Dark Wizardry

Harry Potter RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une visite...

Aller en bas 
AuteurMessage
L. Malef
Invité



MessageSujet: Une visite...   Ven 6 Oct - 18:15

Cela le rongeait depuis des jours... Il fallait qu'il essaie encore une fois...

Il avait tourné dans son manoir comme un lion en cage, se prenant des remarques acides de la part de son ancêtre "adoré", bien que celui-ci soit d'accord sur le fond...

Alors Lucius Malfoy marchait la tête haute en direction de la haute tour du très vénérable directeur de la non moins vénérable Ecole de Hogwarts...

Il n'avait pas prévenu de son arrivée. Il ne prévenait jamais. On est un Malfoy ou on ne l'est pas. Or il l'était et ministre (par intérim) de surcroît. Donc on ne refuse pas une visite d'un ministre quand il s'appelle Malfoy.


* Non seulement on le reçoit, mais on le choie... *

Aurélius, son ancêtre l'avait regonflé à bloc... Et son orgueil s'était prodigieusement démesuré grâce à lui.

Les élèves autour de lui s'écartaient pour ne pas se faire écraser, car Lucius ne se serait pas gêné pour cela. Et quand à leur peur effective devant lui, il en était tellement persuadé qu'il ne remarqua pas les quelques regards incrédules qu'on lui jeta... Certains le regardant plus comme un fou plutôt que comme un être "impressionnant".

Au bout de plusieurs longs couloirs et d'escaliers toujours aussi farfelu, Lucius arriva au dernier étage.

Et enfin arrivé devant la haute statue dorée, il donna un coup de canne sur la gargouille en guise de mot de passe avec l'intention que celle-ci le laisse passer sans rechigner...
Revenir en haut Aller en bas
Albus Du
Invité



MessageSujet: Re: Une visite...   Sam 7 Oct - 17:49

Il le sentait arriver depuis longtemps. Une telle impétuosité, armée d’une arrogance à toute épreuve, est comme un torrent qui sort de son lit… et se remarque de loin.

Albus n’appréciait guère le ministre de la magie par intérim, qui s’était plus ou moins autoproclamé, et qui agissait comme un tyran sur bien des aspects de sa politique. Pourtant, il n’avait d’autre choix que d’être « poli » vis-à-vis de lui, même s’il était clair qu’il ne l’accueillerait jamais amicalement.


* …Lucius Malfoy… toute visite de ce personnage est malheureusement de mauvaise augure… *

Lorsqu’il « vit » le dandy présomptueux donner un coup de canne à sa chère statue, gardienne de ses appartements, il soupira de la fatigue qu’il ressentait déjà à l’idée de cette visite.

D’un geste imperceptible de la main, il lui ouvrit l’accès à son bureau. Il s’écarta à contre cœur des dossiers qu’il était entrain d’étudier, et se leva pour accueillir le visiteur dans les règles de l’art.

Lorsque celui-ci pénétra la sérénité de ses objets personnels et de ses secrets lourds d’Histoire, un froid s’installa entre les deux hommes. Pourtant, Albus, en bon diplomate, conscient de ses responsabilités de professeur et de directeur, lui tendit une main neutre.


Bonjour monsieur Malfoy… Que me vaut la surprise de votre visite ?...
Revenir en haut Aller en bas
L. Malef
Invité



MessageSujet: Re: Une visite...   Mer 11 Oct - 19:05

Lucius tendit aussi sa main gantée au directeur dans un geste sec pour une étreinte la plus brève possible. Squicky, son nouvel elfe de maison, collait à ses pas.

Dumbledore ! Je ne passerai pas par quatre chemins, je suis ici pour affaires personnelles...

Sans un regard supplémentaire pour l'homme face à lui, il enleva lentement ses gants de cuir noir et les jeta à la figure de Squicky en lui gueulant : je ne te les donne pas, prends-en soin ! L'elfe se tassa sur lui-même, dans une attitude ô combien ressemblante à celle d'un certain affranchi...

Cela faisait longtemps qu'il n'était pas venu s'étaler ici... Il avait déjà tenté d'expulser le vieil homme de sa tour d'ivoire, mais rien n'y avait fait... Ni les "recommandations appuyées", ni les "conseils fermes"... Bien qu'accusant un grand âge, cet empêcheur de tourner en rond était toujours là, comme pour le narguer.

Il fit quelques pas dans la pièce, tournant ostensiblement le dos au directeur.
Vous savez que j'ai très à coeur le bien être des étudiants de cette école ? C'était une question rhétorique, Lucius n'attendait pas de réponse... Mon problème concerne vos élèves Dumbledore, je parle d'élèves bien précis.

Lucius se retourna à nouveau vers le directeur, délaissant la contemplation de Fumseck qui, dédaigneux, se lissait les plumes dans son coin.

Ces élèves sont un danger potentiel pour l'établissement. Mon f... beaucoup d'élèves sont en danger ici, à commencer par mon fils Draco que je retirerais volontiers de cette école * n'était l'entêtement de ma femme... *

Mes paroles sont dures, mais je n'agis que pour le bien du plus grand nombre...

Comprenez, je veux que tout se passe dans le calme et dans une... compréhension mutuelle... Je veux... Je souhaiterais qu'une punition exemplaire soit donnée aux éléments dangereux que vous gardez en vos murs. Je sais bien qu'il est inutile de parler de renvoi...
Revenir en haut Aller en bas
Albus Du
Invité



MessageSujet: Re: Une visite...   Jeu 12 Oct - 20:22

C’est dans un silence impénétrable qu’Albus regarda l’énergumène prétentieux jouer son numéro. Il ne cligna même pas des yeux face à son attitude provocante avec son elfe de maison. Il le laissa déblatérer à sa guise, ses propos étant beaucoup de vent et peu de secousses.

* Malfoy !… Visiblement il ne changera jamais de rengaine… L’âge ne nous bonifie pas tous, c'est bien regrettable… *

Son visage ne s’était pas altéré, gardant tout les traits de la sagesse et de la confiance en soi. Un sourire compréhensif et compatissant éclairait son visage d’une grande sérénité.

Monsieur Malfoy… sous-entendriez-vous que je ne suis en mesure d’évaluer le niveau de sécurité dans mon établissement ? Ou encore que je ne suis pas apte à faire régner la concorde entre les éléments de cette école ?

Il se tourna vers on bureau, l’air soudainement léger et enfantin.

Nullement, je suppose…

Il lui tendit une boîte de bonbons acidulés.

Une petite douceur vous siérait-elle, Monsieur Malfoy ? Lui dit-il avec un sourire innocent et se servant lui-même.

Voyant l’homme blond s’impatienter quelque peu, il s’assit, invitant Lucius à l’imiter, puis il continua.


Exposez-moi donc vos inquiétudes… A quels éléments perturbateurs songez-vous ?

Les inquiétudes de Malfoy, il savait trop bien les connaître, mais la version du moment n’était pas à négliger ; toute information qu’il serait en mesure de déchiffrer sur les agissements ou les idées de cet homme, pouvaient être utiles à la défense de son école et de ses élèves justement.
Revenir en haut Aller en bas
L. Malef
Invité



MessageSujet: Re: Une visite...   Sam 14 Oct - 11:12

Sarcastique : En effet je ne me permettrais pas... * de ne pas le penser... Vous avez la mémoire courte Dumbledore... Vous vous souvenez d'un certain professeur Quirrel ? *

Cracher son venin, voilà qui lui aurait fait du bien ! Mais la diplomatie devait régner en maître ici, il n'y avait pas de place pour les insultes... Par conséquent, il se contenta de sourire...

Lucius ne répondit pas à la proposition de douceurs, il ne goûtait que peu les sucreries... Mais répondit prestement à l'invitation du directeur et se choisit un siège...


Avant d'aborder le sujet pénible de ces "éléments perturbateurs", laissez-moi vous narrer la mésaventure effroyable que j'ai dû subir dernièrement...

Je me suis absenté de chez moi pendant quelques jours, mon fils était lui-même à l'école, ici-même donc et ma femme en avait profité pour rendre visite à ses parents, au Manoir des Black... J'ai laissé derrière moi un château resplendissant au soleil...
Maximum fierté...

Le ton de fierté fût ensuite remplacé par le ton de quelqu'un déclamant du Shakespeare...

Imaginez ma surprise quand j'ai retrouvé le château dans cet état et il mit sous les besicles du directeur une photo mouvante du château...

Je n'en ai pas parlé à la presse * et pour cause * je n'aimerai pas être la cause d'une mauvaise publicité pour cette école... Néanmoins, j'ai retrouvé ceci sur les lieux du crime : et il sortit d'une poche une écharpe rouge et or !


Il se recala dans son fauteuil après avoir jeté le chiffon sur le bureau, rejoignant ainsi la photo...

Maintenant, qui sont ces "éléments perturbateurs", je l'ignore, mais toujours est-il que j'accuse un ou plusieurs de vos élèves de Gryffondor d'avoir sciemment mis ma demeure à sac... La seule chose qu'ils n'ont pas fait c'est d'y mettre le feu... Mais regardez - revenant à la photo - ne serait-ce que les fenêtres ? Nombres d'entre elles sont bonnes à remplacer...

Et il continua longtemps à soliloquer sur l'état de misérabilité de sa demeure familiale bien-aimée, de ce joyau architectural de l'Angleterre, sa fierté personnelle...

Les seuls endroits qui étaient trop bien protégés pour eux sont ma bibliothèque et... hem... mes caves...
Revenir en haut Aller en bas
Albus Du
Invité



MessageSujet: Re: Une visite...   Dim 22 Oct - 11:46

Malfoy prit un siège et revêtit son habit théâtral le plus grandiloquent. Albus le regardaient fixement, sans même sourciller, pour ne pas perdre une miette de la représentation qui se déroulait dans son bureau. Les mains sagement posées devant lui, le calme du directeur contrastait par rapport à l’exaltation du ministre.

Le dandy sortit nerveusement une photo de son manoir, visiblement ravagé. Albus se pencha légèrement pour mieux observer le résultat du fâcheux incident. Oui, fâcheux… mais il se trouvait dans l’incapacité d’éprouver une once de compassion pour cet individu et attendait donc patiemment que ce dernier en vienne à la vraie raison de sa visite.

Lorsque Malfoy jeta avec dédain la soi-disant preuve à conviction laissée sur les lieux du crime, les yeux d’Albus devinrent brillants et perçants. Il se redressa légèrement et replaça ses lunettes du bout de son doigt. Il ne moufta pourtant pas, car sentait que Malfoy était là pour autre chose. Tout ceci n’était qu’une mise en scène pour le manipuler. Le ministre préparait consciencieusement le terrain pour accéder à quelque chose qu’il savait qu’il aurait du mal à obtenir.

Lorsqu’il finit sa longue tirade et qu’il se retrouva avachi et l’air complètement anéanti dans le fond de son fauteuil, Albus se racla la gorge pour indiquer qu’il allait prendre la parole.

Il appuya les deux coudes sur son bureau. Non seulement c’était un homme très grand, mais en plus, il se maintenait toujours très droit. A ce moment là, il semblait dépasser Malfoy d’au moins un bon mètre.


Monsieur, vous me voyez navré de ce malencontreux incident, mais je ne vais pas être en mesure de vous aider puisque visiblement vous ne disposez d’aucune preuve accusatrice valable.

Cette écharpe… a pu arriver chez vous par tant de moyens qu’il serait déraisonnable d’en constituer une preuve de quoi que ce soit. Votre fils ou même votre nièce…


Il fit une pause, les yeux rivés sur le tissu rouge et or, releva la tête et continua sur le ton le plus grave et le plus sérieux qui soit.

D’autant plus que, si je ne m’abuse, vous faites régulièrement venir une jeune personne de cette même maison dans votre manoir…

Il leva ses yeux clairs et rieurs jusqu’à ceux de Malfoy qui avaient pris une expression étrange.

Peut-être que mademoiselle Eolas l’a tout simplement oubliée la dernière fois qu’elle vous a rendu visite… Avez-vous envisagé cette éventualité ?

Son regard perdit brusquement son étincelle amusée. Il avait eu vent de la rupture entre cette élève et le ministre de la magie, bien qu’il n’ait étrangement jamais réussi à en savoir la cause. Parc contre, il était au fait qu’après les premiers temps de la déchirure, ils étaient à nouveau proches et amis.

A moins que vous ne la soupçonniez d’y être pour quelque chose…

Albus se doutait bien que non, mais il était curieux de voir la réaction que ses propos provoqueraient.
Revenir en haut Aller en bas
L. Malef
Invité



MessageSujet: Re: Une visite...   Jeu 26 Oct - 15:14

Lucius reçut une flèche en plein coeur, il avait le souffle coupé. Il était venu ici dans l'idée de... Il ne savait même plus ce qu'il venait faire réellement ici... Un seul nom lui avait fait oublier son objectif...

L'air absent :


Oui, j'ai songé à cette éventualité...

De pâles, les yeux passèrent à l'orage :


Et non, elle n'y est pour rien ! Comment osez-vous mêler Melle Eolas à cette histoire ?? Comment osez-vous salir son nom ???

* Et qui vous a renseigné ??!! *


Lucius avait oublié qu'il avait face à lui le grand Dumbledore... Celui qui sait toujours tout ce qui se passe dans son école... Et au dehors aussi visiblement...

Hécate n'avait pas oublié d'écharpe, elle ne lui avait rien laissé à part ce vide qu'il avait essayé de combler tant bien que mal... Rien à part l'espoir de la revoir, ne serait-ce que de loin... Et voilà que ce "directeur" de pacotille se permettait des allusions dont il ignorait toute la portée... Hécate était son talon d'Achille, la touche manquante à son harmonie... sa faiblesse...


Il répéta, à nouveau calme :


Oui, j'ai songé à cette éventualité... et ce que vous dites est absurde ! Puisque vous êtes si bien renseigné, vous n'êtes pas sans savoir que la relation que j'ai entretenu avec Melle Eolas est terminée... Il y a de cela bien longtemps déjà...

Fumseck émit un léger sifflement approbateur...


Mais vous détournez la conversation Dumbledore... Je suis ici dans un tout autre but : trouver les coupables qui ont ravagé mon château et non pour vous raconter des faits personnels dont je me demande comment vous avez pu en avoir connaissance...

Il appuya cette question qui n'attendait pas de réponse d'un regard froid.

Vous accusez mon fils et ma nièce, je me permets de vous rappeler que ce sont de fiers Serpentards ! Tous les deux ! Et qu'ils... qu'ils... ne fréquentent pas de Gryffondors !! De plus ils n'étaient pas au château depuis longtemps quand les faits se sont produits...

Avec un petit sourire suffisant :

Votre omniscience est à revoir mon cher...

Donc, non ils n'ont pas apporté d'écharpe au château et encore moins leurs propriétaires, j'en aurais été averti, un château comme le mien possède ses protections, seuls des êtres malfaisants ayant l'intention de nuire pouvaient les contourner...

Et puisque vous dites que je ne dispose d'aucune preuve valable, cela signifie que vous n'avez aucunement l'intention de mener une enquête ??
Lucius avait replié une main sur l'écharpe, s'attendant déjà à être congédié, expulsé sans avoir été entendu... Le grand sage ne voulait rien entendre comme à son habitude...
Revenir en haut Aller en bas
Albus Du
Invité



MessageSujet: Re: Une visite...   Jeu 16 Nov - 13:21

Albus écouta les aboiements de Malfoy sans intervenir. Quelque chose ne cadrait pas, s’en était flagrant.

Lorsque celui-ci eut fini sa tirade, le directeur ferma brièvement les yeux, inspira profondément, puis rouvrit un regard étincelant qu’il planta dans celui de son interlocuteur.


Ecoutez M. Malfoy, vous dites vous-même que votre château est hautement protégé… Je ne vois pas comment de simples élèves de cette école auraient pu s’y introduire…

Il se racla discrètement la gorge et continua.

Un autre détail m’échappe, c’est qu’aucun de vos elfes de maison n’ai rien vu…

Il se leva, pour accélérer le rythme de l’entrevue qui tournait légèrement en rond, et se mit à contempler le vaste paysage que lui offrait la fenêtre de son bureau.

Monsieur Malfoy… Je ne puis rien faire pour vous aider si vous ne me dites pas tout ce que vous avez en tête. Vous comprendrez aisément que je ne lancerai aucune enquête dans l’école, si vous-même n’êtes pas au clair sur les accusations que vous portez…

Il se retourna vers lui, l’air ferme.

A moins que vous n’omettiez un détail qui serait de poids, qui vous reviendrait soudainement et que vous auriez envie de m’apprendre… je pense, Monsieur, que nous n’avons plus rien à nous dire pour le moment.

Il ne fit pas un mouvement, soutint le regard de défi que son visiteur lui lançait et attendit patiemment l’évolution de la situation.
Revenir en haut Aller en bas
L. Malef
Invité



MessageSujet: Re: Une visite...   Sam 18 Nov - 11:55

Il avait espéré sincèrement qu'il lui suffisait de venir se plaindre pour obtenir une enquête... Son but avait été de tacher la réputation du héros qu'abritait cette école... Une simple tache d'huile et la rumeur de la populace aurait fait le reste... Et de ce statut de futur sauveur de l'humanité, il aurait pris celui de porte-poisse...

* Combien de fois va-t-il encore se racler la gorge ??!! *
Ce bruit l'horripilait.

Mais le vieux sorcier ne ferait jamais rien qui risquerait d'aller à l'encontre de son héros...

D'un ton las : Je vous ai dit qu'il n'y avait personne dans le manoir... Et bien que les elfes soient une quantité négligeable, ils n'étaient pas là non plus !

De plus, je n'accuse personne sans preuve sûre Monsieur le directeur, ce que je vous ai apporté là ne sont que des indices, mais vous ne voulez pas les voir ! Vous connaissez vos élèves mieux que moi, je n'ai pas le droit d'en accuser aucun publiquement...


Libre à vous de fermer les yeux et de garder intacte votre foi en certains éléments importants de cet établissement. Je vous envierai presque votre certitude... * Mais elle sera votre perte... *

Malgré les paroles de Dumbledore l'invitant à poursuivre son argumentation, Lucius voyait bien que le directeur l'invitait doucement à prendre la porte.

* Je reviendrai donc une autre fois... *

Nous n'avons effectivement plus rien à nous dire...
Après un bref salut, le ministre quitta le bureau sans l'écharpe mais avec sa défaite, une de plus à rajouter à sa collection...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une visite...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une visite...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Wizardry :: Dans le Château :: Tour du Bureau et des Appartements du Directeur Albus Dumbledore-
Sauter vers: