Dark Wizardry

Harry Potter RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 De l'autre côté...

Aller en bas 
AuteurMessage
Hécate E
Invité



MessageSujet: De l'autre côté...   Jeu 26 Oct - 21:06

Encore une fois cette imposante porte en bois massif… Cet endroit lui était devenu si familier et pourtant, ce jour là, il lui procurait, un étrange sentiment de malaise.

Etait-ce à cause de Narcissa, qui certainement devait la maudire elle et toute sa descendance sur plusieurs générations ?

Etait-ce l’absence de Tom qui lacérait son corps comme une maladie creuse son chemin mortuaire ?...

Ou bien était-ce sa conscience ancestrale qui se révoltait contre ce qu’elle avait entrepris de faire ?...

Elle frissonna. Cela faisait déjà plusieurs minutes qu’elle fixait la porte sculptée aux emblèmes des Malfoy. Lorsqu’elle aurait frappé, elle ne pourrait plus faire marche arrière. Elle rencontrerait l’ancêtre de Lucius et devrait négocier son savoir… en échange de quoi ?... Elle devrait jouer serrer… une seule erreur et elle pourrait perdre bien plus que la vie…

Elle pensa à Lucius et sentit ses jambes se dérober sous son poids. Avait-elle le droit de l’entraîner dans une telle folie ?


*… non… Je ferai mon possible pour ne pas vous mêler à cette histoire de fous…*

Mais le connaissant… Lucius n’était pas du genre à la laisser passer des jours, voire des semaines, enfermée dans les sinistres appartements de son ancêtre sanguinaire, sans se préoccuper d’elle… Même si elle le lui demandait…

Elle se retourna et s’appuya contre la porte.

* Je vais m’en aller… et je reviendrai quand Lucius ne s’y attendra pas… Il me faudra déjouer son attention et arriver par moi-même dans les quartiers d’Aurélius… *

Lucius… je vous demande pardon…

Elle s’écarta de la porte et jeta un regard angoissé au jardin flamboyant sous les couleurs automnales… avant de s’y engager.
Revenir en haut Aller en bas
Aurélius Malfoy

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Jeu 26 Oct - 22:27

Mmm... Je sens une présence près de ce château et j'en ai déjà ressenti l'aura auparavant...

Lucius, mon cher, je crois que des heures follement amusantes de folies nous attendent... Bien que... Pas de Narcissa à l'horizon... Il me semble que Kate ne soit pas là non plus... Mais toi tu es là, ô mon descendant... petit polichinelle aux longs cheveux blonds...

Que vais-je te faire faire aujourd'hui... Te laisser dans l'ignorance ou t'envoyer dans les jardins à sa rencontre...


Ainsi pensait un des multiples portraits du manoir des Malfoys... Aurélius jouait avec une mèche de ses longs cheveux noirs, les lissant de ses ongles longs... Cela faisait déjà plusieurs jours que nous n'avions pas eu d'animation dans ce sombre manoir... L'heure est aux réjouissances... Dans le cadre près de lui un chandelier d'argent vit ses mèches peintes s'animer de flammes sans brûlure ni chaleur...

Mais d'abord recevons convenablement notre invitée...


Il la laissa tout d'abord mariner quelque peu dans le jardin... Les premières feuilles commençaient à tomber des arbres, le rouge et or l'emporter sur le vert... * Mais bientôt le gris l'emportera sur toute autre couleur * Même si Aurélius ne pouvait voir par la fenêtre, il connaissait le moindre recoin de ce jardin, pour l'avoir parcouru de son vivant puis actuellement par le vivant de son descendant...

Yazé ! porteuse de mes yeux, viens à moi !!

Sortant de nulle part, une corneille noire vint se poster sous un portrait d'Aurélius Malfoy, celui du salon qui donnait sur le jardin, justement...

Regarde par la fenêtre ! Tu vois cette fille au-dehors ? amène-la moi...

Yazé suivait les gestes de son maître, elle émit un petit croassement, puis étirant ses grandes ailes elle s'envola par une baie ouverte par les bons soins d'Aurélius...

La cible de la corneille n'était pas loin dans les jardins et elle la rejoignit en quelques battements d'ailes, se perchant à sa hauteur, ouvrant ses ailes comme pour lui barrer le chemin, le regard résolument tourné vers le manoir... vers cette grande baie vitrée aux battants largement ouverts comme deux bras tendus qui attendent que l'on se jette à travers eux...


Dernière édition par le Dim 17 Déc - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Lun 13 Nov - 19:09

Hécate hésitait lourdement. Elle marchait d’un pas décidé vers la grille monumentale qui délimitait le domaine des Malfoy, et pourtant, elle hésitait.

Il faisait un vent frais qui soufflait de face et qui rendait son avancée d’autant plus pénible. Les rafales soulevaient les feuilles mortes, les faisant danser avec grâce, avant de les abandonner négligemment sur un sol presque boueux.

Elle aurait pu tout aussi bien utiliser le portoloin qu’elle gardait dans sa poche et qui l’aurait fait atterrir directement dans son château mais, son cheminement lui donnait le temps de réfléchir.

Si elle partait maintenant, elle savait qu’il lui serait difficile de revenir. Sa décision était pourtant bien prise et les raisons de son acte étaient claires…


* J’ai peur… mes raisons sont tellement égoïstes… c’est précisément le piège dans lequel je ne devrais pas tomber… *

Elle sortit de l’allée et s’adossa à un arbre… elle appuya sa tête contre le tronc, leva les yeux au ciel et observa la folie du vent dans les branches torturées et plaintives.

* La terre sera bientôt dénudée, gelée… Le temps détruit tout, sa course est irrévocable… pourtant… *

Elle frissonna.

* Tu sais pourquoi tu n’arrives pas à surmonter ta peur ?... *

Elle redressa brusquement la tête.

* C’est parce qu’il n’est pas assez grand… ton amour… *

Ces paroles perfides avaient sifflé dans son cœur qui se mit à battre la déraison.

* Non, tu te trompes…Il l’est… *

Elle s’écarta de l’arbre qui l’avait soutenue et serra les poings.

* Je n’ai rien à me prouver… Mes motivations… sont nobles… et puis… si j’arrive au bout… j’aurai en mon pouvoir le moyen de tout recommencer… *

C’est à ce moment là, qu’une étrange Corneille se posa sur la branche la plus proche d’elle, la défiant de toute son envergure. Dans un geste très significatif, l’oiseau lui interdisait la fuite et lui signalait dans le même temps une baie vitrée grande ouverte et attirante comme le mystère qu’elle recelait…

Cat sentit un appel… et ce n’était pas Lucius…


Alors comme ça je suis attendue…

Elle rebroussa chemin, se demandant si elle devait frapper à la porte, passer par la fenêtre ou utiliser le portoloin de Lucius…
En tous cas, elle comptait bien le protéger et ne pas lui faire part de sa présence bien trop périlleuse.

Mais alors qu’elle était encore à quelques mètres du manoir, la porte d’entrée s’ouvrit d’elle-même, découvrant l’entrée sombre et inquiétante mais surtout… mystérieusement déserte…
Revenir en haut Aller en bas
Aurélius Malfoy

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Dim 19 Nov - 17:01

Aurélius la vit approcher, il la sentait venir sans avoir besoin de la voir... Pendant un long moment, son esprit avait basculé entre deux options... Jusqu'à ce qu'elle comprenne qu'on l'attendait.

* Adorable corneille... Si serviable... *


Il se souvenait encore de sa première rencontre avec la belle... Comme si c'était hier... Elle s'approchait, elle s'était enfin décidée à venir et bientôt elle entra dans la légère obscurité constante du manoir.

Je vous attendais très chère Melle Eolas, vous n'imaginez pas comme je suis ravi de vous revoir ! Hécate était entrée dans un salon du rez-de-chaussée, où Aurélius s'était précipité pour occuper le portrait qui lui était réservé dans cette pièce... et ainsi aller à la rencontre de son invitée surprise.

Mais vous avez changé... Assez subtilement et ce c'est pas pour me déplaire... Au cas où ceci vous intéresserez, sachez déjà que mon nigaud de descendant n'est pas là pour le moment... Et mon petit doigt me dit que vous n'avez aucune envie de le voir...

Il arborait un magnifique sourire carnassier pourvu de ses si pointues canines... De celles que tout vampire digne de ce nom rêverait de planter dans la jugulaire la plus proche. Mais on ne peut accéder à ce bonheur quand n'est plus qu'une surface peinte...

Il la dévisagea longuement... * Son côté obscur s'est largement révélé... Elle est à deux doigts de basculer complètement... *

* C'est absolument magnifique ! *

Mais j'en oublie tous mes devoirs ! Veuillez donc vous asseoir, c'est sans danger et vous pourrez ainsi goûter à ce merveilleux thé que l'on vient de vous apporter. Dans le même instant, un elfe de maison disparut dans un "pop" discret.

Sur le ton de la badinerie, si cher aux Malfoys :

Je sais ce que vous êtes venue faire ici, et je ne crois pas avoir véritablement envie de vous laisser faire. Vous connaissez le chemin de mon laboratoire, je sais que vous pouvez y entrer si vous le voulez vraiment, mais ne croyez-vous pas qu'après y avoir risqué la mort une fois il soit assez sérieux d'y goûter une seconde fois ?

Perdant finalement tout sourire...


Lucius n'est pas là. Dites-moi pour quelle raison vous voulez obtenir... "ce que vous savez"...


Dernière édition par le Dim 17 Déc - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Mer 22 Nov - 15:15

Elle laissa son instinct la guider parmi les sombres couloirs éclairés de torches et silencieux comme des tombeaux. Elle était assurément seule dans le manoir… une chance infinie. Si entrer avait était aussi facile, elle devait se persuader qu’en sortir serait tout aussi aisé. Elle avait déjà pensé à quelques possibilités.

Effectivement, Hécate était consciente des dangers auxquels elle allait certainement être confrontée. Elle s’y était préparée. Elle portait en bandoulière une sacoche noire emplie de son « nécessaire de survie ». Elle était l’antithèse de la personne organisée, et pourtant, elle savait que partir à l’aveuglette était un échec assuré, la perte éventuelle de ce pour quoi elle était venue au monde et peut-être même une issue encore pire… en supposant qu’il puisse exister pire que la perte des Aleph…

Sans aucune raison précise, elle s’approcha d’une porte similaire aux autres et pénétra dans un petit salon


"Je vous attendais très chère Melle Eolas, vous n'imaginez pas comme je suis ravi de vous revoir !"

Hécate se retourna dans la direction de la voix qui venait de surgir du silence opaque et aperçu Aurélius Malfoy dans un de ses tableaux, le visage fendu par un sourire aiguisé.

Elle l’observa quelques instants, d’un long regard qui ne se voulait ni amical, ni à l’inverse teinté d’adversité. Le type de regard qui porte en lui toute la mesure de la situation et le discernement de l’importance de l’interlocuteur.

Pendant ce temps, l’ancêtre de Lucius semblait évaluer ses changements avec une délectation démesurée. Elle n’avait pourtant pas l’impression d’avoir changé tant que ça… Les raisons de sa quête étaient certes des plus passionnées, des plus égoïstes, mais dans le fond… Avait-elle réellement changé ?

Aurélius l’invita à s’asseoir, ce qu’elle fit après l’avoir poliment remercié d’un signe de la tête. Le thé fut servit… Cat n’avait pas encore prononcé un seul mot.

A partir de cet instant, chaque mot, chaque geste, chaque attitude devaient être pesés avec la plus grande des rigueurs.

* … *


« …Je sais ce que vous êtes venue faire ici, et je ne crois pas avoir véritablement envie de vous laisser faire…. »

* Nous y voilà… le bras de fer va pouvoir commencer…*

Elle refusa d’un signe de la main et d’un sourire poli le thé qu’on allait lui servir. Elle ne serait jamais assez prudente et dans le doute, on s’abstient.

« …pour quelle raison vous voulez obtenir... "ce que vous savez"... »

Elle répondit sur le même ton léger qu’Aurélius, un sourire charmant aux lèvres et une expression qui se voulait encore plus sombre et mystérieuse qu’à l’accoutumée, puisque d’instinct Cat devinait que cet esprit maléfique appréciait son « avancée » vers les ténèbres…

Monsieur Malfoy… voyons !... Pour quelle raison le désirez-vous vous-même ?

Elle se redressa pour se rapprocher du tableau qui lui faisait face et emprunta une attitude espiègle et un ton de confidence.

Nos raisons respectives sont si démesurées, quelles en perdent tout leur intérêt et toute leur importance… Vous ne trouvez pas ?

Elle lâcha un petit rire élégant et reprit un air un peu plus sérieux.

Préoccupons-nous dans un premier temps de la façon dont nous allons l’obtenir…
Revenir en haut Aller en bas
Aurélius Malfoy

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Dim 26 Nov - 20:46

Comment "nous" allons l'obtenir ? Il s'agirait donc d'une association ?

Il eut un rire léger face à son air si sérieux. Elle était face à lui, bien droite, avec un air tellement déterminé... tellement adulte. L'adolescente innocente avait disparu...

Mais Aurélius s'en fichait éperdument...

Vous êtes bien mignonne vue de plus près...

C'est un des rares inconvénients de ma condition : je ne peux que vous contempler... Mais assez de courtisanerie pour aujourd'hui... Nos "affaires" sont autrement plus sérieuses. Bref sourire ironique.


Puisqu'elle était si près, il regardait et imprimait dans son esprit chaque détail de ce visage féminin.

Une recherche commune ! Voilà qui est intéressant... Seulement, Melle Eolas, je sais bien que vous ne voulez les alephs que pour vous seule... et cela ne fait pas mes affaires, vous me comprenez... Et puis, je nous vois mal parcourir les sous-sols de ce château, moi pour des raisons qui vont de soi bien que je puisse toujours vous poursuivre... Et vous, parce qu'en homme rétrograde et d'un temps révolu que je suis, je ne peux m'imaginer une femme parcourir seule des endroits où le danger frappe à chaque instant... Sans compter que je participe aux attaques...

Il but lui-même une gorgée de thé dans une tasse peinte, d'un air pensif.

Le motif exact de votre quête m'importe peu... Je veux dire... Votre raison. Elle serait autre que mon opinion serait la même. Seules m'intéressent les conséquences... Elles ne seraient pas négligeables, malheureusement, mais cela, je pense que vous le savez déjà. Votre prédécesseuse a dû vous en avertir. Mais il y en a une qui me concerne spécialement et dont je pense qu'elle ignorait l'existence... A moins que je ne me trompe, bien sûr !

Donc, la réponse à votre question : pourquoi je le souhaite moi-même... C'est que je souhaite continuer à exister, même sous cette forme qui n'est pas dénuée de certains avantages, vous en conviendrez aisément... Je suis presque impossible à tuer, sauf si...

Il reposa sa tasse "vide" et croisa ses longs doigts fins.

... Sauf si l'on retire les alephs de leur place. Et vous en êtes capable... Vous m'avez déjà vaincu une fois, petitte Gryffondor...

Il rejeta une partie de ses longs cheveux noirs en arrière, dans un geste maniéré qui n'était pas sans rappeler celui d'un certain descendant.

Evidemment, vous pourriez me dire que je vis depuis si longtemps que je peux bien laisser la place aux jeunes. Et je serai assez de cet avis... Sauf que je n'ai aucune envie de mourir... et encore moins de voir la destinée des Malfoys s'échapper de mes mains, l'idée qu'ils puissent me survivre m'est insupportable.

Voyez, je suis un égoïste ! Et j'aime ça...


Le vent soufflait toujours doucement à travers la porte-fenêtre ouverte... et Aurélius était l'image même de la tranquillité... Même ses yeux ne portaient aucun orage.


Dites-moi... Quel effet cela vous fait de savoir ma "vie" entre vos mains ? Pour ma part, j'ai toujours trouvé cela grisant... Mais je suis un être cruel, dénué de tout sentiment, hormis les négatifs, ceux que les humains de nos jours préfèrent enfouir sous des tonnes de pensées positives espérant ainsi racheter leurs âmes déjà souillées...

Il observa un léger temps de silence.

L'homme est mauvais par définition... C'est la bête à abattre... J'y prends toujours plaisir...

Mais je vois que je vous ennuie... Que voulez-vous, je n'ai pas souvent l'occasion de parler en fin de compte... Notre première rencontre avait été quelque peu... "brutale"... Vous en conviendrez : je ne vous en tiens pas rancune.


Ses yeux brillaient de plaisir non contenu quand il reprit la parole :


Maintenant jeune fille... Avant le "comment", voulez-vous toujours me tuer ?


Dernière édition par le Dim 17 Déc - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Lun 4 Déc - 22:23

Hécate écouta les propos d’Aurélius Malfoy avec un sourire courtois et distant, tandis que ses yeux dévoilaient une pointe d’ironie mêlée d’un soupçon d’arrogance.

Avant de prendre la parole à son tour, son sourire s’élargit et elle emprunta un air faussement innocent.


Monsieur Malfoy, soyons brefs, clairs et honnêtes.

Elle marqua une pause et s’approcha davantage du tableau de l’ancêtre au teint livide et aux lèvres aux teintes écarlates.

Cat se trouvait dans un état second, elle observait la scène de l’extérieur et ce qu’elle voyait lui donnait le sentiment de ne pas en être l’actrice.


J’ai bien plus que votre vie entre mes mains…

Elle rit discrètement.

Je suis venue à votre rencontre car vous possédez une partie de ce qui, non seulement me reviendrait de droit, mais qui en plus vous est complètement inutile vu la situation dans laquelle vous vous trouvez.

Elle lui jeta un regard condescendant.

Mon pauvre Aurélius… Si vous étiez en mesure d’utiliser les pouvoirs de l’Aleph, vous l’auriez fait il y a bien longtemps… je suis votre seule chance d’y accéder…

Sans le quitter des yeux, elle s’installa confortablement dans le fond de son fauteuil.

Je sais que vous ne possédez pas d’Aleph supplémentaire en votre possession…

Ses yeux étaient devenus perçants, elle cherchait à décrypter chacune des expressions de son interlocuteur. En réalité, elle était dans le doute, elle ne savait pas jusqu'à quel point Aurélius avait mené sa quête, mais de toutes manières, elle comptait bien vite l'apprendre.

… par contre vous disposez d’informations qui pourraient nous être bien utiles.

Elle lui sourit à nouveau, comme si la discussion réunissait deux amis de longue date.

Je dis bien nous… car si vous collaborez, Aurélius, je serai en mesure de vous libérer de la toile dans laquelle vous vous êtes… éternellement empêtré…

Son rire s’éleva doucement dans le salon.

J’ai une parole, Aurélius, ce n’est pas pour rien que je suis une… « petite Gryffondor » comme vous dites.

Elle attendit un moment sa réponse, puis conclut par une jolie phrase sur le ton favori des Malfoy.

Quand à vous tuer ? Je ne suis pas stupide, tant que vous vous montrerez utile, je saurai reconnaître votre valeur… très cher…
Revenir en haut Aller en bas
Aurélius Malfoy

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Jeu 7 Déc - 1:43

A sa dernière phrase, Aurélius fit paraître ses canines proéminentes dans un fin sourire... mmm... je crois que mon cher descendant déteint sur vous...

D'un ton sec où commençait à poindre de l'impatience, il répondit à la jeune fille :

Je vous ai dit que ma condition me convenait on ne peut mieux ! A quoi cela me servirait-il de revenir dans le monde où l'on est par définition mortel... Il avait pincé les lèvres, un peu choqué... Le ton qu'elle usait envers lui était un peu trop familier à son goût...

Très franchement.. Je me demande si vous avez seulement une idée de ce dans quoi vous plongez vos mains... Parce que voyez-vous, le terme "plonger" est vraiment le terme qui décrit le mieux ce que vous allez vivre...

Il eut un petit sourire espiègle...

Et après il vous faudra revenir à la surface... Si vous le pouvez...


Elle était si proche de la toile, c'était le moment idéal... Il projeta ses mains en avant comme pour traverser la toile et la toile se déforma, se tendit hors du cadre et brutalement Hécate fût aspirée par la toile et disparut de la pièce ! Il n'y avait pas une personne dans la toile maintenant, mais deux...

Seule restait la corneille qui essayait en vain de partir avec un chandelier en argent, pas perturbée une seconde par les événements qui venaient de se dérouler sous ses yeux...

Pas un cri... pas un son...
Tout s'était déroulé en une seconde...


Les deux "associés" étaient maintenant dans l'envers du décor... Il lâcha ses épaules, et elle se remit sur pieds...

Bienvenue dans mon monde Melle Eolas... Bienvenue de l'autre côté, là où tout est possible... A condition de le vouloir... Avec un sourire ironique : j'espère ne pas vous avoir fait peur Melle ! Lucius ne me le pardonnerait pas...

Il lui laissa le temps de s'habituer à l'obscurité et à son nouvel "état" avant de reprendre ses explications.

D'après mes recherches, il n'y a pas de chemin pour arriver à l'aleph... Il faut le vouloir... Ou plutôt, ce n'est pas vous qui le trouverez, c'est lui qui acceptera que vous le trouviez... L'aleph choisit son maître... Par conséquent, il vous faut sortir de ce que j'appelle le monde réel pour entrer dans le monde de l'irréel... Ou de l'absurde...

Je n'ai pas l'aleph, mais je suis un moyen d'y parvenir... Après tout, je ne suis plus vraiment réel, n'est-ce pas ? Pas dans cet état n'est-ce pas... Votre désir vous permet d'accéder à une fenêtre de passage sur l'autre monde, à condition qu'un de ses habitants accepte de vous y faire entrer !

Se désignant : Par chance, vous me connaissez...

En bon dandy "Malfoyen" il s'alluma un fin cigare...


Vous êtes dans le noir et ces "fenêtres", qui ne sont que les emplacements de mes différents portraits, ouvrent sur le monde réel... Vous ne pourrez en sortir tant que vous n'aurez pas accédé à votre désir... Le désir donne l'accès, la satisfaction vous rend la liberté...

Il eut un geste d'avertissement après avoir repensé à quelques unes de ses paroles... et sur un ton dur :


Ne formulez pas de promesse en l'air Miss... Vous ne savez même pas si vous pourrez les tenir...

C'est par votre désir que vous êtes passé de l'autre côté... C'est la recherche de celui-ci qui fera de cet endroit ce que vous voulez...

Et alors qu'il parlait, les ténèbres laissèrent la place à un jardin lumineux avec en son centre une statue de moine avec une inscription latine... Voyez...Et l'instant d'après, tout redevint noir avec pour seule lumière cette fenêtre sur le monde réel... Si j'ai assez de volonté, je peux transformer cet espace vide en espace possédant une dimension... un temps... Un semblant de vie donc... Mais la plupart du temps, je reste dans mon obscurité et mes "fenêtres"... Et croyez-le ou non, je vis très bien comme ça...

Vous voici maîtresse du temps et de l'espace... Laissez venir à vous la première scène, la première idée qui vous vient à l'esprit quand vous pensez à l'objet que vous voulez obtenir... Votre esprit projettera
cette idée dans notre espace...


Dernière édition par le Dim 17 Déc - 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Sam 9 Déc - 19:10

Hécate éclata de rire.

C’est incroyable !! Après tout le temps et les moyens que vous y avez employé… Absolument impensable !!!

Elle mit un certain temps avant de maîtriser le fou rire qui s’était emparé d’elle.

Ses yeux brillaient de mille feux.


Aurélius ! Vous rendez-vous compte de ce que vous venez de me dire ? Vos propos dévoilent que malgré le fait que vous y ayez investi une bonne partie de votre vie, le secret des Aleph a été si bien gardé durant des siècles, que vous n’avez même pas réussi à cerner l’étendue de leur pouvoir !!

Elle rit à nouveau, d’un rire joyeux.

Vous avez vous-même sali vos mains, et ce, sans avoir entièrement conscience de ce que recherchiez !!!

N’oubliez pas que je suis une des gardiennes du Secret… Alors dites-vous bien que je conçois pertinemment ce que je vais endurer… Je suis consciente que mon âme sera souillée… que je serai damnée… mais au moins, je sais pourquoi je le fais ! Je briserai l’interdit qui pèse sur les épaules de ma famille depuis des générations, réduisant en poussière mes ancêtres les unes après les autres… J’en viens même à croire qu’il ne s’agit pas d’un simple fardeau, mais bien d’une malédiction !

J’extrairai mon âme à la dépendance à la matière, l’excluant de l’éternel cycle du temps…


Elle tremblait de désir et d’impatience.

… et je le fait pour le mobile le plus pur et le plus grand qui soit… pour ce qui a, de tous
Temps, fait vivre et mourir, désirer et souffrir les êtres possédant une âme… Je le fais pour que mon amour inhumain devienne immortel…


La toile du tableau dans lequel Aurélius fumait son cigare se mit à onduler comme la peau d’un lac troublée par le vent. Cat crut apercevoir les mains du portrait jaillir du cadre… puis, soudainement, elle se sentit aspirée… l’espace d’une seconde où la surprise l’empêcha de bien comprendre ce qui lui arrivait…

Puis plus rien, le vide absolu… indéterminé… étouffant…

Cat se sentit flotter dans le néant, dans l’inconscience et l’inconsistance, tel un foetus ignorant son jusqu’à son existence.

Quelle étrange sensation… Son cœur battait à tout rompre, elle percevait toutes les affres de la peur, mais sans la ressentir réellement… des mains étaient posées sur ses épaules, mais elles ne dégageaient aucune chaleur… Tout, depuis l’obscurité, jusqu’à l’air qui emplit brutalement ses poumons, tout lui semblait distant et inconnu, mystérieusement dérangeant et nouveau…


"Bienvenue dans mon monde Melle Eolas... Bienvenue de l'autre côté, là où tout est possible... A condition de le vouloir..."

A ces mots, elle revint de la stupéfaction qui l’avait pétrifié et ils se retrouvèrent dans un jardin sorti de l’Eden.

Ses sens s’habituaient rapidement à sa nouvelle condition, bien qu’elle ressentait qu’ils n’étaient que pastiches éprouvés par procuration.

Puis le néant à nouveau…

De la fausse peur, de la curiosité sans attrait, de la colère sans haine, de l’amour sans…


Non !...

Elle regarda par la fenêtre éclairée qui dévoilait le salon dans lequel elle se trouvait quelques minutes auparavant, puis e tourna vers Aurélius.

Elle leva les mains à son visage… ses traits, elle les reconnaissait… son corps était bien consistant mais… elle se sentait vide… elle se sentait une réplique, une pâle copie d’elle-même…

… Son âme était creuse… ses sentiments étrangers…

Elle était devenue elle-même sans l’être…


"... Le désir donne l'accès, la satisfaction vous rend la liberté..."

Elle avait beau chercher, fouiller, retourner son âme, elle concevait intellectuellement ses émotions, mais ne les ressentait plus…

Pas ça !! …

Brusquement, elle leva la main et agrippa le cou d’Aurélius de ses doigts crispés qui s’étaient transformés en serres.

Telle est donc votre condition ?? Et vous appelez ça une éternité !!!... Vous avez oublié ce qu’est la vie depuis tellement longtemps que vous vous dites éternel !!

Elle le relâcha d’un geste coléreux. Elle hurlait par automatisme.

Vous êtes omnipotent, tous vos désirs s’exhaussent, vous êtes Dieu dans un univers qui ne vous procure rien !!

Pour créer, il vous faut désirer, mais le désir n’a plus aucun goût pour vous ! Ce mot n’a même plus aucune résonance dans votre esprit…


Elle s’écarta de la fenêtre qui la retenait encore à son ancien état d’être vivant et s’enfonça de quelques mètres dans l’obscurité. Lorsqu’elle se retourna, elle vit une infinie rangée de ces fenêtres lumineuse qui étaient autant d’accès au monde matériel.

Elle se sentit seule et son cœur voulut se serrer… Elle pensa à Tom et ses yeux voulurent pleurer…


* C’est impossible ! Je ne peux pas être devenue irréelle… Mon corps est peut-être passé dans une autre dimension mais mon esprit vit encore ! La preuve est que je pense !... Je dois réveiller mon âme !!!! *

Elle tomba à genoux dans le vide et se prit la tête entre ses mains.

* Je dois retrouver ma volonté, ma flamme… Sinon, plus rien n’a de sens !!... Sinon, je suis déjà morte sans l’être !!!!! *

Je suis venue pour l’Aleph !!! Je suis venue pour frôler l’éternité… pour arriver jusqu’à Tom… Je le désire de toute mon âme !! de tout mon être !!

* Souviens-toi de la gardienne que tu avais trouvée avec Lucius dans les oubliettes d'Aurélius… Souviens de cette femme momifiée dans la contemplation démente de son Aleph… Souviens-toi de ses conseils… et de ses souffrances… méfie-toi Hécate… méfie-toi…*

* Cette voix…*

Cat réalisa brutalement qu’elle n’était pas la première…

Elle ouvrit les yeux et s’aperçut qu’elle était dans le jardin suspendu dans lequel elle avait rencontré cette femme qui s’était réduite en poussière en lui livrant son Aleph…
Revenir en haut Aller en bas
Aurélius Malfoy

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Sam 16 Déc - 17:02

La jeune fille essaya de l'étrangler et ce fût à son tout d'éclater de rire et il ne s'en priva pas... Mais son rire se perdait dans son cri à elle...

Décidément, vous êtes... délicieuse... Essayer de me tuer ! Moi !! Quelle prétention... A deux vous n'avez pas réussi...

Mais l'ironie fit place à un ton dur et froid.


J'ai perdu la vie à 25 ans et j'en suis bien aise ! De quel droit vous permettez-vous de me juger ?? Vous ne savez rien de moi !!!

Vous pouvez imaginer, mais vous n'atteindrez jamais l'horreur que j'ai vécu !!

Et je ne suis pas Dieu... Ma famille l'a renié pour sa trahison... Ce dieu que vous invoquez est une malédiction ! C'est grâce à lui que ma famille de sorciers est devenue ce qu'elle est... Je suis son seul rescapé ! Reclus prisonnier dans une maison, vivant une non-existence qui revoit sans cesse les flammes des bûchers des Moldus, ces fanatiques de ce dieu traître à sa parole !!

Avez-vous vu tous les membres de votre famille mourir dans un feu soit-disant purificateur ? Avez-vous connu l'exil ? La famille des Vlad a dû s'unir pour survivre... Les Vlad, les plus forts des guerriers ont dû changer de nom... renier ce qu'ils étaient pour ne pas mourir !!!

Mais cela ne durera pas éternellement !!!!

Il s'était détourné pendant qu'il parlait, elle ne pouvait voir ses dents démesurément longues et ses yeux injectés de sang... Les cheveux sur son visage blafard volaient au gré d'une rafale absente.

Tout héritage est une malédiction ! Il n'avait qu'à se regarder... Condamné à ne connaître que les charmes de la nuit et ce pour l'éternité... Sa nature, demandeuse de sang avait certains avantages mais le prix à payer était élevé.

Vous aussi vous êtes maudite ! Vous aussi vous aurez à payer pour vos crimes !

Il lui cracha cette dernière phrase au visage, ses yeux rouges collés aux siens..

Qu'est-ce qu'une éternité si on vous enlève toute saveur de la vie ??? Il vous reste votre soif de vengeance ! La haine vous brûle les entrailles, elle est dévorante et sans pitié !!! J'ai traversé les siècles, mais leur mort est toujours avec moi !! On ne fuit pas son passé, c'est lui qui vous rattrape où que vous alliez !!

Mais bientôt ils périront tous !!! Les descendants paieront la faute de leurs ancêtres !!


D'une voix faussement compatissante :

Oh ! Mais vous pleurez ?? Pauvre enfant, le poids des ans ne vous a pas encore courbé le dos que déjà vous pleurez sur votre sort ? Que regrettez-vous ? la perte probable de votre amant ? la crainte que celui-ci ne vous quitte ??

La mort est sans pitié, mais la vie ne vous fera pas de cadeaux ! Alors arrêtez de gémir j'ai horreur des larmes !!! Vous devriez être fière de vous au contraire : vous allez piétiner tout ce que vos ancêtres vous ont légué... Vous allez bafouer d'un coup toutes les bonnes valeurs que l'on vous a inculquées !!

Et pour quoi...

Même moi je ne suis pas tombé aussi bas ! J'aurais pu faire revenir ma femme du monde des morts, mais je lui ai laissé le repos éternel qu'elle avait demandé !! Si je suis resté avec cette vie... Mais cela ne vous regarde pas ! Et je ne vous laisserai pas tout détruire maintenant...

Il éclata d'un rire cruel.


C'est cela, souvenez-vous de cette chère petite !! Souvenez-vous de ce qu'elle est devenue... Ce fût... fort agréable à accomplir... Tout cela au nom de l'amour... Le plus beau mensonge de toute l'humanité ! Laissez croire aux hommes que leur coeur bat à cause d'un sentiment autre que la haine... L'homme est un animal, il n'est pas meilleur que son ancêtre le plus barbare... Je ne suis sans doute pas le meilleur des hommes, mais les bon sentiments ne peuvent justifier les pires des actes, alors que la haine peut tout justifier...

Mais qu'avons-nous là.. Un jardin suspendu... C'est si mignon... Lieu chargé de souvenirs ô combien délicieux... Mais je ne vois pas en quoi cela nous avance ma chère... L'aleph qui s'y trouvait est déjà en votre possession mon enfant...

Mm... cette fleur sent divinement bon... J'ai toujours aimé les iris, celui-ci est blanc malheureusement... les noirs sont beaucoup plus puissants...


Mais de la tige arrachée à la terre nourricière, s'échappa une unique goutte transparente, lourde... Elle frappa le sol et s'éparpilla en milles gouttelettes. La réaction du jardin fut immédiat : il se désagrégea entraînant Hécate et Aurélius dans sa déchéance, et le noir les engloutit jusqu'à atteindre...


... * Qu'est-ce que c'est que cette horreur !!! Des fils blancs et gluants ! * Enchevêtrés, ils s'étendaient à perte de vue et se perdaient dans les ténèbres ! Aurélius était seul, aussi loin qu'il voyait il n'y avait personne... Tant bien que mal il arracha ses vêtements à cette prison de colle, progressant lentement vers un point invisible... Loin devant il y avait une plate-forme noire... flottante...

Finalement, nous sommes au bas endroit... ou alors elle m'a projeté ailleurs pour se débarasser de moi !!!


Dernière édition par le Dim 17 Déc - 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Dim 17 Déc - 17:47

Mais qu’imaginez-vous ! Je vous ai déjà dit que je n’ai aucun intérêt à vous tuer ! Par contre vous étrangler de rage peut me procurer un plaisir qui n’est pas négligeable !

Hécate avait lâché cette phrase, porteuse de toute la nervosité dans laquelle elle se trouvait. Aurélius se mit à parler de lui, de son existence coincée entre l’être et le non-être.

Ses cheveux flottaient autour de son visage comme s’ils s’étaient trouvés enveloppés dans des profondeurs aquatiques… Cat avait également cette impression physique de se trouver dans un état latent, dans une antichambre prénatale ou pré mortuaire…

Il évoqua longuement sa condition et en vint à parler de malédiction.

Cat comprenait si douloureusement ce que ce pauvre fou lui expliquait. Elle avait vu sa grand-mère s’éteindre, rongée par un feu mystérieux et dont elle entrevoyait de plus en plus l’origine. Elle n’avait pas connu sa mère, morte dans des conditions qu’elle ne découvrirait certainement jamais… Elle n’avait pas eu de père car aucun homme n’était jamais entré dans la famille. « Les hommes sont belliqueux et bien plus attirés par le pouvoir que les femmes, c’est pourquoi tu devras toujours te maintenir à distance raisonnable de l’amour… »… telles étaient les paroles de sa grand-mère... Même son elfe de maison était de sexe féminin.


* Une malédiction…*

Mais ce n’était qu’un mot… Qu’un concept qui effleurait sa conscience sans s’y enraciner…

"Mais bientôt ils périront tous !!! Les descendants paieront la faute de leurs ancêtres !!"

… non, elle observait sa douleur entant que spectatrice… Elle ne se laisserait pas prendre à l’agressivité affective dans laquelle Aurelius tentait de la plonger.

Lorsqu’il lui demanda si elle pleurait, elle leva la main à son visage et y découvrit, stupéfaite, des larmes qui ruisselaient. Comment pouvait-elle pleurer sans s’en apercevoir ? Sa colère grandit davantage.


Aurelius !! Vous êtes certainement en mesure de me manipuler, puisque nous sommes de votre côté et que vous connaissez toutes les possibilités de votre royaume… mais sachez que si vous pensez avoir affaire à une proie facile… vous faites erreur !! Ne me sous-estimez pas !

Elle le regarda avec défi.

Et ce n’est pas la peur de perdre mon amant qui m’a poussée dans la quête des Alephs… c’est le désir de toujours ressentir l’immensité de cette déchirure… de démultiplier à l’infini l’intensité de cette folie… d’errer à jamais dans la découverte d’un être dont chaque infime parcelle me fascine…

… non, ce n’est pas la peur… C’est le sens même de mon existence…

La mort est sans pitié, dites-vous ? Mais la mort est l’esclave du temps et le temps je puis le dominer… La vie ne me fera pas de cadeau ? Elle m’a déjà offert tout ce qu’elle avait de plus grand à m’offrir… Il ne me reste plus qu’à lui voler le reste…


Cat entendit la voix de la gardienne dont Aurelius avait fait sa prisonnière et ils se retrouvèrent dans le jardin suspendu. Un merveilleux lys blanc avait laissé place à sa dépouille. L’homme le cueillit, une goutte de sève s’en échappa et s’engouffra rapidement dans la terre. L’effet fut immédiat. Le sol fut un instant parcouru d’une lueur blanche qui bientôt fit d’autres ramifications. Toute trace de terre disparut. A sa place une toile d’araignée infinie se dessina dans le néant.

Ils se retrouvèrent bientôt tous deux entravés dans ses fils.

Hécate arracha difficilement la tête du piège dans lequel ils étaient tombés. Elle aperçut l’homme qui se débattait tout aussi laborieusement qu’elle.


* Mais que se passe-t-il ? Il n’est donc pas le maître absolu de son domaine ?...*

Prise de panique, elle cherche désespérément l’araignée sur la toile de qui ils étaient devenus les esclaves. Mais ne la trouva pas.

*… la maîtresse de cette toile doit être immense… Nous allons nous faire dévorer…*

Elle tenta de se libérer, en vain. Plus elle fournissait d’efforts et plus elle s’empêtrait.

C’est alors qu’elle ressentit une vibration sur l’intégralité de la toile. C’était un signe de mauvais augure… un très mauvais signe.

Elle sentait la panique la vaincre.


Aurélius !!! Etes-vous derrière tout ça ??

L’ancêtre semblait avoir trouvé le moyen d’avancer sur les fils mais très lentement et péniblement. Il avançait visiblement sans savoir où aller ni que faire.

L’obscurité était totale, les fils fluorescents… et de la noirceur du néant surgirent deux faisceaux rouges irrémédiablement rivés sur eux.

La toile se mit à trembler de plus belle… l’univers se mit en branle, en dessous l’obscurité infinie… nulle échappatoire…

Soudain, l’araignée apparut, uniquement éclairée de la lueur de ses fils. Ses deux yeux ronds étaient deux projecteurs qui les baignaient d’une lumière infernale.


* Elle est immense… Elle est bien plus grande qu’Aragog…*

La bête s’approcha d’Aurélius qui tentait inutilement de fuir. Elle leva les ses deux pattes avant dans une attitude des plus agressives. Ses mandibules s’ouvrirent, leur envergure devait être d’au moins deux mètres. L’araignée saisit Aurelius par la taille et le souleva comme un vulgaire moucheron. Les yeux de Cat étaient exorbités de frayeur.

Anansi…

Je dois réagir !! Je dois me concentrer et prendre forme !!... C’est urgent…

Elle le tentait de toutes ses forces, mais ça faisait si longtemps… Elle en avait oublié les sensations de se retrouver dans son corps animal… Et l’endroit où elle se trouvait troublait ses repères sensitifs et émotionnels.

..................ANANSI !!!!......................
Revenir en haut Aller en bas
Aurélius Malfoy

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Dim 17 Déc - 22:03

* Pourquoi est-ce que je suis allé avec elle ?? * Aurélius se maudit dans plusieurs langues, ne pouvant avancer que très lentement vers ctte mystérieuse dalle noire flottante... La substance collante avait une grande force de persuasion... Aurélius était toute canines dehors tant il était enragé.

Quand.. je mets... la main dessus !!
Il hurlait dans le silence...

Après tout, elle lui avait parlé d'association... et il se retrouvait coincé dans cette chose !! Il était profondément furax... Je creuse la tombe de mon propre descendant en faisant cela... Sans parler de la mienne... Par quel CHARME diabolique cette femelle m'a-t-elle ensorcelé ??!!!

Il sifflait et poussait des râles en même temps... Si elle avait été sous sa main... Mais elle payera... comme les autres...

La rage lui avait fait perdre tout sang-froid et il se débattait de plus en plus pour mieux s'embobiner... la colle s'agrippait à ses cheveux longs, à ses vêtements... Il tendit une main vers les liens qui le retenaient prisonnier et murmura fermement :

Snidjen touw !!

Il n'entendait ni ne voyait rien que cette peste qui le privait de sa liberté ! Lui qui avait toujours fait ce qu'il voulait et ce depuis si longtemps ! Il répétait son incantation dans cette langue barbare et était entièrement concentré sur ces fils blancs indéniablement magiques pour être aussi résistants...

La malepeste soit des aveugles d'esprits !!
Il avait enfin réussi à arracher ses jambes de ces lianes gluantes que le choc l'envoyait sur le dos rejoindre cette poisse blanche... C'est alors qu'il se rendit compte que la toile bougeait et bougeait même énormément, comme si quelqu'un très loin la faisait trembler...

Et deux yeux rouges énormes lui foncèrent dessus à la vitesse si rapide des arachnides... Son attitude était clairement vorace... * Elle n'a sans doute pas mangé depuis des lustres... Mais je ne serai pas son prochain repas ! * et il redoubla d'ardeur dans la lutte contre ses liens, rampant sur le dos pour essayer de s'éloigner alors qu'elle le dominait de toute sa taille.

La lutte était inégale, la fuite était impossible.
Seule la ruse pouvait le sortir de là...


L'araignée géante se pencha vers lui et le prit dans ses mandibules, tirant ainsi sur ses liens de colle.


C'est ça ma mignonne vient me tirer de là !!
Et avec des bruits de succions, Aurélius se trouva enfin libre de cette peste qui lui abîmait ses habits. Mais ce n'était que pour se retrouver dans un danger plus grand...

Il allait finir dans l'estomac d'une araignée... dans un monde qui n'était même pas le sien, mais celui créé par une autre...


Allez, ma belle, je te dis à la prochaine ! et le prisonnier claqua des doigts et au lieu de tenir une forme humaine, l'araignée n'eut plus dans ses mandibules qu'une chauve-souris aux extrémités pointues pour qui il fût bien facile de s'envoler des crochets venimeux !

La chauve-souris prit son envol dans un cri strident et survola non seulement l'araignée mais aussi sa gigantesque toile... sur laquelle se trouvait aussi Hécate... elle aussi se débattait contre la toile. Tous les mouvements de la jeune fille étaient répercutés dans l'air et étaient très bien ressentis par la chauve-souris... La chauve-souris en ressentait un certain plaisir... Il aurait été injuste d'être le seul à subir les désagréments de la situation...


* Chacun son tour ma chère... *

Il ne voyait pas, mais cela ne l'empêchait pas de repérer l'araignée par ses ultrasons... Il ressentit alors une chose étrange... Hécate cria un nom à plusieurs tentatives... et à chaque fois la perception qu'il avait d'elle devenait floue...

* Elle essaie de se transformer en autre chose... Serait-elle animagus ? Si jeune ?? En tout cas, je te conseille de te dépêcher si tu ne veux pas être toi aussi sa proie... *

Mais il ne pouvait la laisser se faire transformer repas pour l'araignée...


Il repassa donc en criant devant l'araignée pour la distraire de sa nouvelle proie, mais en vain, Aurélius ne l'intéressait plus ! Jusqu'à ce qu'Hécate se transforme elle aussi...

* En araignée !!! * La chauve-souris poussa de petits bruits saccadés qui pourraient passer pour des éclats de rire...

S'éloignant du face à face des araignées, Aurélius se dirigea vers la dalle noire qu'il avait repéré précédemment... Et là il se prépara à assister au spectacle...


Vous avez de la chance après tout, il n'y en a qu'une ! Je viendrai bien vous chercher au nom de notre alliance dans la recherche de l'aleph, mais il paraît que je vous sous-estimes, je vous laisse vous débarrasser de... votre soeur, désignant ainsi l'araignée.

Et au cas où, je ne suis pas responsable de l'existence de cette chose, elle provient directement de votre inconscient...


Ah ! Je n'ai pas pris ma canne... quel dommage...
dit-il en lissant ses cheveux à nouveau lisses et brillants vers l'arrière.

Il contemplait le spectacle, avide de voir comment elle a allait s'en sortir... Mais prêt à intervenir malgré tout, il avait encore besoin d'elle... Avait-elle réussi à se transformer complètement finalement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Ven 5 Jan - 12:17

Elle avait beau hurler son nom arachnéen, Hécate ne parvenait pas à ressentir son identité à l’intérieur de ses entrailles… De ce côté-ci du miroir, la vérité n’était qu’illusion… mais l’illusion sans émotion est un monde à concevoir…

Le danger s’approchait et l’immobilisme de la panique la privait progressivement de l’usage de ses membres. Il fallait se fier à la raison théorique et non au gouffre des sentiments… le vide de la peur, les remous de la colère… les affres de la passion…

« Mais la demeure de l’araignée est la plus fragile des demeures » nous murmure le Coran…

Sa toile n’est que la réalité d’apparences illusoires, sont univers est un voile cachant le piège du monde.

* Tout comme ce qu’il se passe autour de moi… Tout ceci n’est vrai uniquement si je l’accepte…*

Hécate ferma les yeux et se concentra sur la réalité de son cœur affolé… sur le lien respiratoire qui la maintenait dans une vie évidente… Etait-ce un réflexe ?


* Suis-je morte ou vivante ?...*

Elle fit le vide, si semblable à celui dans lequel l’image de son corps gisait.

La toile… tisseuse du destin… pendue entre ciel et terre… retenue par un fil invisible qui la maintient, dans son inconcevable souplesse, dans une immobilité intemporelle…

En son néant se dessinèrent une multitude de fils d’un vert phosphorescent semblable à celui des vers luisants, ils s’agencèrent les uns aux autres se perdant dans une infinité d’infinis… en son centre une infime particule, celle de la conception de sa dépouille… introversion…

Les liens créèrent un plan, plus un autre et encore un autre… petit à petit se formait, dans l’esprit de Cat, une construction à deux, puis trois dimensions. Une sphère de fils aveuglants dont elle était le centre… le fil sortait de sa main tendue comme un cordon ombilical qui la protégeait de l’autre… le moment de la renaissance, de la partie cachée de son entité…


… ou encore… la chaîne d’or reliant la créature au créateur…

… non plus une toile, mains un œuf, germe à partir duquel se développe la manifestation… les prémices d’une naissance…

Avait-elle les yeux ouverts ou fermés pendant la création de cette coque protectrice ? A quel niveau sa réalisation se situait-elle ? Car l’extérieur ne devenait qu’un lointain souvenir, un concept évanescent.

Puis, ce fut lorsqu’elle atteignit l’oubli le plus profond que tout lui revint. L’instinct, ce qui survit lorsque toute culture disparaît.

Sans un appel, sans un cri, juste elle-même lovée dans son propre moi, elle conceptualisa le plus intime de son essence…

Ce n’était pas une simple impression physique qu’elle retrouvait, mais une manière de penser, une vision du monde…


Dernière édition par le Ven 5 Jan - 13:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anansi
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Ven 5 Jan - 12:19

Un fil comme support vers la liberté…

Ses pattes s’agitèrent amoureusement, délicieusement… spasme d’un plaisir reconquis…

Sept pattes agiles et chercheuses comme des aiguilles… une quantité similaire d’yeux mais surtout un appétit féroce et dément.

Anansi, fille d’Aragog s’était recouvrée.

Se glisser dans chaque ouverture du cocon, s’extraire de cette naissance, se révéler et finalement atteindre la désunion avec tout ce qui nous reliait.

L’extraction fut à l’image d’une lutte contre un labyrinthe qui s’acheva sur un envol…

Mais à l’arrivée, Anansi se souvint… et son souvenir appela l’adversité de la bête. L’immense créature était dix fois plus imposante qu’Anansi. La petite araignée sentait sa peur grandir et plus sa peur grandissait, plus son menaçant prédateur semblait lui aussi s’accroître.


* Anansi, je suis. Fille du grand Aragog. Epreuves initiatiques, défis, douleurs… jamais je ne reculerai… je me suis trop longtemps oubliée ! *

Un sifflement rauque sortit de ses entrailles. Ses pattes déchiraient les fils du cocon comme des tenailles.

Et la sphère se mit à se décomposer, les fils se dénouaient un à un, puis par amas. La gigantesque araignée bascula dans le vide, toutes pattes gigotantes comme des vers sectionnés.

Anansi leva les yeux et vit une chauve-souris sur une plate forme accrochée au néant. Les ailes jubilantes, elle semblait se délecter de la scène.

Anansi projeta un fil vers cette plate forme et s’y hissa. Une fois le mammifère narquois atteint, elle se glissa sur son dos.


* Aurélius… je vous suis infiniment reconnaissante de votre aide… et de votre courage…*

Elle lui enfonça délicatement une patte aiguisée entre les deux ailes.

* Puisque nous sommes dans un espace vide et que vous pouvez volez, montrez-vous utile en me servant de monture

Aurélius… je n’irai pas par quatre chemins, montrez-moi votre laboratoire…*
Revenir en haut Aller en bas
Aurélius Malfoy

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Ven 19 Jan - 17:04

Le monstre avait disparu, englouti dans des abysses dont il ne soupçonnait pas l'existence dans une si toute petite personne... Elle semblait si menue sur cette grande toile démesurée...

Et la "voir" à l'envers n'arrangeait pas les choses. En fait, il trouvait tout cela absolument délicieux... Oui délicieux, délectable, succulent... Même si cela faisait une éternité que toute vraie nourriture n'était passée dans ses entrailles...

Bien que... le sang de sa descendante par alliance avait été... des plus agréable à absorber... Dommage qu'il n'ait pu lui en prendre plus... Rien que la couleur était un régal... Délicieux souvenir... il faudrait en profiter à nouveau, quand "ceci" serait fini.

Nouveau ricanement de la chauve-souris. Ricanement brusquement interrompu par l'action de l'araignée...

Il se demanda brièvement pourquoi il n'avait pas pris forme humaine... Cette forme animale n'était à utiliser que dans les cas d'urgence...
* Sans doute parce que son inconscient le veut... *

Des pattes velues mais précautionneuses venaient de l'escalader... et l'esprit qui habitait cette forme humaine aimait user du sarcasme sur lequel il ne crachait pas lui-même.


* Vous me prenez pour quoi exactement ?? un perchoir ??? Et si vous me piquez, je vous préviens que je vous laisse ici ! Sans moi vous ne ressortirez jamais de ce monde parallèle ! Je suis la porte, je vous le rappelle, vous me DEVEZ le respect, alors ne m'obligez pas à le réclamer !!! Je ne suis pas une "monture" !! je suis Aurélius Malfoy et je peux vous écraser comme un insecte malfaisant si je le veux !!! *

L'araignée s'était solidement attachée, prête à connaître le frisson occasionné par le grand saut... sans élastique...


* Enfoncez-vous ça bien dans le crâne si vous ne voulez pas que ce soit moi qui le fasse ! *

............


* ... une monture... moi... je suis déshonoré... *


Non décidément, il était vexé. Il desserra ses pattes crochues et se laissa tomber dans le vide... chute à la verticale, vers les abîmes... entraînant avec lui celle qui voulait faire sa perte... Ils traversèrent la toile comme l'aurait un boulet auquel rien ne résiste.

* Depuis quand est-ce que je dois obéir à une mortelle... Jamais, je n'obéirai... *

* Vous n'avez toujours pas compris ?? C'est vous qui décidez du lieu où vous voulez aller !! C'est vous et vous seule qui ferez naître le lieu de votre recherche... Jamais je ne retournerai de mon plein gré dans un lieu où vous m'avez vaincu... *

Descendaient-ils toujours ? Sans doute... Mais nul air ne leur frappait le corps... Où était le haut, où était le bas ? Peut-être s'étaient-ils arrêtés... Comme le temps suspendu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anansi
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Sam 20 Jan - 23:23

Nul repère spatio-temporel… seul un néant continu les enveloppait. Leur chute dura-t-elle quelques minutes ? Plusieurs heures ? Le temps était-il mesurable de ce côté-ci ?… mesurable dans une unité équivalente à celle que l’être humain avait découpé dans sa conception du monde ?
Revenir en haut Aller en bas
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Sam 20 Jan - 23:24

Tous les repères de Cat avaient sauté… son esprit lui-même s’engourdissait dans un arrêt attirant et reposant comme la fin… comme le silence… comme le sommeil… éternel…

Long drap noir se déroulant indéfiniment… sensation compacte et voluptueuse de se laisser choir, impuissante… asservissement de la volonté… abandon intrinsèque… retour primordial et dilatation infinie…

Qui suis-je ?...
Revenir en haut Aller en bas
Anansi
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Sam 20 Jan - 23:25

Noir absolu…

Son seul repère… ce corps étranger qui l’accompagnait dans sa chute… auquel son corps, dans un réflexe inespéré s’accrochait incurablement…

Que suis-je ?
Revenir en haut Aller en bas
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Sam 20 Jan - 23:26

Poussière reculée se détachant de l’absence… repère dérisoire dans l’inexistence… point fixe comme le centre de l’univers… réalité de la matière…

Et le point se transforma en spirale et la spirale en cercle et le cercle en sphère féconde et l’Aleph en univers… irradiant sa couleur alchimique… transformant l’immobilité en existence… absorbant le vide dans sa révolution éternelle…

Et ils allaient à l’Aleph, ou l’Aleph vint à eux, grossissant au rythme de leur déchéance, avalant les ténèbres de sa lumière effervescente… recréant le mystère le la vie…

Ai-je une vie à part entière ?... Fais-je partie d’un tout ?...
Revenir en haut Aller en bas
Anansi
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Sam 20 Jan - 23:27

...La lueur les engloutit...
Revenir en haut Aller en bas
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Sam 20 Jan - 23:30

Après l’ignorance des ténèbres, ils connurent l’aveuglement de l’évidence.

Ils avaient pénétré l’Aleph…

L’infiniment petit venait de faire converger le macrocosme… Ils avaient traversé le point de non retour…
… et la conscience leur revint…

Cat ouvrit les yeux et porta immédiatement les mains à son visage. La luminosité la brûlait les rétines. Elle provenait de toutes parts. Elle mit un temps à s’adapter et lorsque finalement elle parvint à entrouvrir les paupières, elle remarqua une forme noire qui se débattait à son image.


Aurélius ! Vous n’appréciez pas la clarté de l’Aleph ? Vous êtes une créature de la nuit ?

Son ton était provocateur mais il ne cachait sa propre angoisse.

Nous sommes au cœur de ce que nous cherchons… Nous avons pénétré un point central de l’univers… Contempler ce point donne l’omniscience de l’instant présent… mais s’y trouver ?

Elle regarda autour d’elle sans parvenir à percer les secrets des parois lumineuses.

Je n’ai jamais envisagé cette éventualité… Est-il possible que nous nous y trouvions réellement ou est-ce juste une chimère de notre inconscient ?

C’est alors qu’ils virent arriver vers eux une nuée de particules dorées qui entamèrent une rotation lente mais rigoureuse. Des poussières d’or qui se mirent à graviter, les traversant comme s’ils eurent été aussi inconsistants que l’apesanteur.

Ces particules s’organisèrent bientôt en circonvolutions…

Ils étaient devenus les spectateurs de la naissance d’un univers…
Revenir en haut Aller en bas
Aurélius Malfoy

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Dim 21 Jan - 0:13

L'immobilité les avait englouti aussi bien que la lumière et Aurélius fût obligé de reprendre forme humaine pour que son corps de chauve-souris cesse de souffrir...

Et grogna pour toute réponse :
Nous sommes là où vous aviez décidé d'aller ! Mais apparemment, vous avez fait tellement de zèle qu'au lieu de mettre la main dessus, nous sommes dedans ! Bravo c'est du joli travail !!!

Ses yeux souffraient le martyre, ils étaient rouges et larmoyants... Il avait mal et elle contemplait ce si beau spectacle des particules dorées...

Et maintenant, vous pouvez me dire comment on sort d'ici ? Je ne suis pas venu pour assister à un spectacle de "sons et lumières" !
Il la saisit par le bras et lui cracha son venin en pleine figure ! A elle qui avait osé l'utiliser comme moyen de transport...

On ne se méfiait jamais assez des femmes...

Mais les particules dorées avaient continué leur ronde... jusqu'à prendre un état solide et se transformer en trois objets... Lisses et sphériques... Une lumière dorée... Une lumière argentée... Et une sphère noire comme de l'onyx...

Aurélius ne prit pas la peine de réfléchir : ils étaient arrivés au terme de leur voyage : il toucha la sphère dorée... et disparut... mais la sphère resta sur place. Et surplombant légèrement les trois sphères, un petit être... minuscule... tout aussi brillant que deux des sphères, ses petites ailes blanches faisant voleter de la poudre blanche autour de lui.


Le doré est la couleur du vainqueur... La couleur des rois... Etait-ce le bon choix ? Y'avait-il seulement un choix à faire ?

Je suis la gardienne de l'aleph...

Quelle sera ton choix, enfant ? Le suivre ou tenter une autre sortie avec l'objet de ton désir ?

La petite gardienne regardait Hécate avec insistance.

Tu ne l'as pas encore, mais il te suffit d'un geste pour l'avoir dans tes mains en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Mer 24 Jan - 11:58

Les poussières continuèrent leur valse, inlassablement, gravitant autour d’un centre fixe et invisible. Leur tournoiement semblait entraîner de plus en plus de particules qui s’unissaient dans un amalgame sphérique.

Trois globes, de la taille d’un Aleph de composèrent sous leurs yeux ébahis. Ainsi donc, l’Aleph était un univers composé d’autres Aleph, qui lui-même devait être composé d’autres Alephs…

Trois d’entre eux se mirent à tournoyer à proximité. Aurélius, un sourire avide et fendu jusqu’aux oreilles, se jeta sur la sphère qui ressemblait le mieux aux deux que Cat connaissait. Elle fit un geste pour l’empêcher d’attraper l’objet mais sa main se referma sur le vide.

Aurélius s’était volatilisé. Cat resta un moment immobile, interdite, se demandant si l’homme lui était parti volontairement ou s’il s’était passé quelque chose à leur insu.

Elle sentit la peur l’envahir aussi vite que l’éclair foudroie. La vision de toutes ces gardiennes, mortes d’avoir trop aimé le seul objet de leur désir… dans cette démente contemplation d’un monde toujours aussi mouvant, toujours impassible dans l’éclosion de ses fleurs naissantes mais tout aussi vite fanées…

Une lueur particulière vint la sortir de ses angoissantes considérations. Autour des trois sphères, virevoltait une petite personne de quelques centimètres et dotée d’ailes. Un imperceptible son de clochette se répandait autour d’elle et venait chatouiller agréablement les oreilles ; en même temps qu’elle déversait une fragile poudre blanche, scintillante comme neige au soleil.


Le doré est la couleur du vainqueur... La couleur des rois... Etait-ce le bon choix ? Y'avait-il seulement un choix à faire ?

Je suis la gardienne de l'aleph...

Quel sera ton choix, enfant ? Le suivre ou tenter une autre sortie avec l'objet de ton désir ?


La petite voix cristalline de la fée était fraîche et légère. Elle insinuait que tout était simple et d’évidence enfantine. Il lui suffisait de tendre la main pour accéder enfin à …

* de disparaître comme Aurelius… *

Cat fit un pas en arrière. La petite fée s’assis sur l’Aleph argenté et se mit à l’observer, l’air très amusé.

* Méfiance… Il y a des choses qui ne tournent pas rond… *

Tu es une gardienne de l’Aleph ? Je n’ai jamais entendu parlé de gardiennes d’une autre espèce que l’espèce humaine… et il y a une bonne raison à ça…

La fée continuait de sourire, toujours assise sur la petite sphère, balançant ses jambes comme un enfant amusé.

Et puis… une gardienne ne parle jamais de son secret avec autant de désinvolture et surtout… elle ne le propose jamais à autrui… Tu fais une bien étrange gardienne…

Elle la regarda, l’air suspicieux, sans vraiment savoir ce qu’elle devait faire.

Les Alephs ont tous la même couleur… Aurelius le savait bien, il ne s’est pas trompé…

Elle commençait sérieusement à douter de tout ce qu’il y avait autour d’elle.

Ce ne sont pas des Alephs que tu détiens… Tu es une illusion ! Je ne sais pas d’où tu sors et qui de moi ou d’Aurelius t’as créée, mais je ne tomberai pas dans ton piège !

Elle tourna les talons, bien décidée à en finir avec cette discussion inutile. Elle devait retrouver Aurelius. Ca lui coûtait de le reconnaître, mais elle avait besoin de lui. Pour qu’il la guide dans ce qu’elle n’aurait jamais dû entreprendre si elle avait été une personne douée d’un minimum de raison et surtout pour qu’il la fasse sortir, de gré ou de force, de ce labyrinthe mental dans lequel elle n’était plus rien.

Elle marchait, droit devant elle, traversant nébuleuses et galaxies, aussi inconsistante que le néant. Lorsqu’elle sortit de ses pensées et qu’elle arrêta de maudire Aurelius pour son acte irréfléchi ou pour son abandon, elle regarda où elle se dirigeait.

Nulle part.

L’univers se perdait à l’infini. Elle se retourna. Même chose. Au-dessus, en dessous… rien que des étoiles infimes et intouchables.

*… vaste est la prison…*

Elle se mit à courir, désespérée… revenir sur ses pas… retrouver la fée gardienne et ses faux Alephs…

Ne pas rester seule dans cet insoutenable univers.

Elle courut longtemps… jusqu’à l’épuisement total… toujours les mêmes étoiles… toujours des mondes qui n’étaient pas à sa mesure…

Elle tomba finalement, le souffle coupé, les larmes aux yeux…

Alors qu’elle aurait pu, errer éternellement parmi les étoiles, créer des galaxies, voir mourir des soleils… marcher toujours droit devant elle pour découvrir enfin l’endroit où l’infini s’achève… Cat se rendit compte de son orgueil et de sa petitesse
.

* Et voilà comment, dans une quête interdite et démesurée, on perd tout ce qu’on avait…*

Elle repensa à sa grand-mère, dont elle devait honorer la mémoire et l’héritage… elle repensa à Tom… pour qui elle était prête à tout… même à quitter son monde… et se dit qu’elle s’était bien égarée de ce qu’elle était, de ce qu’elle voulait être…

A ce moment là, elle entendit un vague son poudré derrière elle. Elle se retourna, les yeux en larmes et tomba nez à nez avec la petite fée qui riait. Elle était accompagnée de ses trois sphères.

Elles n’échangèrent pas un mot, mais leurs regards et leurs sourires suffirent à ce qu’elles entre dans une mutuelle compréhension.

La sphère qu’Aurelius avait touchée était de la couleur des Alephs, les deux autres non, mais peu importait…

L’objectif était maintenant de retrouver Aurelius… peut-être avait-il besoin d’aide… après tout, il ne méritait pas d’être abandonné s’il se trouvait coincé quelque part dans l’imaginaire de Cat… Mais surtout, de sortir de ce non-lieu pour retrouver son existence et le monde qui était le sien… retrouver ceux qu’elle aimait…

Elle fixa la petite fée tandis que sa main se dirigeait vers la sphère dorée…Elle lui aurait donné bien plus qu'un Aleph...


* Je souhaite rejoindre Aurelius…*
Revenir en haut Aller en bas
Aurélius Malfoy

avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Sam 27 Jan - 20:13

Si tu souhaites rejoindre celui qui t'a amené ici... Tu sais ce qu'il te reste à faire !

Hécate tendait la main vers la sphère dorée et quand elle la frôla du bout des doigts, elle disparut à son tour rejoindre Aurélius dans un endroit toujours aussi noir... Couleur récurrente chez l'ancêtre... et chez elle aussi sans doute...

Un horizon noir chargé d'électricité, zébré de temps en temps par des éclairs annonciateurs de folie. Un vent qui vous prend pour vous jeter sur une muraille branlante donnant lieu sur un précipice droit et au fond perdu dans le brouillard.... Et au bout de cette muraille en pierres taillées d'un ancien temps, loin, très très loin... Une femme aux cheveux noirs avançait vers le bord lentement, un bouquet de fleurs fanées dans ses mains jointes. Elle resta un moment sur le bord, se faisant jouet du vent avant de se jeter dans le vide en poussant un unique cri perdu dans la tourmente du ciel.

Aurélius lui tournait le dos, accoudé à la muraille, il profitait du spectacle. L'arrivée d'Hécate avait tout de même dû produire un son car :

Vous avez vu ? C'est magnifique, non ? Tout ce sang éparpillé en fines gouttelettes fraîches au pied de la falaise. Même si vous ne pouvez pas le voir, je sais qu'il est là... J'en vois chaque trace... Je la sens... Cette odeur de sang frais qui vient d'être versé... Je suis revenu chez moi le même jour... Elle avait mis sa robe de mariée pour ce jour si spécial... Au moins, on l'a retrouvée très vite, une tache blanche sur des rochers noirs ensanglantés, ça se voit de loin... Ses grands yeux bleus fixant l'infini...

Sa femme avait fini sa fuite des enfers, il n'y avait plus rien à voir... Alors l'homme aux cheveux noirs se retourna vers elle, une expression de grande colère sur le visage, une voix de velours maîtrisée :

Toutes mes félicitations, vous avez passé le test. Vous êtes venue chercher ceci, je pense ?

Il lui montra l'aleph qu'il tenait par deux doigts. Vous l'avez bien mérité ! Vous avez fait preuve de compassion... Et moi je me suis fait berner par ma précipitation... Tout ce temps, toute cette patience !! pour rien... Pour rien !!!

L'aleph fût déposé sans aucune délicatesse dans les mains de la jeune fille.


Maintenant allez-vous en, allez donc retrouver celui que vous aimez... Vous n'avez plus besoin de moi, notre "association" est finie ! Et joignant le geste à la parole, il écrasa le sol noir à ses pieds, comme il l'aurait fait d'un cafard répugnant...

Et il lui tourna le dos pour retourner s'accouder à nouveau sur le mur de son château... Sa femme, dans sa belle robe blanche venait à nouveau de se jeter dans le vide, son bouquet la suivant de très prêt... Avant que l'orage n'éclate une nouvelle fois...

Voilà quel était son nouveau royaume : un horizon toujours orageux avec une folle se jetant perpétuellement dans le vide. Si ce n'était pas risible, ça... Prisonnier de cette muraille sans fin, ne pouvant rejoindre sa femme pour l'empêcher de se jeter dans le vide...


* Pitoyable... *


Au manoir, Aurélius allait se transformer en tableau sans vie... Il ne serait plus qu'une toile peinte que l'on accroche et que l'on décroche à l'envie. Les Malfoys couraient à leur perte s'il disparaissait... Toute la magie contenue dans la maison allait s'échapper... Lentement mais sûrement... Chaque absence de l'ancêtre mettait la maison à mal... Son absence éternelle lui serait fatale... Une destruction totale ! L'illustre famille dont il était issu ne pourrait reprendre ses droits...

La mort de Lucius lui était égale, mais la destruction de ce qu'il avait construit pendant tant de temps lui était insupportable... Il réalisait qu'après avoir vécu si longtemps, il lui était impossible d'accepter de "mourir" une nouvelle fois... Mais tel était son destin dans ce décor de cataclysme...

ça y est elle recommence...

Un cri bref avait capté son attention et il avait pu voir la damnée rejoindre son éternel destin.


Surtout !! ... Ne me sortez pas vos paroles de commisérations dégoulinantes d'eau de rose, ça m'écoeure ! Approchez-vous seulement de moi et je vous jette dans le vide avec elle ! Au moins, vous, je ne vous jetterai dans le vide qu'une seule fois.

Et son regard rouge brûlant de folie devait être assez dissuasif pour l'interdire de s'approcher... Et si jamais elle était assez téméraire, qu'elle se méfie de ses mains aux ongles acérés et ses canines qui ne demandaient qu'à la mordre... Il était ce vent furieux qui lui rabattait les cheveux sur le visage, le tonnerre était le cri de sa déchéance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: De l'autre côté...   Dim 28 Jan - 22:32

Elle se sentit absorbée dans une irrésistible spirale, puis projetée sur un sol de pierres glaciales. A genoux, la violence du choc lui remonta le long de la colonne vertébrale. Elle grimaça de douleur. Une rafale courroucée souleva ses cheveux ainsi que les pans de la robe noire qu’elle revêtait.

Autour d’elle, les éléments déchaînés exprimaient leur anéantissante colère. Des éclairs ravageaient le ciel parcouru de nuages sinistres et menaçants… le gris se perdait à l’horizon tandis que le noir le dévorait de son appétit pernicieux et illimité…

Luttant contre les vents, elle se redressa et aperçut près d’une rambarde la silhouette élancée d’Aurélius qui scrutait l’infini malsain. Seuls ses sombres cheveux caressaient la folie de cet instant insituable dans le temps, tant ses couleurs sonnaient l’apocalypse…

Elle gravit difficilement quelques pas en sa direction, mais resta à distance respectable… Elle eut l’intuition qu’il se tramait quelque chose d’inestimable dans l’univers de l’homme qu’elle regardait.


Se détachant de la noirceur de l’univers, une ombre blanche, immaculée...
Une femme s’avançait d’un pas lent et régulier vers le bord de la falaise…
Elle portait une longue traînée de mariée soulevée par le vent…
Deux ailes d’ange prêtes à s’ouvrir…


Le temps s’arrêta, dansant avec son corps soumis aux éléments, avec son âme déjà éparse dans l’atmosphère tyrannique qui la soustrayait au monde des vivants.

Et puis l’instant incontrôlé où son corps s’élança, où sa chair se soumit à sa volonté fuyante… et puis le cri qui la libéra par lequel sa conscience s’échappa de son âme… le cri par lequel elle embrassa l’éther…


Pétrifié… morte d’effroi… l'esprit de Cat figé par les ondes sonores qui faisaient écho dans son cœur étranglé… vision d’horreur qui s’infiltrait dans ses yeux comme autant d’épines…

Aurelius… spectre noir et immobile… spectateur impassible ou impuissant…

Se détachant de la noirceur de l’univers, une ombre blanche, immaculée...
Une femme s’avançait d’un pas lent et régulier vers le bord de la falaise…
Elle portait une longue traînée de mariée soulevée par le vent…
Deux ailes d’ange prêtes à s’ouvrir…

… vision d’horreur qui s’infiltrait dans ses yeux comme autant d’épines…

… Se détachant de la noirceur de l’univers…

Son esprit se révulsa, refusant l’inacceptable évidence d’un éternel recommencement… Nausée de l’existence…

Nous sommes de bien vulgaires pantins…

Aussi pâle qu’un linceul, Cat s’approcha d’Aurélius et se figea à quelques mètres de lui, incapable de manifester sa présence.

Sa voix s’éleva dans le vent tumultueux, elle parvint aux oreilles de Cat comme un douloureux poison s’infiltre dans un corps déjà souffrant.

Puis il se tourna vers elle, l’air le plus détaché du monde et comme s’il s’eut agit d’un vulgaire trophée, il déposa un Aleph dans sa main inerte.

Cat ne pouvait détacher son regard de ce visage qu’elle n’avait en réalité encore jamais regardé. La sphère tant désirée trônait dans sa main toujours levée…


…et puis le cri qui la libéra par lequel sa conscience s’échappa de son âme… le cri par lequel elle embrassa l’éther…



« … ça y est elle recommence... »



« …de commisérations dégoulinantes… dans le vide avec elle… vous jetterai dans le vide qu'une seule fois… »

Sa main s’effondra le long de son corps, sa bouche s’ouvrit… mais aucun son ne s’en échappa…

Etait-il possible qu’Aurélius ait bâti tout ceci pour cette folie ? Que dans son cœur se soit immiscé goûte à goûte le venin de la bile noire ? Que son esprit eut été ravagé par la douloureuse passion d’une éternité qui se terminait en impasse… Le serpent qui se dévore jusqu’à l’étouffement de ses propres plaintes…

Les larmes silencieuses sont les plus amères… celles de Cat s’envolaient dans la tourmente…

Elle ouvrit la besace qu’elle portait en bandoulière et en sortit un deuxième Aleph.

...

Les deux sphères se mirent à graviter à quelques centimètres de ses mains. Leur apaisante lueur se diffusa sur son visage et traversa ses pupilles qui se contractèrent à leur contact…

Un disque lumineux se dessina tandis que les deux sphères continuaient leur régulière rotation. Hécate joignit les mains et un son s’en échappa diffusant ses vibrations de plus en plus ondoyantes… Le vent l’étreignit…


Son esprit se révulsa, refusant l’inacceptable évidence d’un éternel recommencement… Nausée de l’existence…

…Deux ailes d’ange prêtes à s’ouvrir…

…Se détachant de la noirceur de l’univers, une ombre blanche, immaculée...


Le gris se perdait à l’horizon tandis que le noir le dévorait de son appétit pernicieux et illimité…

Le noir s’arrachait de l’horizon tandis qui le néant vomissait de nouvelles lueurs encore incertaines… un pâle rayon de lumière traversa les lourds nuages… un cercle illuminé déchira le ciel…

Le vent s’affaissa faisant retomber la robe de Cat et ses cheveux s’assagirent.


Il est encore temps Aurélius… C’est à vous de choisir…

Elle rangea les Alephs dans sa besace et lui ouvrit son âme d’un regard ému.

* Au revoir Aurélius… et merci…merci...*

Elle avait disparu...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'autre côté...   

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'autre côté...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Club de Karaté et autre du meme genre
» Tout peut basculer, d'une minute à l'autre. [Luffy!]
» [FINI]Oups... Ou comment penser à autre chose ! [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Wizardry :: Grande-Bretagne :: Wiltshire :: Manoir des Malfoy-
Sauter vers: