Dark Wizardry

Harry Potter RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Deux pieds nus et brûmes d'Ivoires

Aller en bas 
AuteurMessage
Nepenthè
Invité



MessageSujet: Deux pieds nus et brûmes d'Ivoires   Jeu 4 Jan - 4:23

Un vent léger soufflait, s'engoufrant en étau dans la moindre échancrures, rendant sa chevelure totalement folle, raffraîchissant sa peau pâle marquée de tant de stygmates.
L'androgyne portait un pull couleur saffran difforme et un pantalon à la texture méconnaissable tout aussi mal coupé, à ce tissu flottant s'ajoutait la cape typique des elèves de Poudlard et d'une écharpe aux couleurs Gryffones qui avait probablement connue des jours meilleurs.

Névé marchait pieds nu, pataugeant dans le lac, engourdie par le froid qui anesthesiait ses extrémités tout aussi bien que son âme, un faible soleil hivernal hésitait à percer une brûme opaque et crèmeuse, rendant l'athmosphère de ce lac aux reflets métalliques, irréèlle...

Patauger dans l'eau à l'aurore en plein hiver, voilà une situation bien incongrue, mais après tout, ce semblant d'homme en avait l'habitude.
Et bien des évènements s'étaient écoulés, quelques aventures, bon nombre de rencontre, et à chaque fois, il n'en sortait pas indemne.

"Un jour, il me faudra trouver une potion indestructible, à la vitesse où je m'evertue à trahir mon corps..."

Nepenthès aurait volontier plongé dans le lac, se coulant dans l'eau glacée et apaisante, qui lui ferait oublié toutes pensées et toutes luttes au moins quelques instants, lui rappelant la morsure d'un pays lointain, et aussi celles des troches brulantes de paysans vengeurs, d'une folie incandescente, de mots assassins...

*L'univers Moldu*
Qui fit un jour parti du sien.
L'aspect duveteux du ciel lui paraissait comme enrôbé de douceur, illusion trompeuse d'une voracité celeste à prendre son compte d'âme, coupant les souffles et les têtes, achevant idées et rêves...

Pour une fois, au moins, Névé n'était pas déranger, ni perturber d'une intrusion indésirable, veillant à ce que les alentours soient vide de toutes vies, même si celle-ci grouillait sous couvert d'un lac d'acier aux reflets d'ombres, comme un certain regard, parfois, lorsque la lumière l'envahissait.

Le jeune Gryffon aurait apprécié faire des rêves absurdes, des rêves que l'on sait imaginaire, un monde onirique dont on ne craint rien... Mais les siens l'étranglaient chaque nuit vers d'autres macabre tortures psychologiques... Lent et douloureux processus ayant pour but ultime...

*La Folie..."

La frêle silhouette s'éloignait encore, dans sa tour embrumée comme d'un ivoire inacessible, comme d'une muraille d'albâtre qui la protègerait...

*Mais rien jamais ne protège vraiment...*
Revenir en haut Aller en bas
Nepenthè
Invité



MessageSujet: Re: Deux pieds nus et brûmes d'Ivoires   Ven 5 Jan - 18:40

L'eau glacée léchait sa peau, avide d'en grapiller un peu plus, de s'approprier ce corps si chaud pour le reffroidir en ses limbes...
Elle était aggression, elle était affection.
Nepenthès s'en sentait la confidente ennemie.

Et les brûmes l'effleuraient comme le voile d'une triste marriée, le blanc, ce deuil éclatant, laissant pensif son cortège d'idée.
Elle avancait ainsi, la promise de l'aube, drapée dans une mélancolie que seule l'absence de son autre moitié pourrait expliquer.

Névé se baissa, s'agenouillant un peu plus profondément dans l'eau sombre, qui d'un coup le dévorait, peut-être l'androgyne se ferait-il enlever par un monstre quelconque peuplant ses abysses?
Peut-être serait-elle l'épouse d'une immortelle sérénité?

Et le brouillard s'épaissit...
De drôles de bruit se firent entendre...
Un cri.
Non pas strident, ni même blessé ou encore triste, un simple cri comme le constat d'une évidence...
Les clapotis de l'eau se firent plus violent, comme si celle-ci, gloutonne, venait d'avaler en entier, l'ange d'un instant...

Puis quelques rayons s'échappèrent de la muraille, éclairant craintivement... L'absence d'un être, d'une femme se prenant pour lui, d'une demi-âme à moitié polie.


Au loin, sur une petite colline où la lisière de la forêt s'invitait en spectatrice, un renard argenté tourna son regard profond vers son miroir.
Il hésita un instant, et partit se fondre dans les chimères et ombres alanguies.
Revenir en haut Aller en bas
 
Deux pieds nus et brûmes d'Ivoires
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUID DU PREMIER MINISTRE PIEDS SENTI ??????
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Saut de 361 pieds en motoneige
» Deux humoristes virés du poste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Wizardry :: Autour du Château :: Lac-
Sauter vers: