Dark Wizardry

Harry Potter RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 | Tôt le matin |

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Alderik
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Jeu 28 Sep - 13:08

Alderik toucha le sol avec violence... Isidore semblait le préferer à sa proie...

Entravé par les chaînes, Alderik n'en arborait pas moins un sourire désarmant... C'était plutôt agréable, tout ça...

L'immobilis ne servit pas à grand chose car il était déjà incapable de faire le moindre mouvement;....ou presque...il sourit...les gens de Poudlard semblait manquer d'habitude au combat...car il tenait toujours sa baguette....erreur grossière de son assaillant...

Mais il le laissa faire...il était bien trop curieux de la situation, pour une fois qu'il rencontrait une personne semblant un tant soit peu intéressante...et il ne fut pas déçu...

Isidore s'approcha de son visage et lui entailla la joue... Alderik se mordit les lèvre pour ne pas gémir...

Dieu ce que cette situation l'excitait....

Isidore rapprochait ses lèvres des siennes...puis il sentit sa langue sur sa joue....c'était divin...

Mais le brun parla de le pendre...


*....Me pendre...?????...*

Alderik était outré....

*....De Lautréa, tu ne me tueras pas avant que j'ai goûté à toi !!!!!!!....*

Alors qu'Isidore invoquait levicorpus, Alderik rassembla sa concentration et, ayant toujours sa baguette à la main, il lança en pensée :

*....finite incantatem...!!!!!!...*

Les liens invisibles le quittèrent et il retrouva toute sa mobilité...

Alors il fanfaronna :


- Changement des règles du jeu, Comte de Lautréamont ...

Il sourit :

- Je suis un tricheur...

As-tu entendu parlé des sortilèges informulés ...? seuls les sorciers confirmés parviennent à les invoquer...


Il fit un pas rapidement vers Isidore et pensa :

*...Stupéfix...*

Il rattrapa le jeune homme stupéfixé, qui se trouvait sur le point de tomber, dans ses bras...

- Tu es une jolie princesse, De Lautréa...

puis d'ajouter :

- Règle numéro 1 : ne jamais laisser sa baguette à son ennemi...

Il se saisit de la baguette d'Isidore et la brisa et riant...

- Règle numéro 2 : utiliser des sortilèges informulés, plus difficile à contrer...

Règle numéro 3 : ne jamais sous-estimer l'adversaire..


Il tenait toujours Isidore dans ses bras, de plus en plus étroitement...

- Je suis Alderik Parker, cher Comte...je devrais dire...Alderik Parker Jedusor...si ça te dis quelque chose....le sang de Voldemort court dans mes veines...

Il passa ses doigts entre ses cheveux noirs et à l'évocation de son frère, l'excitation le submergea...
Il approcha son visage de celui si attirant de De Lautréa et contre toute attente, il murmura :


- Finite incantatem....

Alderik resta à quelques millimètres du visage du brun qui venait de retrouver l'usage de son corps...
Revenir en haut Aller en bas
Isidore
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Ven 29 Sep - 20:50

* Te pendre… oui, te pendre… et voir ton corps enchaîné se débattre comme celui d’un ver de terre pris au piège… tester ta résistance face à la mort, voir tes yeux s’exorbiter… ta bouche s’ouvrir dans un appel muet, dans un cri sans timbre, en quête d’un souffle de vie qui ne te pénètrera plus…

Puis, pris d’un élan soudain de générosité, soulever ton corps, pour que tu te reprennes, pour que tu t’accroches à ce fil d’air qui déjà envahit tes poumons…

… surtout ne rien bousculer à cette étreinte… ne pas précipiter ta chute… t’offrir quelques secondes de plus… juste le temps qu’il faut pour anéantir l’espoir qui venait de renaître en toi…*

Isidore s’en délectait déjà… mais, au lieu de cela, les chaînes qui enserraient Alderik disparurent. En plus, il le toisait de son sourire le plus provoquant !! Il n’en ressentit qu’une plus forte frustration… et un profond désir de faire de son mieux…

Aux sourires d’Alderik, il répondit par un signe de tête engageant qui reconnaissait l’intérêt qu’apportaient à la partie les nouvelles donnes de son adversaire.

Et ses fanfaronnades !… qu’il était charmant !! A tel point qu’il ne put retenir un rire éloquant.


Parker ! Je dois reconnaître que tu m’amuses bien pour l’instant m…

A sa grande surprise, il ne pouvait plus faire un seul geste.

* Je vois… je crois bien que c’est à mon tour d’être passif entre tes mains… *

* Une jolie princesse ? Tiens donc… pourtant tu n’as encore rien vu ! *

Lorsqu’il vit Aderik briser sa belle baguette sans aucune considération, il ne put contenir son agacement… et l’envie de rire se dissipa.

Il enragea.

Quand à sa suite de règles stupides, il avait envie de les lui cracher au visage.


- Finite incantatem....

* Ah oui ?... Vraiment ?... *

Isidore attrapa Aderik par le cou et l’embrassa à pleine bouche, longuement, tandis que son autre main se glissait dans sa poche intérieure.

Mon cher Alderik… tu as oublié un règle… une règle vitale… c’est de ne jamais omettre une des armes de son adversaire !

Sa main libre sortit de sa poche et, à vive allure, il lui enfonça sa dague dans le ventre.

Il en ferma les yeux de plaisir… comme c’était tendre… comme la lame était entrée docilement… comme le sang tiède se répandait déjà, lui coulant entre les doigts…

Sans rompre le charme de leur échange de regards, il lui adressa son sourire le plus charmeur.


Mais ne t’inquiète pas, Al... la mauvaise herbe ne meurt pas si vite… et puis pour l’instant, je n’ai pas touché tes organes vitaux… ce serait dommage d’en finir si vite, non ?… Nous venons à peine de nous rencontrer…

Il le repoussa et la dague ressortit aussi suavement qu’elle l’avait pénétré. Il en frissonna.

Vraiment, Al ? Tu es un tricheur ?... C’est dommage, je n’aime pas les tricheurs… Mais je te laisse le choix… Ne veux-tu pas que nous nous battions à armes égales… toi et moi ?

Il libéra un rire enjoué qui s’engouffra dans la forêt déserte. C’est qu’il se sentait soudainement si bien !
Revenir en haut Aller en bas
Alderik
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Ven 29 Sep - 21:33

Alderik se sentit agrippé par le cou et Isidore lui prodigua un baiser qu'il reçut comme le meilleur des elixirs...

*.....De Lautréa, petite s********....*

C'était bon...trop sans doute...il sentit le poignard s'effoncer en lui et brisa l'étreinte..

- Ouchh..

Leur regard ne se lachèrent pourtant pas...et la surprise passée, Alderik passa sa main sur la blessure qui débordait de sang et la garda crispée à l'endroit douloureux...

- Ce baiser valait bien un coup de poignard, petite peste...Et j'en recevrais encore plusieurs comme celui là pour avoir la suite de celui que tu m'as offert...

Alderik sourit douloureusement... Une chose était sûre, il ne voulait pas finir cette agréable rencontre sans en avoir profité à fond...
Alors que le brun le toisait en souriant, Alderik tomba à genou, la main toujours crispée sur la plaie...Il contempla Cho toujours morte de peur et lui sourit...


- Tu vois, je te protège, je suis en train de payer de ma personne pour toi....

Il éclata de rire et braqua sa baquette sur la plaie :

- EPISKEY !!!!!!!!!!!!!!

La plaie béante se referma et Alderik se remit sur pieds...et s'approcha de Cho...

- Tu pourrais être gentille avec moi, tu as vu comme ce salaud a profité de mon corps alors que je faisais rempart pour te défendre...

Il eut un petit rire et sortit une cigarette qu'il alluma...

Tout à coup, il plaqua son corps sur Cho et passa sa main dans ses longs cheveux noirs et brillants, lui volant un baiser...


- Voilà...comme ça, on m'en a volé un...et j'en ai volé un...on est quite, maintenant...

Il resta quelques secondes contre elle, le temps de s'enivrer de sa douce odeur de jeune fille...puis il s'en détacha en riant et murmura :

- Il va falloir choisir ton camp, ma belle....le mien, de préférence...sinon je te tue.

Il se détourna d'elle et toisa Isidore :

- Tu es capable de bons moments, De Lautréa..mais il va falloir m'en donner plus...bien plus....
Revenir en haut Aller en bas
Cho Chan
Invité



MessageSujet: Tot le matin   Sam 30 Sep - 9:43

HJ : Bon je ne suis pas là du WE, amusez-vous bien Rolling Eyes ^^

Cho qui était resté immobile jusqu'a présent, les yeux fermés et le visage dont un partie ensanglanté, paraissait comme évanouie. Son corps inanimé, sans vie, gisait sur le sol... Mais la raison ne l'avait pas abandoné, non, pas maintenant ni dans une situation comme celle-là. Soudain, Alderick lui parla. Tout était lointaint mais elle reprennait conscience de plus en plus, elle se sentait revivre et la douleur sur sa joue s’amplifiait… Lorsqu’Alderic se plaqua contre elle, ses yeux souvrirent doucement et elle restait immobile, tremblante de peur, elle fixait son regard noir qui la pétrifiait. Lorsqu’il lui vola un baiser, elle faillit éclater en sanglots, mais non, elle était plus forte que cela, elle ne devait pas craquer ainsi. Alors, lorsqu’il reporta son attention sur Isidore, Cho sortit d'un geste lent et si discret qui était inscouçonable sa fine baguette. Après avoir attendu quelques secondes allongée, elle se leva aussi rapidement qu'elle le pu et cria en dirigeant sa baguette sur De Lautréa qui tenait le couteau sensé vers souffrir Alderick...

- Expelliarmus !

Elle hurla cela d'une voix forte et rapidement, son couteau vola à l'autre bout de la forêt. Pourquoi avait-elle fait cela ? Surtout qu’Alderick voulait lui aussi lui faire du mal… Choisis son camp ? Jamais. Elle n’obéissait qu’a elle-même et comptait bien faire tout pour sortir d’ici seule. Elle se leva brusquement, ses forces lui étaient quelques peu revenues. Alors, sans perdre une minute, un mot lui brula les lèvres… « Endoloris » Pourtait-elle dire une chose pareille sans s’en vouloir à vie par la suite ? Qui sait, peut être serait-elle assez volontaire pour oser prononcer ce mot… Et, de plus, elle se défendait, tout simplement… Alors, sans perdre une minute, ne voulant pas laisser cette flamme de courage s’éteindre trop vite, elle cria de nouveau en direction des deux hommes...

- Endoloris !

Elle avait dit cela d’une voix forte, claire mais… rien ne se passa. Pourquoi ? Ce que Cho ne savait pas, c’était qu’il fallait vraiment souhaiter faire un horrible mal à ses adversaires pour que le sortilège fonctionne. Malheureusement… Cho n’était pas encore arrivée à ce point-là. Alors, elle perdit tout ces moyens, peut être par pout longtemps, mais elle se sentit mal… Elle reculait des quelques pas…
Revenir en haut Aller en bas
Isidore
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Mer 4 Oct - 11:13

Alderik souriait, c’est incroyable comme il souriait, tout ensanglanté qu’il était… Du coup, Isidore se sentait d’humeur réjouie.

Il observa silencieusement tout le manège de son adversaire autour de la proie, et en fut profondément amusé.


Alderik… Que ne ferais-tu pas pour être aimé et admiré des jeunes filles !

Alors celui-ci se retourna et lui dit qu’il allait devoir lui en donner beaucoup plus.

Mais vos désirs sont des odres, Parker !

Mais souviens-toi, on n’a jamais rien sans rien ! Tu ne crois quand même pas que je vais m’exténuer pour te plaire, si toi-même ne me fournis pas un peu d’excitant…

A ce moment là, la chose tétanisée près de l’arbre au pendu se réveilla.

-"Expelliarmus !"

La dague d’Isidore fut projetée dans les airs. Il ne fit pas un mouvement, c’est à peine si son sourire ineffable s’altéra. Il jeta un coup d’œil à Alderik qui lui-même n’avait bougé.

Il se fit un grand silence dans la forêt, comme si le temps s’était arrêté. Cho semblait dans une profonde lutte intérieure.


- "Endoloris !"

Pointant sa baguette dans le vide, pile au milieu de ses deux bourreaux, Cho lançait un sort, cramoisie, dont elle ne connaissait certainement même pas les véritables effets.

Une boule se forma dans la gorge d’Isidore, et lorsqu’elle fut bien mûre, un rire tonitruant éclata, emportant avec lui une envolée d’oiseaux lointains.

Il s’avança vers Al, qui se trouvait devant Cho.


Excuse-moi Parker…, lui dit-il en lui signalant d’un geste qu’il souhaitait passer. Al s’écarta.

Il fit face à Cho. Il lui prit le menton délicatement et lui souleva doucement le visage. Il la regarda quelques instants d’un regard attendri. Alors son bras s’éleva dans les airs et d’un revers de la main, il lui administra une gifle gigantesque qui retenti au loin et fit valser la jeune fille qui s’écroula contre le tronc d’arbre.

Il s’accroupit pour être à sa hauteur.


Cho, mon ange… moi, je ne suis pas là pour te plaire, mais pour me distraire…

Il lui caressa la joue, l’air ému.

Je t’avais dit de regarder sans bouger… et tu m’as désobéi…

Il continua avec des intonations très dures.

Mais pour le moins, je t’en conjure, si l’idée te vient de prendre une initiative… tente de faire preuve d’intelligence…

Il lui arracha sa baguette des mains et regarda le vulgaire bout de bois avec dédain.

Ma foi, s’il n’y a que ça…

Il se retourna vers Al, enchanté de pouvoir reprendre le jeu.

Nous disions donc que votre princesse, ici présente, attendait impatiemment que vous excitiez sa curiosité…

S’approchant de lui.

Ca ne va quand même pas être à moi de tout faire… Voyons, Al, sois un peu galant !! J’attends !!

Il lui fit un clin d’œil et s’enfonça davantage dans les abîmes de sa folie.
Revenir en haut Aller en bas
Alderik
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Mer 4 Oct - 20:27

Alderik regarda la dague d'Isidore être propulsée dans les airs et contempla Cho lancer un endoloris sur eux ...qui échoua...

Il tira une latte de sa cigarette et croisa les bras... Que ces petites réunions pouvait être amusantes...

Isidore le poussa pour se diriger vers Cho et il lui colla une grande claque ...


*...celle-là à dû faire mal...*

Il contempla les ronds de fumée bleutée que produisait sa cigarette et revit mentalement son frère debout devant lui, lui assenant des allés-et-retour qui l'avait laissé complétement sonné.....
Ce n'était pas si désagréable que ça....surtout de la main de Tom...

C'était tellement excitant de le voir s'enerver, de voir la rage bouilloner en lui...le feu sous la glace....

Ce cher Tom..il prenait toujours un tel soin à essayer de paraître froid...mais il était la glace qui brûle...

Isidore, qu'il contemplait en cet instant, était d'un autre type...il ne cachait pas un caractère volcanique..non, au contraire, c'était un être froid et caculateur...

Alderik haussa les épaules...Après tout, il ferait bien l'affaire....Ses cheveux noirs étaient doux comme les siens.... et ses lèvres lui paraissaient suffisemment sensuelles pour le combler un instant...

D'ailleurs, il s'adressait à lui et Alderik sursauta. Comme d'habitude, il n'avait rien suivi de la conversation...


-.....Voyons, Al, sois un peu galant !! J’attends !!

Il leva ses grands yeux rouge sur Isidore avec un air étonné..

-Mmm ? quoi..? Que desire la princesse...?

Il ignorait ce qu'Isidore voulait de lui... Il contempla un instant Cho qui devait être sonnée par la gifle qu'elle avait reçue...puis son regard repassa sur Isidore...Il était totalement désarmé...

- Mais princesse, tu es toute vulnérable, là...c'est presque pas drôle....en fait, ça pourrait être sympa autrement...

Alderik approcha lentement d'Isidore et tira une dernière latte dans sa clope, puis saisissant un des poignets d'Isidore, il lui écrasa sur le bras, laissant une trâce rouge et douloureuse sur la peau du brun...
....et saisit son deuxième poignet dans l'autre main...l'empêchant de se défendre...


- Tu pourrais être sage et te laisser faire...qu'en dis tu...? Ce serait un nouveau jeu...Ce serait un jeu où j'ordonne et tu obéis...

Le regard d'Alderik était devenu d'un rouge métallique et sondait le noir des yeux d'Isidore...

- Embrasse-moi...

Il l'avait dis dans un souffle..mais cela n'en était pas moins un ordre...

Il captura les lèvres d'Isidore aussi passionnément que s'il se fut agit de son frère...

Plus le plaisir montait en lui, plus il lui serrait ses fins poignets, de peur qu'il n'abrège ce délicieux moment de folie partagée...

Il cessa pour reprendre son souffle et se perdit dans son cou, entre ses cheveux noirs qui lui tombaient sur la nuque, murmurant :


- Et que vas-tu m'offrir, maintenant..?
Revenir en haut Aller en bas
Cho Chan
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Mer 11 Oct - 16:18

Cho qui regardait la scéne avec dégout, ouvrit de grands yeux surprit. Cet immonde Isidore venait de la giffler et elle ne comptait pas se laisser faire. La jeune Asiatique se leva d'un trait, laissant les deux affreux personnages à leur délicieux projets, puis s'en alla. Elle ne pu deviner si les deux idiots s'en étaient apperçu, mais dans tout les cas, elle regagnait déjà le chateau, à bout de souffle. Elle était sale et en sang, mais au moins, elle s'était enfuie. Libre à eux de continuer leurs pratiques infectes.
Revenir en haut Aller en bas
Isidore
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Mer 11 Oct - 19:09

Donc, Al se permettait de donner des leçons et de promulguer des règles mais en même temps il faisait preuve d’une inattention dépassant toute vigilance… Parfait…

* Toute vulnérable ?... *

Il lui saisit le poignet et Isidore se laissa faire, amusé, juste pour voir ce qu’il lui en coûterait, pour savoir qu’elle serait l’attaque suivante.

C’est alors qu’Alderik y écrasa sa cigarette !!

Hééé !!!

Il ressentit la morsure de la brûlure et tenta s’extirper de son emprise, mais l’autre le retenait fermement.

Al… c’est bien bas tout ça… l’honneur au combat n’est pas non plus dans tes attributs apparemment…

Il s’approchait dangereusement de son visage, ses yeux rouges étaient devenus perçants et tentaient visiblement de violer son intimité psychique. Quant à ceux d’Isidore, ils devaient lancer bien plus que toutes les fureurs de l’enfer. Autant l’attirance de Al envers lui semblait être un jeu où bien trop de paramètres malsains restaient insondables, autant celle d’Isidore était devenue furibonde et sadique.

Me laisser faire ??? Mais je t’attends Al ! J’attends depuis le début que tu montres enfin ce dont tu es capable ! Si je ne me laissais pas faire, le jeu serait terminé depuis un bon moment déjà ?

-Embrasse-moi...

Non, il ne s’attendait pas à cette réaction… pas encore… l’autre de jeta sur sa bouche avant même qu’il n’ai eu le temps de réagir à cet ordre impétueux.

Dans ce baiser abrasif et malsain, Isidore ressentit un élan grandir tandis qu’il devinait l’excitation du dégénéré s’accroître. Un élan de haine… et de désir ??? Il ressentit un violent désir de l’entendre gémir… de douleur et de rage !

Lorsqu’il le relâcha, Isidore, il porta sa main à ses lèvres.


Oh mon Dieu… Cho !! T’as vu ça, mon ange ??? C’est un détraqué sexuel !!

Il se retourna vers sa récompense, mais s’aperçut qu’elle avait fui sans demander son compte.

La fureur s’empara abruptement de lui, ravageant le peu de lucidité qu’il lui restait encore.

Il serrait rageusement dans sa main la misérable baguette que la jeune fille lui avait laissée.


C’est de ta faute ça… et tu vas prendre sa place chéri !

Il l’attrapa fermement par le cou et lui plaça la baguette sous le menton, l’enfonçant le plus loin possible. Leur deux corps en contact, Isidore l’observant de manière délectable et Al levant la tête vers le ciel sous la pression de l’arme d’Isidore.

Il sourit tendrement, voyant la position délicate d’Alderik et s’imaginant qu’à son tour celui-ci devait trépigner de curiosité dans l’attente de la suite des évènements.

Avant qu’il n’ait eu le temps de réagir et de lui jeter un sort, Isidore lança violemment :


Mobilicorpus !

Le sort sortit avec tant de force non contenue, que le corps du jeune homme fut littéralement projeté à l’ancienne place de l’ancienne victime. Dans un bruit sourd, Al se cogna à l’arbre où pendait encore la corde qui n’attendait que d’être employée.

Bien… parfait… tout n’est pas perdu !!

Il éclata de rire et pointa sa baguette sur la frêle silhouette qui semblait si délicieusement fragile à ce moment là.

Tu aimes jouer avec le feu apparemment ? Monsieur… comment déjà ??... Parker… Jédusor, c’est bien ça… ?

Ho ho ! Tu veux m’impressionner en plus ? En déclamant tes origines ? Mais tu sais… je ne m’intéresse pas aux actualités… Tu pourrais être le petit fils de Dumbledore que ça ne changerait rien pour moi…

Lashlabask !!!


Un jet d’étincelles ardentes sortit de sa baguette et fut projeté vers Al, dont les habits brûlèrent en de multiples endroits laissant apercevoir le corps pâle de la victime meurtri et divinement rouge.

C’est décoratif n’est-ce pas ?

Il s’approcha de lui, s’accroupi doucement pour profiter de la chaleur de son regard et de son corps. Il lui caressa le visage tout en parlant.

Al… concrètement… tout ceci est bien divertissant et agréable, je dois le reconnaître… mais où allons-nous ?

Il s’assit à côté de lui, comme un bon ami qui vient consoler l’autre d’un bien lourd chagrin.

Si tu ne m’arrêtes pas… je sens que notre si agréable rencontre va dégénérer… car je sens que tu commence sérieusement à m’intéresser…C'est vraiment ce que tu désires ?

Il rit à nouveau et s’appuya nonchalamment à l’arbre, aux côté de son très estimé adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
L. Malef
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Sam 14 Oct - 22:54

Lucius revenait épuisé d'une réunion entre mangemorts dans la forêt interdite. Ces derniers temps, le Lord noir avait eu beaucoup de nouvelles recrues, alors les anciens mangemorts avaient fêté ça comme il se doit... Du rhum, des femmes et de la bière nom de Merlin...

Moldues les femmes, évidemment... Ces sang-de-bourbes ne sont bonnes qu'à servir d'amusement aux sangs-pur... Et ses camarades en avait bien profité jusqu'à les tuer... On ne retrouvera sans doute jamais leurs cadavres, et quand même bien cela serait, Lucius s'en fichait... La loi au ministère c'était lui, il n'avait rien à craindre...

Heureux d'avoir raffermi le moral de ses troupes, Lucius n'en était pas moins épuisé et abruti par l'alcool... Il ne s'était pas risqué à transplaner directement jusqu'à son manoir et n'avait pas pensé à se fabriquer un portoloin...

Les mangemorts s'étaient séparés, les uns portant les autres quand ils ne pouvaient plus marcher... Les fiers frères de l'ombre s'étaient évanouis dans la forêt, ombres parmi les ombres... Rien, hormis la chair et le sang ne subsistait de leurs réjouissances... Chacun était reparti avec son trophée...

Lucius erra longtemps dans la forêt... Il avait quelque peu perdu le sens de l'orientation à cause du fort taux d'alcool contenu dans son sang...


* Pourvu que je ne tombe pas sur l'école de ce vieux fou ! * Habillé de sa longue cape à chapeau pointu comme il était, c'était la pire chose qui pouvait lui arriver... Même si n'était pas né celui qui le mettrait à Azkaban !

Des voix au loin... Automatiquement Lucius se brancha dessus, pensant arriver dans un lieu civilisé... Deux silhouettes se faisaient face... Longtemps il ne put distinguer leurs traits, sa vision était encore trop floue...


* Un homme en blanc face à un homme en noir... ça ne m'aide pas beaucoup pour les reconnaître ! *
* Pourtant ces voix me semblent familières... *
* Que font-ils ? ils se battent ?? *


Inconsciemment il fit quelques pas vers la lumière dans le but de mieux voir, se dévoilant pleinement, son masque resté abandonné un peu en arrière, invisible aux regards indiscrets.

Lucius eut alors un choc en voyant les deux intéressés et surtout leur "occupation"...

L'alcool et le choc de cette vision le laissèrent sans voix, dévisageant tour à tour les deux hommes tous les deux côtes contre côtes, collés au même arbre...


* Euh... je tombe mal je crois... *

Et c'est ce moment qu'une branche morte, fourbe, choisit pour craquer sous son pied, signalement méchamment sa présence aux deux reluqués...
Revenir en haut Aller en bas
Alderik
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Mar 17 Oct - 15:11

-Al… concrètement… tout ceci est bien divertissant et agréable, je dois le reconnaître… mais où allons-nous ?

Oui, en cet instant, c'était ce que Al se demandait... Ou plutôt...N'était-ce pas en réalité ce que tout homme vivant se demandait ..?

Si tu ne m’arrêtes pas… je sens que notre si agréable rencontre va dégénérer… car je sens que tu commence sérieusement à m’intéresser…C'est vraiment ce que tu désires ?

Pauvre Isidore...Il n'avait décidement rien compris... Al releva la tête vers lui péniblement. Il se sentait un peu secoué, mais pas de souci, ça allait passer...Ca passait toujours...Encore fallait-t-il que son métabolisme se mette à fonctionner...

Ca y était...Son corps se mettait à le chauffer un peu partout...Evidémment, produire exactement le même clône aurait été une pure perte...S'ils n'avaient pas eu l'idée de le customiser un peu...


- Il parait que les crocodiles produisent des antibiotiques dans leur propre sang...murmura-t-il à l'intention d'Isidore..

Mais celui-ci ne comprendrait pas le sous-entendu...Comment le pourrait-il..?
Il se détourna et cracha du sang à côté de lui... Il semblait à moitié mourrant, mais les forces lui revenaient déjà...Il sentait les lègères brulures de la cicatrisation...

Il se souvenait lointainement expliquer à Lucius comment la cigarette ne pouvait le tuer et comment l'alcool ne le rendait jamais saoul... Mais il n'avait pas vraiment été entendu non plus à cette époque...

Il sourit et farfouilla dans l'une de ses poches, en sortant une cigarette qu'il alluma... Il tira une longue latte dans sa clope et son regard rouge et ironique se posa sur Isidore dans un élan de pitié...


- Bienheureux les simples d'esprits, le royaume des cieux leur appartient...

Puis sans crier gare, il laissa glisser sa tête sur les genoux d'Isidore qui était assis tout proche... Allongé la tête sur le garçon brun, il le toisait d'un air amusé, tout en tirant sur sa cigarette, avec l'attitude d'un jeune homme se reposant sur les genoux de sa fiancée pendant un pic-nic...

- Il fait bon, hein...? C'est agréable...Surtout avec les ouvertures que tu as fait dans mes vêtements...

Il leva le bras vers le visage du brun qui le surplombait et se mit à lui caresser la joue avec tendresse...

- Tu disais...? Ah oui...! Tu voulais qu'on dégénère...?

Il plissa les yeux, le sourire aux lèvres, mais son attention fut détournée par un craquement et il ironisa :

- Luce, vieux pervers, je vois que tu ne perds pas tes habitudes...?

Puis, sans perdre Lucius du coin de l'oeil, il se redressa de sur Isidore et se mit à caresser voluptueusement la langue de ce dernier avec la sienne...

La tête de Lucius valait son pesant de mornilles ! C'était tordant !!!
Revenir en haut Aller en bas
Isidore
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Mer 18 Oct - 21:54

La brise légère soufflait entre les feuilles mouvantes des arbres. Isidore appuya avec nonchalance sa tête contre le tronc derrière lui. La rage s’estompait progressivement en lui, laissant place à une certainement lassitude.

Alderik était fort amusant, certes, mais il ne jouait pas le jeu à fond, s’en était frustrant… enfin, du moins pas la partie que lui aurait désirée… mais bon… Il n’allait tout de même pas le tuer pour ça, surtout qu’il semblait être quelqu’un de valeur. Il s’agissait même de la première personne vraiment intéressante qu’il rencontrait dans cette école pitoyable.

Il soupira et se laissa aller à la contemplation des quelques nuages qui se faufilaient entre les arbres
.

- Il parait que les crocodiles produisent des antibiotiques dans leur propre sang...

Oui… tu n’es pas à l’article de la mort…

Alors, Al sortit une de ses fameuses cigarettes et se mit à fumer voluptueusement. Contre toute attente, il s’allongea et posa sa tête sur les genoux d’Isidore. Celui-ci baissa la tête et le regarda, surpris.

- Bienheureux les simples d'esprits, le royaume des cieux leur appartient...

Ces propos auraient-ils dû être blessants ? Isidore aurait-il dû être vexé ? Il en fut d’avantage interloqué qu’autre chose, ayant une trop haute opinion de lui-même pour en être touché.

Ce type était vraiment étrange, depuis le début de leur rencontre, alors qu’Isidore ne pensait qu’à jouir de la souffrance d’une victime, Cho, Al, peut importe, cet énergumène ne pensait, quant à lui, qu’au plaisir impulsif de l’instant présent.

Al semblait rechercher le plaisir dans tout ce qui se présentait, la douleur, le regard de l’autre, le défi, la convoitise, la beauté… Il avait visiblement le don pour passer par tous ces stades en un clin d’œil. Pourtant, cette avidité se mêlait à un détachement exaspérant qui devait lui gâter la moitié de ce qu’il aurait pût jouir réellement.

Isidore en était à ces réflexions sur son étrange compère de supplice, lorsque celui-ci se mit à lui caresser la joue délicatement.

C’est alors qu’un bruit de branche brisée retentit non loin de là. Il tendit l’oreille s’imaginant que, trop occupé par Al, il avait peut être négligé son premier jouet qui n’était peu être pas parti et qui attendait son tour sagement. Il était sur le point d’aller voir ce qu’il en était, sentant l’excitation le rattraper, lorsque la voix de AL s’éleva dans la forêt presque déserte.


-Luce, vieux pervers, je vois que tu ne perds pas tes habitudes...?

Effectivement, Isidore reconnu l’homme blond qui se donnait tant d’importance et qu’il avait déjà croisé il y avait fort longtemps dans les cachots des Serpentards.

Il n’eut pas le temps de réagir à ces mots qu’Al approcha son visage de celui d’Isidore et profitant de son étonnement glissa sa langue langoureusement sur la sienne.

Si son premier réflexe eut été de protester, cette caresse fut si agréable, qu’il ne peut résister à sa douceur.

Comment était-il possible que ce dégénéré qui, quelques minutes auparavant, ne lui inspirait de la sympathie uniquement dans la violence puisse avec tant de sensualité et de vice lui prodiguer un tel baisser !!

Il remarqua son regard en coin en direction de la personne qui se tenait cachée derrière les herbes hautes et en fut tout amusé.


* C’est donc ça Al ?? Tu aimes qu’on regarde tes déviances… Et après tu diras que c’est moi la petite s***** !!!...*

Il s’arracha au baiser de Al et lui offrit le regard le plus lubrique qu’il n’avait jamais donné.

Ainsi donc tu as envie d’amuser ton vieil ami à ce que je vois… Son arrivée change nos plans, n’est-ce pas ? Au lieu de nous déchirer… nous pourrions peut-être nous dévorer… surtout si tu continues à m’exciter comme ça !

Il jeta un regard oblique au voyeur qui se tenait toujours immobile, comme stupéfixé par ce qu’il venait de découvrir, lui fit un sourire empli de vice et de luxure et se retourna vers ce jeune homme exquis, qui bien plus que de remplacer la proie dans sa folie meurtrière, était entrain de lui offrir des moments hilarants et émoustillants.

Il lança un sortilège de découpe à ce qu’il restait de la chemise de Al et découvrit un torse mince et presque translucide.


Al, en plus de me provoquer, de m’aguicher, tu es assez vicieux pour faire venir tes petits amis exercer leur voyeurisme…

Il éclata de rire et parcouru délicatement son torse lisse.

Ta peau est douce… tes brûlures ont disparu, je vois que tu as su créer l’antibiotique qu’il te fallait…

Il redressa Al doucement, lui sourit, se tourna une dernière fois vers Lucius qui avait l’air de bien profiter du spectacle, lui fit un signe de la main et finalement posa suavement ses lèvres brûlantes sur la peau diaphane du jeune homme blond.

Il remonta de son torse jusqu’à son cou, puis, pris d’un élan de violence qui remonta de son bas ventre jusqu’à son cerveau, il plaqua brutalement Al contre le tronc d’arbre. Avec une force démultipliée par ses pulsions charnelles, il se redressa, portant Al à bout de bras et lui râpant le dos contre l’écorce de l’arbre.

Une fois debout, il planta son corps contre celui du jeune homme et l’embrassa à son tour, goulûment. Il remarqua que l’autre ne quittait Lucius des yeux et sentit l’excitation le vaincre.


Voyons maintenant jusqu’où tu veux aller Alderik Parker ! dit-il, le souffle court.

A ces mots, il s’appuya contre lui avec encore plus de violence et d’ardeur, redescendit, puis remonta sensuellement, histoire de bien montrer dans quel état il se trouvait. Il était aux anges…
Revenir en haut Aller en bas
Alderik
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Ven 20 Oct - 15:10

Etait-ce une idée, ou bien le regard d'Idisore venait de changer..?
Alderik l'observa avec curiosité, entre les lates de sa cigarette...


- Ainsi donc tu as envie d’amuser ton vieil ami à ce que je vois… Son arrivée change nos plans, n’est-ce pas ? Au lieu de nous déchirer… nous pourrions peut-être nous dévorer… surtout si tu continues à m’exciter comme ça !

*...eh bien...qui l'aurait cru..?..*

Alderik était surpris, il pensait qu'après avoir volé ce nouveau baiser, il allait encore se prendre des coups.. Isidore était vraiment plein de surprise, Al ne regrettait pas d'avoir fait ce détour par la forêt !

A la phrase sarcastique d'Isidore, il répondit simplement :


- " Ami", arf, c'est beaucoup dire... Des amis je n'en ai pas, voyons, Isidore...La vie est bien trop factice pour ça...

Il émit un petit rire...

Mais il sembla qu'Isidore soit aussi prompt à se lancer dans un nouveau délire que lui-même, car les restes éparses de sa chemise se retrouvèrent en un instant par terre...

*...qu'il est pressé, tout à coup...*


- Al, en plus de me provoquer, de m’aguicher, tu es assez vicieux pour faire venir tes petits amis exercer leur voyeurisme…

Alderik sourit d'un air encourageant et, laissant les doigts d'Isidore devenus avides courir sur son torse mince, il murmura :

- Allons..."provoquer", j'ignore jusqu'à la signification de ce mot....

Il écouta Isidore complimenter sa peau d'un air distrait, puis, se laissa dévorer suavement, non sans sourire à Lucius..
Mais Isidore ne lui laissa pas le loisir de profiter longtemps de cette caresse inesperée, il le plaqua brutalement contre l'arbre et appuya son corps excité contre le sien.


- Voyons maintenant jusqu’où tu veux aller Alderik Parker !

Al sourit. Il aimait voir cette étincelle de désir dans les yeux noirs d'Isidore. Il passa sa main dans ses cheveux sombres et se laissa embrasser sans opposer la moindre résistance... Il finit même par fermer les yeux..

...Avec un peu de chance...


*...Tom...*

Ces cheveux noirs..cette voix grave...cette odeur d'homme...cette étreinte...

Ce n'était pas tout à fait les mêmes, mais qu'importait ?

Commençant à rendre les caresses, Al se mit à murmurer :


- ...mmh, Tom...je te veux...continue...j'adore ça...

..il lui ressemblait sans doute suffisemment pour que ça fasse l'affaire...
Revenir en haut Aller en bas
L. Malef
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Dim 22 Oct - 15:20

Il s'était rapproché, mais Lucius était encore assez loin des deux jeunes gens, mais tout de même à portée de voix... Et le fait de se faire traiter de voyeur ne lui plut pas spécialement. Les deux excités se renvoyant la balle...

Tout d'abord légèrement gêné d'être intervenu à un moment vraisemblablement crucial, il le fût beaucoup quand il s'entendit traiter de vieux pervers...

Lucius perdit tout remords à les avoir interrompu... Surtout que ça ne semblait que les exciter davantage vu l'état dans lequel Aldérik se trouvait actuellement... Bien que son visage soit fendu par un sourire béat.


* Complètement maso... *


Sortant davantage de la forêt, il constata que non loin de lui l'herbe était complètement ravagée, comme si plusieurs personnes s'étaient roulées là, ayant goûté là aux plaisirs de la chair...

* L'herbe n'est apparemment pas assez bien rude pour eux... *


* Ce garçon n'a décidément aucune morale... Et non content de n'avoir aucune morale, il faut encore qu'il aille débaucher les autres... De Lautréa me semblait pourtant un garçon convenable... *

* Finalement je commence à comprendre Nékléa... S'il saute sur le premier mec venu, il est normal qu'elle-même aille chercher ailleurs... Et le pire c'est que ça semble l'amuser que d'autres constatent ses adultères... *


Lucius se dirigea droit sur les deux jeunes gens, le regard d'Aldérik semblait si encourageant... *Les partouzes ne m'intéressent pas, il devrait le savoir, ce cochon mal peigné... Et surtout pas avec lui !!*

Au dernier moment, il faillit se détourner de son chemin et les laisser à leur folie... Aldérik venait de prononcer un prénom qui n'était pas celui de De Lautréa... *Mais après tout, maintenant que je suis là, je peux bien lui transmettre les amitiés d'une amie commune... *

Avec le sourire de quelqu'un encore sous l'emprise de la boisson, il s'adressa au garçon aux cheveux noirs :

Bonjour De Lautréa, j'ignorais que vous étiez de l'autre bord vous aussi... Il lui pinça la joue. Je ne m'attendais à cela je dois dire... De la part de Monsieur Parker, il faut s'attendre à tout, même à l'entendre jouir en pensant à une autre personne... A moins que Tom ne soit votre deuxième prénom ?

Puis sans attendre de réponse, il se retourna vers le blondinet :[/i]

Je suis d'ailleurs déçu de voir qu'il a oublié ce moment... intime... que nous avons passé ensemble... Il semblait pourtant apprécier ce qu'il a fait...

Lucius se retourna vers Isidore.


En fait, à y regarder de près, vous n'êtes pas moche De Lautréa... un peu trop fonçé de cheveux à mon goût malheureusement, mais vous feriez un mignon acceptable si j'en avais l'envie...

Il vous a violé déjà ? Je vois que l'herbe est toute foulée par là... Le viol est sans doute la seule chose qu'il lui fasse prendre son pied... Ou bien... Il vous a demandé de le violer, ça ne serait pas étonnant de lui, d'autant plus si j'en juge par vos positions respectuives...

Mais vous me permettez, j'aurais un petit cadeau à donner à Aldérik...


Lucius attrapa Aldérik par les cheveux et l'arracha de l'arbre - et d'Isidore par la même occasion - De la part d'Hécate !!! Et la les crochets de la canne de Lucius volèrent dans les reins du garçon à la peau pâle... Suivit de près par des semelles en cuir dur...
Revenir en haut Aller en bas
Alderik
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Dim 22 Oct - 20:49

Les coups de la canne de Lucius laissèrent leurs marques sur Alderik, trainées rouge sur sa peau blanche... Les coups pleuvaient, et Al pensait qu'il était temps de rappeler à Lucius qu'il n'était pas son fils...

Il s'arracha à lui d'un geste souple qu'on ne lui connaissait pas..Il reprenait un instant sa vie en main, donnant de temps à autre l'impulsion nécessaire à rester vivant... Esquivant les derniers coups, ses yeux félins se posèrent sur la canne qu'il arracha avec violence à Lucius et le repoussa brusquement d'un coup d'épaule :


- Bas les pattes, vieux schnoc, tu tabasses ton fils autant que ça te chante mais n'oublie pas que moi je ne te crains pas pour deux sous...

Etais-ce de la colère, dans les yeux d'Alderik ..? Peut être le fait d'avoir été dérangé dans un moment si agréable...? Peu courant, en tout cas...

Al jeta un regard dédaigneux sur la canne qu'il tenait entre les mains, puis la brisa en deux sur sa cuisse et la jeta au loin et maugréant :


- ..arme de papy...

Puis, d'un élan assez inattendu, il se colla à nouveau à Isidore et, lui appliquant un baiser rageux, il lui arracha dans le même mouvement la baguette de Cho et la pointa vers Lucius :

- Incarcerem !

Des cordes sortirent de toutes parts et vinrent enrouler Lucius, le saucisonnant bien serré...Celui-ci perdit l'équilibre et tomba au sol dans un bruit sourd...

- Bon...voilà qui va le calmer 5 mn... Voyons pour la suite...

Se tournant vers Isidore :

- Une suggestion..?

Revenant à Lucius :

- J'allais oublier : Bloclangue !!! Oui, tu me saoules avec tes sermons idiots...Tu sais quoi..? Elle en mourrait d'envie, Cat, que je la prenne...

Puis semblant que le calme lui était revenu, il s'assit sur Lucius, comme s'il s'agissait d'un banc et s'alluma une cigarette ;

- Bon, on fait quoi, princesse... Je t'aurais bien pris comme un sauvage, mais l'autre excité m'a un peu coupé...

Regardant la fumée tournoyer, il reprit :

- Quoique...si tu me fais une petite gaterie, ça devrait revenir....

Al partir d'un grand rire...

- Ou bien on remet la suite à plus tard : parfois c'est bon d'attendre...

Il fit un clin d'oeil à Isidore.
Revenir en haut Aller en bas
Isidore
Invité



MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   Dim 19 Nov - 14:15

Isidore contempla le spectacle d’un œil ravi. Effectivement, l’intervention de Malfoy l’avait, lui aussi, refroidi dans ses élans divinement sadiques.

Il s’appuya contre un arbre avec sa désinvolture et son élégance naturelles et garda le silence pendant un long moment.

Lorsqu’Alderik lui adressa la parole, après s’être assis sur sa victime comme s’il s’était agit d’un banc, il se rapprocha d’eux, l’œil brillant et le sourira apaisé.


Ma partie de chasse se sera donc terminée en eau de boudin !

Une ombre obscurcit son visage le quart d’une seconde.
Mais les proies pullulent, ça n’a guère d’importance… le spectacle que vous m’offrez vaut amplement quelques décharges d’adrénaline et une pluie de sang…

Il laissa son rire s’échapper de son corps comme un prisonnier retenu au-delà de sa peine.


Fabuleux !! Vraiment !!

D’un côté nous avons le grand Malfoy, fier comme un pape, à cheval sur ses principes et son étiquette dans le dos ! Saucissonné et à terre, ivre mort de surcroît ! Rongeant son frein (expression que lui-même m’a apprise) pour ne pas succomber à une rage démente qui le pousseraient au delà de ce qu’il ne veut pas faire…

De l’autre, nous avons le sublime Alderik Parker, au caractère imprévisible, provocateur et manipulateur expert, qui sait se faire entendre mais qu’il est si difficile de comprendre… Ne pas avoir de cœur est un fait qu’il ne cache pas… pourtant il est l’innocence même, la violence de la vie écorche à chaque seconde l’endroit où il ne pense avoir qu’un trou béant…

A terre nous avons Lucius Malfoy, coincé par ses obligations dues à son rang, ambitieux mais pourvu de grandes œillères alcoolisées qui l’empêchent d’apprécier l’étendue de la situation… C’est un cœur solitaire, un cœur meurtri par une vie dont il n’a pas vraiment eu le choix mais qu’il accepte, car faire autrement est une idée qui l’effleure parfois mais qu’il rejette immédiatement dans les oubliettes de son inconscient. C’est un cœur noble, un cœur pur. C’est un esprit délicat doté d’un humour fin et mordant. Sous ses airs de dandy froid et distant se cache un gentleman blessé qui craint d’ouvrir son âme celle-ci étant trop sensible sans l’armure de la fanfaronnade.

Assis sur notre aristocrate tel un guerrier vainqueur, l’immaculé Parker, aimant à jeunes filles, qui aime être aimé, qui ne maîtrise pas tout, mais qui, en fin de compte s’en fout, puisque sa vie n’est qu’un jeu. Un jeu dont les règles ne sont jamais fixées à l’avance et qu’il module imperceptiblement à sa guise et avantage. Il est pourtant des moments où il ne joue plus et où quelques uns ont pu entrapercevoir… enfin c’est ce qu’il parait…


Il se mit à applaudir furieusement et à rire à gorge déployée.

Bravo !!! Bravo mes amis !!! Vous êtes fabuleux !

Il s’approcha d’eux, caressa les cheveux ébouriffés de Al, fit une tape amicale sur la joue de Lucius.

Bien… Je sens que Fiebilis se languit de mes caresses…

Il leur tourna le dos en levant une main en signe d’au revoir, tout ne s’était pas déroulé comme prévu, mais il passait toujours de bons moments avec ces deux là…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: | Tôt le matin |   

Revenir en haut Aller en bas
 
| Tôt le matin |
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» bonjour [pv Petit Matin]
» Editorial Le Matin: Pourquoi l'haitien s'autoflagelle-t-il autant?
» Yosei, l'étoile du matin
» Matin de printemps...
» La blague du soir, matin, quand vous voulez, j'm'en branle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Wizardry :: Autour du Château :: Lac-
Sauter vers: