses propres ténèbres pour s’affranchir de celles que le sort lui imposait, et essaya de briser son engourdissement. Il avait l’impression de lutter non pas contre des liens invisibles, mais plutôt contre sa propre volonté qui lui échappait, sa raison prenant la fuite devant l’épouvante sans nom qui imprégnait à présent chacune de ses fibres. Remus n’avait pas peur du noir, mais ne pas savoir ce qui lui arrivait pouvait l’impressionner plus que bien des blessures.
Ses traits se crispèrent à mesure qu’une panique sourde le gagnait et le prenait à la gorge, sans qu’il puisse la maîtriser ni même en comprendre clairement la cause.


* Non… Sirius, aide-moi… *

Il se rendait compte qu’il ne s’en sortirait pas, seul face à cette angoisse aussi étrange qu’incoercible.
Le sang commençait à battre à ses tempes...

Please… hear me…
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Black

avatar

Nombre de messages : 13
Localisation : Caché pour ne pas se faire attraper *veut pas retourner à Azkaban*
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Une étincelle dans les ténèbres   Ven 3 Oct - 20:00

Le manteau blanc qu’ils avaient quitté avait apparemment laissé une de ses empreintes ici aussi. Quelques résidus de neige quelque peu passée étaient disposés de ci de là, prenant des couleurs quelque peu sales et verglacées à quelques endroits fréquentés par les travailleurs et autres personnes parcourant les rues froides de Londres dans la journée qui était en train de prendre fin. Le soleil avait laissé place à la lueur jaunâtre des lampadaires, et à l'obscurité quelque peu morne de cette nuit.

Remus venait de les faire transplaner de Pré-au-Lard à l'un des trottoirs humides de l'une de ces nombreuses rues de Londres. Que de souvenirs revinrent en la mémoire du gros chien noir, présumé Sirius, et pas des souvenirs les plus joyeux de son ancienne vie. Remus venait de lui lâcher le cou et de se relevait, laissant le chien noir voir des lieux qu'il n'avait vus depuis longtemps. 12 Square Grimmaurd, une maison de sorciers située entre le 11 et le 13 de la même rue. Au fur et à mesure, la vielle baraque se modélisait pierre par pierre devant eux, séparant les deux autres bâtisses par des murs anciens et sombres, rongés par les années passées en ce lieu. Remus s'avança vers la porte, tout aussi ancienne, de bois de l'ex-demeure de Sirius, maison de famille de la Noble et très Ancienne Maison des Black. Sirius le suivit en silence, pas très enthousiaste à l’idée de revoir le lieu d'enfance de tous ses tourments. Il n'y avait pas remis les pieds depuis qu'il l'avait quittée l'été de ses 16 ans, coupant court à toute relation avec sa famille. Il en avait bien entendu hérité à la mort de sa mère, mais compte tenu du lieu où il se trouvait à ce moment là il n'aurait pas pu, même s’il l'avait désiré, y retourner ou y résider. La maison avait du rester inhabitée depuis le décès de l'ancienne propriétaire et devait donc être sacrément habitée par la vermine et autres joyeuses bestioles. Son ami d'enfance se figea devant la porte, fixant une silhouette toute de noir vêtue ayant surgi, comme eux de nulle part, au bout de la sombre rue où ils se trouvaient. Remus murmura à toute vitesse, d'un ton calme, en direction du chien :


- J’espère que cette maison n’est pas gardée par trop de sortilèges, Sirius, parce qu’il va falloir se dépêcher de rentrer là…

Si Sirius avait pu parler à ce moment là il aurait sorti un truc du genre : "Justement à ce sujet tu dois connaître le nombre de sortilèges de système de sécurité connus dans le monde de la sorcellerie, ben mon paternel a doté la maison de tous ces sortilèges. Donc il faut être très prudent et surtout ne pas...". Et là il aurait était coupé en plein milieu de sa phrase par Remus qui venait tout juste d'ouvrir la porte, qui venait d'émettre un grincement à faire fuir tout animal, se ruant presque dans la demeure. Sirius suivit son ami prenant bien garde de ne pas déclencher le moindre sortilège par un mouvement trop brusque. La porte claqua derrière lui, refermée par son ami sans la moindre délicatesse.

Le chien commença à laisser place à un homme d'assez grande taille, au teint cireux, aux longs cheveux crasseux et noirs. Sirius commença à examiner l'entrée de la demeure, ses yeux s'habituant à la pénombre. D'un silence pesant, il put constater que rien n'avait changé depuis son départ, mis à part la poussière et les bestioles rampantes qui avaient pu élire refuge en ce lieu. Ce vieux hall d'entrée était aussi grand que dans ses souvenirs, toujours recouvert de ce vieux papier peint, maintenant à moitié décollé, de ces vieux tapis autrefois sombres mais pas aussi usés par les années écoulées sans entretien, son lustre pendant du plafond, en forme de serpent et recouvert par d’innombrables toiles d'araignées, ses lampes à gaz tout aussi poussiéreuses et ses candélabres assortis au lustre, et pas que par leur façon d'être ornés ou la matière dans laquelle ils avaient été forgés. Sirius tourna la tête vers l'escalier ou l'on pouvait voir de nombreux portraits noircis comprenant un grand tableau recouvert d'un tissu, autrefois un rideau, maintenant à moitié rongé par les mites cachant le portrait de l'ancienne Mrs Black. Sirius la reconnut par ses horribles cris, très vite suivis par les gueulantes des autres portraits.


- Oh c'est bon pas la peine de hurler comme ça, grogna Sirius à sa mère.

Ce qui au final eut comme seul effet de la faire redoubler de cris et d'injures à son attention. Sirius en avait déjà marre de cette baraque et de cette vieille folle.


- Décidément tu n'as pas changé, toujours à traîner avec ce hideux loup-garou d'ami. Quelle honte pour notre très noble et ancienne famille que de t'avoir eu comme héritier de sa fortune...

Sirius la laissa vaquer à sa beuglante, se détournant d'elle et cherchant à l'ignorer, pas facile si l'on peut dire.

- Et après c'est moi et James qui fonçons tête baissée dans n'importe quoi. Joli, Moony ! Si tu n'as pas déclenché le moindre sort de protection de mon aïeul, ça relève du miracle. En tout cas tu peux être fier d'avoir dérangé l'autre folle, bien fait pour elle, et malheur pour nos oreilles pendant un bon moment.

Sirius détourna les yeux vers son ami qui semblait ne pas l'avoir entendu. Remus était là, scrutant l'obscurité le souffle court, frissonnant, les yeux sortant presque de leurs orbites tellement il les ouvrait, semblant chercher un repère. Sirius fronça les sourcils. Apparemment le loup-garou avait bien déclenché l'un des sortilèges de protection de la maison. Sirius fit des allées et venues avec sa main devant les yeux de Remus sans que celui-ci ne bronche d'un poil, claqua des doigts près de son oreille droite. Pas la moindre réaction comme si celui-ci venait d'être privé de ses sens. Sirius comprit que son ami était victime d'un des sorts de magie noire de perte des sens posé par son père. Sirius tourna les yeux vers le plafond de la pièce, comme si une présence se trouvait entre lui et le bois.

- Il accompagne un Black sale bicoque, pas besoin d'activer les foutus pièges de mon paternel, gronda Sirius.

Comme si la maison l'avait écouté, un souffle suivi d'un grincement général, comme si le lieu venait de bouger, firent leur route comme cherchant à sortir par la porte fermée. Sirius se retourna vers son ami qui peu à peu cessait ses frissons de peur constants. Le loup-garou sembla revenir à la réalité, encore un peu sous le contrecoup du sortilège. Sirius souffla, désespéré sous les hurlements de sa mère qui lui reprochait de ne pas avoir laissé "cette vermine crever" par les sortilèges posés par son défunt mari sur la bâtisse.


- Ferme-la un peu la vieille, tu me casses les oreilles, cria encore plus fort Sirius après le tableau.

Il reporta son attention sur son ami, avec un air de reproche, ignorant l'air courroucé de sa mère et ses reproches.


- La prochaine fois que tu me reprocheras de foncer tête baissée je te rappellerai ton entrée "fracassante" chez moi Moony, Sirius finit sa phrase sur un ton ironique, son fameux sourire aux lèvres, qui lui fit l'impression d'avoir dix ans de moins tout à coup, sans pour autant effacer les années passées par Azkaban, mais qui le rendait un peu plus "Vivant".

Sirius se retourna en direction du couloir et de ses pièces.


- Bon c'est pas tout mais il va falloir faire du ménage. Y a pas mal de créatures, autres que Kreattur, dans cette baraque à faire dégager. Normalement ça devrait être bon concernant les plus gros sortilèges de protection de la maison, le pire truc à quoi on puisse avoir affaire maintenant c'est la poussière et le rangement, Sirius souffla désespéré.

Il allait lui en falloir beaucoup pour mettre de côté sa grosse flemme du rangement ; lui qui avait plutôt tendance à mettre du bazar qu'à le ranger, il était mal barré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une étincelle dans les ténèbres   Mar 7 Oct - 10:34

Noir complet, silence total. Et les battements sourds de son cœur, de plus en plus violents, de plus en plus affolés, qui commençaient à lui donner la nausée…

Soudain, ce fut comme si on avait rebranché l’image et le son. Remus sentit avec délices ses sensations revenir comme une vague tiède, et se félicita pour une fois d’avoir des sens anormalement aiguisés… même si la première chose qu’il entendit fut un hurlement strident assez proche du cri de la harpie.


- Ignoble traître, tu aurais dû laisser cette vermine crever, cet immonde hybride qui n’aurait même pas du avoir le droit de naître, sale fils indigne, comment oses-tu revenir souiller cette demeure…

Mais la première chose qu’il vit retint bien plus son attention : l’air mi-furieux, mi-amusé de Sirius qui se tournait vers lui en essayant de couvrir les cris du portrait déchaîné.

- La prochaine fois que tu me reprocheras de foncer tête baissée je te rappellerai ton entrée "fracassante" chez moi Moony.

- Je…

Encore secoué, la tête de Remus devait valoir le coup d’œil, à mi-chemin entre la désolation et l’ahurissement. La réaction de Sirius était prévisible pourtant, étant donné la façon dont il les avait jetés sciemment en terrain inconnu, une des pires erreurs d’Auror débutant. Mais il avait du choisir entre la peste et le choléra, et choisir vite. Reprenant contenance, il se passa rapidement les mains sur le visage et sur les bras, avant de se tourner vers son ami, ayant repris son sérieux mais toujours sur la défensive.

- Tu préférais peut-être rester discuter avec ce charmant inconnu qui venait gentiment nous accueillir ? A titre personnel, j’ai préféré lui épargner le mot de bienvenue de ta mère…

Il sourit fugacement avec un brin d’ironie, et empoigna des deux mains les rideaux mités pour les refermer de force sur l’affreux portrait qui n’avait pas l’air de tomber à court d’insultes. Quand il se retourna à nouveau vers Sirius, il ne souriait plus mais l’éclat de crainte qui brillait encore dans ses yeux un instant auparavant avait enfin disparu, laissant place à un soulagement empreint de gratitude.

- …Et merci, aussi.

Une fois le calme revenu, il put enfin détailler son environnement, prenant note du degré de saleté des tentures, des légers bruits de cavalcade dans les étages et de l’odeur âcre des crottes de Doxys qui devaient se trouver quelque part dans le salon. Plus proche, un crissement émanait de la cuisine obscure, par la porte entrouverte.
Remus sortit sa baguette et se rapprocha instinctivement de Sirius qu’il savait désarmé.


- Lumos.

Sur un mouvement circulaire de sa baguette, de petites sphères lumineuses allèrent s’accrocher au lustre et aux candélabres d’argent terni, illuminant le hall d’une clarté laiteuse. Derrière la porte de la cuisine, le crissement s’interrompit, et Remus pointa sa baguette vers l’embrasure sombre. Sa voix baissa de plusieurs tons, jusqu’au murmure râpeux.

- Comme tu dis, y’a du ménage à faire… Si tu connais un sortilège efficace contre les acromantules, dans l’immédiat je suis preneur, parce que…

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase avant qu’une longue patte poilue munie d’une griffe articulée se glisse dans la zone éclairée du hall. C’était exactement ce qu’il attendait pour agir.

- Impedimenta !

La patte se figea, puis se mit à frémir... il n’avait fait que gagner du temps. Il recula d’un pas pour se donner de la marge de manœuvre au cas où il y en aurait d’autres, la baguette toujours pointée vers la porte de la cuisine.

- …Le problème avec ça, c’est qu’elles sont assez insensibles à la magie, alors je crains qu’on ne soit obligés d’y aller au couteau… sauf si tu as une autre idée. En attendant, à l’oreille je dirais qu’il y a un épouvantard ou une goule dans le salon, mais que le premier étage est praticable. Tiens, prends ça, ça vaut pas une baguette mais c’est mieux que rien.

Il désignait un petit poignard dont la poignée métallique dépassait de sa besace. Lentement, il poussa du pied la porte de la cuisine, et se retrouva face à une araignée d’un petit mètre de haut, aux mouvements encore ralentis et saccadés par son sortilège.

* Pas assez rapide ma jolie… Tant pis… *

Esquivant sans mal une paire de pinces acérées, il contourna la bête pour la distraire et donner à Sirius l’occasion de l’achever.

Quelques minutes plus tard, et après plusieurs sorts de nettoyage pour rendre la cuisine fréquentable, Remus était assis sur une chaise de bois sombre, les cheveux plus ébouriffés que jamais et le regard dans le vide.


- Récapitulons : il est minuit passé et nous sommes dans un ancien bastion de magie noire que nous cherchons à rendre habitable, il faut absolument sécuriser le premier étage avant de pouvoir y dormir, tu n’as pas de baguette, nous sommes épuisés autant l’un que l’autre, et pour couronner le tout la pleine lune est après demain soir.

Il soupira et son visage pâle disparut derrière ses mains. Une fois l’adrénaline retombée, la situation lui paraissait inextricable.

* Il faut que je prévienne Dumbledore… lui saura quoi faire… parce que sans lui, nous ne sommes qu’une étincelle… dans les ténèbres... *

Il fit un effort immense pour lever sa baguette une fois de plus, et envoya son patronus trouver le vieux sorcier qui présidait toujours l’Ordre du Phénix. Il était temps pour eux de renaître des cendres.

Son regard errait sans but sur le carrelage froid de la cuisine. Il n’avait plus l’énergie d’aller se débarrasser de l’épouvantard de l’étage, et envisageait sérieusement de dormir sur place, alors en désespoir de cause il croisa le regard gris de Sirius, cherchant un quelconque signe…
Revenir en haut Aller en bas
Sirius Black

avatar

Nombre de messages : 13
Localisation : Caché pour ne pas se faire attraper *veut pas retourner à Azkaban*
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Une étincelle dans les ténèbres   Sam 27 Déc - 19:18

- Tu préférais peut-être rester discuter avec ce charmant inconnu qui venait gentiment nous accueillir ? A titre personnel, j’ai préféré lui épargner le mot de bienvenue de ta mère…

-Ça aurait pu être amusant de lui laisser avoir affaire aux mots d'amour de ma MAMOUNETTE, Sirius insista bien sur ce mot déclenchant ainsi les paroles outragées et outrageuses de la maternelle provoquant de son côté des éclats de rire incontrôlables. De plus on sait même pas qui c'était, reprit Sirius une fois son fou rire calmé.

-...Et merci, aussi.

Sirius ne put s'empêcher de sortir encore une bêtise de son sac.


-Comment as-tu réussi à survivre sans moi, dit-il un sourire espiègle sur les lèvres.

Après le crissement strident qui c'était élevé de la cuisine Remus se rapprocha de Sirius et lança un
"Lumos". Sirius soupira de désespoir à la vue de sa maison en voie de destruction massive, causée par les mites et autres insectes et animaux nuisible. C'était pire que ce que sa vue lui avait dévoilé. Remus se déplaça le plus silencieusement possible, après avoir alerté tous les êtres vivants de la douce et lugubre lumière des lustres, de la porte face à eux.

- Comme tu dis, y’a du ménage à faire… Si tu connais un sortilège efficace contre les acromantules, dans l’immédiat je suis preneur, parce que…

Sirius fit un léger bond de surprise en arrière suite a l'arrivée subite de cette patte velue en plein milieu de la phrase de son compagnon. Remus lança un sort "Impedimenta" sur la chose velue. Celle-ci se mit à frémir, pendant que le loup-garou reculait sa baguette toujours pointée vers le lieu où se trouvait l'être velu.

- …Le problème avec ça, c’est qu’elles sont assez insensibles à la magie, alors je crains qu’on ne soit obligés d’y aller au couteau… sauf si tu as une autre idée. En attendant, à l’oreille je dirais qu’il y a un épouvantard ou une goule dans le salon, mais que le premier étage est praticable. Tiens, prends ça, ça vaut pas une baguette mais c’est mieux que rien.

Sirius attrapa la petite lame métallique que Remus lui avait désigné et suivit son compagnon dans la cuisine dont il avait poussé la porte. Une jolie arachnide d'un bon mètre se dandinait lentement en plein milieu de la cuisine. Remus fit diversion esquivant les attaques de la bête. Sirius regarda sceptique la dague.

*C'est pas avec ça que je vais l'avoir*

Regardant à ses côtés, et constatant que l'un des nombreux candélabres du hall s'y trouvait, il le saisit et transperça, bien comme il faut, le corps de l'arachnide. Il prit une pose décontractée.

-C'est tout de même plus efficace que la dague, dit-il ironiquement. Un peu barbare mais efficace, par contre je t'avertis c'est pas moi qui nettoie ça, ajouta Sirius en montrant l'araignée qui se vidait lentement de son sang (j'ai vérifié ça a du sang une araignée) sur le carrelage de la cuisine.

Sirius constata l'état déplorable de la cuisine et fit une grimace.


-Remus je peux t'assurer que je vais en jeter des choses ici, dit-il.

La cuisine était, en fait, un immense et large sous-sol avec d'épais murs de pierres brutes. Au centre de celle-ci se trouvait une longue table entourée de nombreuses chaises poussiéreuses et quelque peu mangées par les mites. Sur l'un des pans des quatre murs se trouvait une cheminée, tout aussi poussiéreuse et emplie de toiles d'araignée.


-Je crois que je sais où elle a pu faire son nid cette saloperie,
grommela Sirius en penchant la tête au ras du sol pour essayer de voir l'intérieur du conduit de la cheminée. On va s'amuser avec celle là, on peut même pas allumer un feu au risque de faire tomber toute la suie dans la cuisine, constata-t-il. Remarque ça changera pas grand chose à l'état de cette pièce, continua-t-il plus pour lui même.

Se levant, Sirius longea le grand buffet miteux et poussiéreux, dont les assiettes et autres ustensiles de cuisine étaient recouverts de toiles d'araignées.

- Celles-là au moins elle sont de plus petit gabarit. Évite d'ouvrir ce placard Moony, c'est le garde-manger, dit-il laissant son ami imaginer l'ignoble odeur que pouvaient dégager de nombreux ingrédients de cuisine en état de décomposition avancée de plus de dix ans.

Continuant sa traversée de la pièce, Sirius atteignit un placard dont il ouvrit la porte.

-Tu es encore vivant toi ?! dit-il surpris.

Un elfe de maison sortit du placard et se dressa devant son maître. Comme tous les elfes de maison, il était habillé de haillons, avait de grandes oreilles et un long nez. Sirius se souvenait bien de lui et ne l'appréciait pas du tout. Cette être avait servi pendant de longues années loyalement Walburga, lui étant totalement dévoué.

-Je constate que tu n'as pas servi à grand chose depuis tout ce temps vu l'état déplorable de cette vieille bicoque.


Quelque temps plus tard, après que Remus ait fait le plus gros du ménage dans cette pièce, et que Sirius ait cherché désespérément à jeter tout ce qu'il désirait sous les cris et grommellements de Kreattur, qui rapportait une grande partie des objets dans son placard. Remus entreprit de parler sous les cris de Kreattur et les réponses tout aussi bruyantes de Sirius, qui continuaient à se disputer les objets de la famille Black qui trônaient dans cette pièce.

- Récapitulons : il est minuit passé et nous sommes dans un ancien bastion de magie noire que nous cherchons à rendre habitable, il faut absolument sécuriser le premier étage avant de pouvoir y dormir, tu n’as pas de baguette, nous sommes épuisés autant l’un que l’autre, et pour couronner le tout la pleine lune est après demain soir.

Sirius lâcha un des objets sur lequel il tirait, avec Kreattur, faisant faire de nombreuse roulades à l'elfe qui finit sa course dans le tas d'objets de son placard.
Sirius s'approcha de son ami qui venait de lancer un sort de patronus. Remus laissa son regard épuisé vagabonder sur le carrelage avant de reporter son attention sur son ami, croisant ainsi son regard d'acier.


-Si ça peut te rassurer la goule n'étant pas au premier étage et vu la solidité des portes des chambres nous devrions pouvoir en trouver une en pas trop piteux état, dit Sirius en désespoir de cause et ne sachant pas quoi répondre au regard désespéré et fatigué de celui-ci. Je ne pense pas que tu dormirais comme il faut sur cette chaise miteuse. Il aurait sûrement mieux valu commencer par rendre le salon vivable on aurait toujours pu dormir sur le canapé et le fauteuil.

Sirius se releva de la chaise où il avait élu refuge auprès de Remus et lui tendit la main pour l'aider à se relever. Il emprunta l'escalier de la cuisine qui menait au premier, faisant bien attention de ne pas poser son pied sur la onzième marche.

-Fais attention à cette marche elle part toujours en vrille, dit Sirius en montrant la marche en question.

Les tapisseries de l'escalier étaient toutes aussi miteuses que celles de l'entrée laissant par moment les murs à nu, dont les vieilles pierres commençaient à sentir le moisi ou plutôt sentaient la moisissure.
Arrivé en haut Sirius prit tout de suite à gauche dans le couloir. Celui-ci était recouvert de la même tapisserie que le hall , des candélabres étaient disposés dans le couloir. Sur le sol on pouvait voir un tapis, autrefois magnifique, tout poussiéreux, ainsi que nombreuses sécrétions prouvant que de petits animaux s'étaient promenés par ici, laissant sur leur passage, parfois, un petit cadeau fort déplaisant pour les personnes qui cherchaient à nettoyer le lieu. Sirius tourna la tête vers son ami pour vérifier que celui-ci était toujours derrière lui. Il ressentit une douleur à l'arrière du crâne, comme si quelqu'un venait de lui lancer un caillou. Il n'était pas loin, quand il se retourna vers la provenance de ce qui avait causé son mal, il put esquiver de justesse un boulon qui disparut derrière son épaule. Face à lui se trouvait une ancienne pendule qui semblait chercher à le chasser lui et Remus de l'endroit où elle se trouvait, à coup de boulons, de rouages et de ressorts. Ceux-ci pleuvaient sur les deux pauvres amis qui ne pouvaient pas tous les éviter.

-Saleté d'horloge encore une idée de la folle,
grommela Sirius très peu content de cette accueil un peu douloureux. Remus entre dans la pièce à ta droite c'est une des chambres au moins on sera à l'abri de cette pendule détraquée.

Une fois son ami entré dans la pièce indiquée, Sirius s'y glissa et referma la porte derrière lui, non sans recevoir un dernier rouage sur une de ses mains cireuses. Il ne leur fallut pas plus de cinq secondes avant de ne plus entendre le bruit des obus propulsés par l'ancien objet de bois. Sirius s'éloigna de la porte et se tourna vers son ami.

-Bon c'est pas le luxe et un peu poussiéreux mais ça devrait aller pour cette nuit. Je ne te souhaite pas une bonne nuit car je doute que cette nuit sois bonne dans une telle baraque. Je vais tenter de rallier la pièce d'à coté sans me prendre trop de missiles rouillés, dit-il ironiquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une étincelle dans les ténèbres   Ven 27 Fév - 19:13

Une main pâle qui se tendait vers lui... Il la saisit et se retrouva sur ses pieds.

* Il a raison... dormir me ferait du bien. *

Un peu dans ses pensées, Remus suivit l'autre homme le long du hall sombre puis dans un escalier de bois noir. Une phrase le retint de poser le pied sur la onzième marche, qu'il sauta avec nonchalance.
Le couloir du premier étage était encore bien plus sale que ce qu'il aurait cru. La poussière se soulevait en petits nuages grisâtres sous leurs pas étouffés par l'épais tapis. Sirius se retourna pour lui parler, mais avant de pouvoir esquisser un geste...

- Att...!

Trop tard. Le petit objet venait de l'atteindre à la tête. C'était un... boulon ? Et il n'était pas seul apparemment. Depuis l'ombre du mur de pierre, une antique pendule décorée de boiseries les mitraillait de rouages métalliques et autres joyeusetés.

- Saleté d'horloge encore une idée de la folle. Remus entre dans la pièce à ta droite c'est une des chambres au moins on sera à l'abri de cette pendule détraquée.

Esquivant de justesse un gros engrenage qui arrivait droit sur son épaule gauche, Remus poussa la porte indiquée, qui s'ouvrit sur une pièce très sombre. Remus y voyait assez bien mais il savait que ce ne serait pas le cas de son ami. Un instant plus tard, il avait allumé une grosse lampe à pétrole posée sur une table de chevet, et Sirius l'avait rejoint dans ce qui semblait être une chambre d'amis.

- Bon c'est pas le luxe et un peu poussiéreux mais ça devrait aller pour cette nuit. Je ne te souhaite pas une bonne nuit car je doute que cette nuit sois bonne dans une telle baraque. Je vais tenter de rallier la pièce d'à coté sans me prendre trop de missiles rouillés.

Remus haussa les épaules avec un petit sourire. Pouvoir dormir dans un lit sous un toit relativement sûr était déjà un luxe qui pourrait bien se faire rare.

- Merci. Dors si tu peux, on en aura besoin...

Il tendit la main et baissa un peu la flamme de la lampe, creusant les cernes sur son visage éclairé par en-dessous. Les ombres noyèrent les murs d'encre noire. Son léger sourire jouant toujours sur ses lèvres, il regarda Sirius refermer la porte derrière lui.
Il fit un tour complet sur lui-même, scrutant les ténèbres qui se refermaient sur lui. Dans le couloir, quelques pièces d'horlogerie vinrent encore frapper la pierre des murs et résonner sur la lourde porte de la chambre. Remus arracha le couvre-lit poussiéreux et s'assit sur le lit.


* Etrange nuit... *

Des fantômes qu'on avait voulu enterrer qui revenaient vous tendre la main, des lieux oubliés dans les limbes d'une ancienne haine qu'on parcourait à nouveau les yeux ouverts. L'amitié qui surgissait du désespoir...

Remus soupira. Il se leva, se déshabilla en gestes las et se glissa dans les draps qui dégageaient une faible senteur de fleurs fanées depuis bien longtemps.
Il écouta. Le chuintement léger de la lampe qui continuait de brpuler régulièrement. Le craquement épisodique de la charpente. Plus difficile à saisir... la respiration régulière qui s'élevait dans la pièce voisine... Sirius.

Il tendit la main et diminua progressivement la flamme de la lampe, jusqu'à l'extinction.
Noir.
Rien de plus que le silence murmurant de la vielle bâtisse. Rien d'inquiétant. Il s'enroula dans les couvertures et ferma les yeux, se laissant enfin aller au sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Albus Dumbledore
Directeur
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Dans son bureau en train de somnoler ou quelque part en train de sauver le monde !
Date d'inscription : 29/07/2008

MessageSujet: Re: Une étincelle dans les ténèbres   Mar 14 Avr - 10:39

A peine de retour de sa retraite loin du monde magique, et Albus Dumbledore recevait des hibous de toute part pour lui souhaiter bon retour, mais surtout pour lui soumettre une montagne de questions diverses qui n'avaient pas trouvé réponse pendant son absence.

Albus triait de part et d'autre, du bout de sa baguette en trois tas distincts de paperasses : urgent - très urgent - peu urgent.

Il n'aurait jamais dû revenir ! Comment feraient-ils tous lorsqu'il aurait définitivement quitté cette contrée pour retrouver Merlin..? Il faudrait bien qu'ils s'arrangent sans lui !

Dumbledore soupira et bascula en arrière contre le dossier de son siège. Il attrapa un bonbon au citron et se mit à suçoter tranquillement la friandise, alors qu'il sentait ses yeux se fermer tout seuls derrière ses lunettes en demie-lune. Il était probablement temps de faire une sieste.


Dernière édition par Albus Dumbledore le Jeu 7 Mai - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albus Dumbledore
Directeur
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Dans son bureau en train de somnoler ou quelque part en train de sauver le monde !
Date d'inscription : 29/07/2008

MessageSujet: Re: Une étincelle dans les ténèbres   Jeu 7 Mai - 23:00

Sa sieste fut de courte durée, car tout à coup, il lui sembla entendre une sorte de grattement à la seule fenêtre de son bureau. Il se leva et approcha, remontant ses lunettes en demie-lune en face de ses yeux : aussi étrange que cela puisse paraître, il aperçut une forme qu'il connaissait mais qui n'avait vraiment rien à faire là... Un immense loup argenté le regardait de ses yeux perçants de brûmes vaporeuses...

C'était un Patronus. Et pas n'importe lequel... C'était le Patronus d'un certain loup-garou.


- Rémus...?

Albus ne savait pas ce qu'il se passait. il n'était sûr que d'une chose, si ce Patronus avait été formé, ce n'était pourtant pas pour combattre un Détraqueur...Non, c'était un signal...Un appel au secours...de Rémus Lupin !!!!

Albus fit voler vers lui sa cape du bout de sa baguette et fit apparaître son balais. D'un coup de baguette, il ouvrit l'unique fenêtre et s'avança, hésitant un bref instant. Décidément, ce n'était plus de son âge...

Mais il n'était pas temps de réfléchir : il enfourcha son balais et se jeta dans le vide, reprenant gracieusement le contrôle de sa course, il se stabilisa au niveau du Patronus et cria d'une voix forte :


- Maintenant, Patronus, remplis ta mission ! Conduis-moi auprès de ton maître, où qu'il soit !!!!

C'est alors que le Patronus s'en retourna à vive allure, Albus Dumbledore sur ses talons... Où allaient-ils donc ? Le directeur de Poudlard aurait tout son temps pour essayer de le deviner durant le trajet...

HJ/ Prochain message dans le topic "Nettoyage de la maison des Black"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une étincelle dans les ténèbres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une étincelle dans les ténèbres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Wizardry :: Grande-Bretagne :: Middlesex :: Londres :: 12 Square Grimmauld-
Sauter vers: