Dark Wizardry

Harry Potter RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Solitude...

Aller en bas 
AuteurMessage
Julien V
Invité



MessageSujet: Solitude...   Mar 9 Jan - 23:11

Julien était allongé dans son lit dans son appartement, il entendait les respirations régulières des rares tableaux présent dans sa chambres, pendant que certains ronflaient bruyamment, alors que lui ne dormait pas, fixant le plafond, malgré que son regard soit vide, il était ailleurs dans la lune. Il tourna la tête vers sa table de chevet ou été posé un réveil qui faisait un petit bruit régulié et il pus y lire 4h28.

Il se redressa arrêtant de fixer ce plafond qui été de la couleur de son ancienne maison, certainement pour lui faire honneur, il poussa sa couverture vers ses pieds un peu trop brusquement et ce leva, il mit une main sur ses cheveux et l’autre sous son menton et fit pivoter sa tête, ce qui produit plusieurs craquement au niveau de son cou avant de faire la même chose dans le sens inverse, avant de ce diriger vers la salle de bain d’un pas lent traînant les pieds sur le sol qui était en bois lisse, ne faisant pas de bruit pour ne pas réveiller ses camarades, la tête baissée pendant que ses cheveux blanc lui tombait sur le visage qui exprimés beaucoups d’émotions ce qui était très rare pour Julien, il ne faisait ça que quand il était seul et encore, rarement.


*Rien de tel qu’une bonne douche froide pour me remettre les idée en place* Se dit Julien. Il arriva dans la salle de bain, enleva son pyjama avant de ce dirigeait vers la douche, il ouvrit l’eau froide. L’eau froide au contact de son corps chaud le réveilla complètement et lui tira un petit crie ce qui lui fit rapidement oublier tout ses problème auquel il pensait souvent c’est temps ci. L’eau coulait abondement sur son corps, pendant qu’il claquait légèrement des dents ayant la chair de poule sous l’eau froide, ses cheveux tout mélangés et qui lui collait sur le visage. Il arrêta l’eau de coulait se commença à ce sécher avant de mettre sa serviette autour de sa taille en ce dirigeant vers la glace qui était mise à disposition dans la salle de bain, Il ce fixa regardant surtout ses cheveux, ce qui lui fit poussait un grand soupir.

*Y’a des jours j’aimerais me les couper cour pour ne plus à avoir à me les coiffer* Pensa Julien tout en ce fixant avant de prend son peigne et de ce coiffer ses cheveux blanc. Il sortit de la salle de bain, il en sortit tout prore en direction de la commode qui fit un bruit assez grand.

*C’est bien ma veine aujourd’hui* Se dit Julien un peu énerver contre cette commode, avant de tirer le tiroir d’un coup sec ce qui créa un grand bruit, il fouilla dans ses vêtements et opta pour un jean noir moulant accompagné d’une ceinture noire et de son habituel chemise noire aimant particulièrement cette couleur lui rappelant son passé et lui prouvant qu’il était vivant.
Il s’habilla rapidement toujours en silence

Julien faisait ses lacets avec énergie n’ayant pourtant pas dormit de la nuit. Une fois vêtu il ce dirigea vers la porte de la chambre pour enfin sortir de ce lieu où il commençait à étouffer. Il descendit les escalier doucement, le feu de son salon était presque était il restait juste quelque braise au milieu des cendre qui dégageait une faible chaleur, pendant que dehors il devait faire froid faisant encore nuit. Il sortit de son appartement.Il marchait dans les couloirs avec une lenteur montrant qu'il n'était pas pressé ou qu'il avait encore du temps devant lui. Son regard toujours sur le sol il se dirigeait vers le parc, il entendait les ronflements des tableaux qui dormaient toujours vus l’heure qu’il était, les professeur eux même devait dormir, seul un professeur idiot et anormal ce promener dans les couloirs.


*Putain mais ils ronflent tous où quoi* Se dit Julien énerver de n’entendre que ça….avant d’arrivait enfin devant la grande porte, Il ouvrit la grande porte et fut a l'extérieur où le vent et la froideur du matin lui fouetaire le visage, en sentant ce contact sur sa peau il ne pus retenir un soupir de bien être. Les yeux toujours fermés se dirigeant vers le lac qui était toujours obscurcit du fait qu'il ne faisait toujours pas jour. Il ouvra les yeux pour ne pas se cogner contre un arbres ou quelques chose d'autre. Arrivait devant le lac il se mit en évidence à avoir la vue bien dégagé, il pouvait voir l'horizon magnifiquement avec aucun obstacle sur plusieurs kilomètres. Se tenant debout les bras croiser le regard fixait droit devant vers l'horizon il attendait. Ses pensées furent arrêtés, devant lui, les premiers rayons du soleil apparaissait, certains penses qu'un couché de soleil est magnifique mais ils n'ont jamais vue la beauté d'un levé de soleil, c'est comme si le soleil renaissait de ses propres cendres et que la vie revenait alors que quand il ce couchait c'été comme si il sombrait dans le néant. En pleine observation Julien avait perdu la notion du temps, le soleil était déjà entier dans le ciel, on pouvait entendre les premiers gazouillis et sifflements des oiseaux qui sortaient de leur perchoirs.

Julien était toujours assis à regardait droit devant lui les genoux rabattus sur son torse les bras autour de ses genoux pour ce tenir, pendant que le vent s’engouffrait dans ses cheveux qui, en bougeant caché la vue à Julien de ce spectacle qu’il regardait tout les matins depuis sa venue à Poudlard. Il détourna le regard pour regardé un peu ce qui l’entourait, voyant au passage que le vent faisait comme des vagues sur l’herbe avec ses reflets, créant ce magnifique mouvement régulier.

Julien ne bougeait presque pas, recroquevillé sur lui même sur l'herbe fraîche de ce début de journée, éblouit par le soleil qui devenait de plus en plus aveuglant au fur et à mesure qu'il montait dans le ciel. Julien avait remarqué que presque tout les matin, à certains endroits du lac, toujours différent, quelque chose sortait du lac, mais trop loin de lui pour lui permettre de distingué ce que c'était, surtout que la chose, s'en allait dès que Julien posait ses yeux dessus, comme si elle le fuyaitµ. C'était presque devenu un jeu pour lui de découvrit qu'elle était cette être vivant qui sortait de l'eau le matin...car aux autres moment de la journée il ne voyait rien sortir du lac.

Mais ce matin il était trop dans ses pensées pour chercher...il fut sortit de sa torpeur par un coup de vent violent lui faisant virevoletait ses cheveux blanc devant son visage....les morsures de cet air frais, le fit se ressaisir. Julien ce redressa, il jeta un dernier regard droit devant lui avant de baisser la tête et de mettre ses mains dans ses poches tout en ce dirigeant vers un des nombreux sentier du parc de Poudlard, au contact de ses chaussure, il y avait le bruit des gravillons sous ses pieds, il marcha un bon moment à faire le tour du lac sur ce sentier qui ne semblait ne pas ce terminer. Au bout d'un moment il arriva à un rosier qui fleurissait, Julien s'en rapprocha, il tendit l'une de ses mains en direction d'une des roses qui avait pratiquement éclose, il fit attention à ne pas ce piquer les doigt avec les épines, avant de faire une lègère pression pour la couper.

Il la porta à son nez pour s'ennivrer de sa senteur joviale, ennivrante, la tenant désormais par ses pétales roses, on pouvait distingué on beau rose vers le bords des pétales, mais plus on allait vers le centre plus le blanc prenait le dessus pour être totalement mettre de la pétales vers le coeur de la fleur, mais cachait par le polène.
Julien reprit sa promenade matinale en arrachant une à une, avec douceur les pétales avant de les laisser s'envolait dans le cour du vent. Julien continuait de marcher lentement sur le chemin en gravillon qui faisait le tour du lac de Poudlard, préstigieuse école de sorcellerie. Il continuait d'arracher les pétales de la rose rouge qu'il tenait entre ses doigt délicat, ses yeux bleu saphir vide d'émotion regardant la rose se guidant au bruit des gavillon pendant que ses cheveux blanc bougeaient dans tout les sens à cause du vent. Laissant ses jambes le conduire au loin.
Revenir en haut Aller en bas
Honora C
Invité



MessageSujet: Re: Solitude...   Mer 10 Jan - 11:52

Elle tournait lentement les pages de son livre. Les mots lui semblaient familiers, mais elle poursuivait sa lecture sans les saisir vraiment. Son esprit était ailleurs, son âme embrumée de questions. Tant d’interrogations qui restaient sans réponses, tant de vaines chimères qui s’attardaient sur son passage sans prendre la peine de se dévoiler. Agacée, elle referma le recueil d’un geste sec, le posant sur une table basse non loin d’elle. Elle allait s’échapper de cette tour haut perchée, une fois encore, sa soif d’escapades interdites désirant d’être assouvie. La nuit s’était terminée dans un silence imperturbable. Morphée n’avait pas daigné l’accueillir longtemps dans son royaume, et elle s’était finalement déroulée comme presque toutes les nuits…

Son errance l’avait conduite jusqu’au rivage… sans vraiment s’en rendre compte, guidée par les premières lueurs de l’aube. D’ici la cime du château était à peine visible au dessus des arbres, on ne devinait la forme et les contours que par les mille lumières aux couleurs disparates qui s’y balançaient, comme dansant dans le vent.

Assise au bord d’un large rocher faisant légèrement saillie sur l’eau du lac, l’abysse de ses yeux se perdait à la contemplation du ciel, miroir céleste destiné aux anges.

Jamais encore elle n’avait vu un ciel pareil à celui-ci. Les pourpres du soleil se mêlaient aux bleus d’émeraude, sur cette vaste étendue ressemblant à une toile de peintre. L’astre se levait accompagné de la fraîcheur du souffle matinal, laissant répandre ses rayons tels de véritables jets d’ocre balayant le domaine de Poudlard. La brise silencieuse venait fouetter son visage et petit à petit, emportait sa silhouette, son esprit par delà les cieux, soulevant quelques sombres mèches au passage.


*Il passe dans mes songes d'étranges silhouettes aux murmures de toi, petit ange... Elles me chuchotent des mots que je ne comprends pas.*

Ton ombre danse, elle vire, elle vole,

Elle virevolte…


*Plus pour longtemps…* Les cours commenceraient dans quelques heures et elle profitait de ces instants calmes avant d’affronter le brouhaha quotidien. Elle était si bien, ici. Elle ne pensait plus à rien. Plus rien. Ni problème, ni maladie, ni mort. Rien. Rien qu’elle et l'eau. Elle passa une main lasse dans sa chevelure d’ébène. Ne plus penser à rien... Vivre ce moment présent sans redouter l'avenir. Et surtout, surtout, ne pas se dire que bientôt, elle devrait quitter cet endroit idyllique pour aller reprendre sa place…

Ton ombre, elle s'enflamme,

Elle s'élance,

Elle oscille, elle bondit, elle s'envole, ton ombre…

Plongée dans son univers de brume, un léger sourire aux lèvres, elle en oubliait presque cette fade réalité tout comme les inconnus susceptibles de sillonner les allées du parc si tôt à cette heure de la matinée…
Revenir en haut Aller en bas
Julien V
Invité



MessageSujet: Re: Solitude...   Mer 10 Jan - 14:34

Une puissance, présente depuis toujours parmi tant d’autre créature et d’élément, force naturel, faisant respecter ses émotions, ses caprices, faisant en sorte que tout les êtres sur cette terre lui obéissent, que tous se soumette à son intensité, dans un mouvement régulier, flanchant, tous se pliaient sous son passage, apportant une brise légère, à la fois revigorante et fraîche d’une nuit encore totale, brisant le silence par son souffle majestueux que le monde se devait de respecter pour sa nature et sa beauté.

Il soufflait avec douceur sur la flore, en train de faire voleter les feuilles, de diverse couleur, en les mélangeant dans le ciel sous un arc-en-ciel de couleur sombre, qui reflétait la nature qui commençait une hibernation. Il faisait valser l’herbe, créait des vagues irrégulières sur le tapis du sol, recouvert par les feuilles mortes des nombreux arbres qui n’avaient put résister à l’appel de l’hiver qui approchait, ne pouvant résister à cette douce mélodie, les obligeant à perdre contrôle de leur feuilles, les perdant, les lâchant, les observant sans rien pouvoir faire. Tomber, s’envoler, avant de mourir, en poussière, quelque part, comme chaque année qui s’écoule, respectant ainsi les saisons.

Une brise légère...faisant ainsi virevoleter faiblement les cheveux de Julien qui avait toujours les yeux fixait sur la rose, qui était en train de mourir petit à petit à chaque fois que son agresseur lui arracher un pétales, même si il le faisait avec douceur et passion. C'était un moyen pour lui de ne penser à rien d'autre. Il faisait subir cela à la rose afin qu'elle le comprenne, comme si il était en train de ce confésser devant elle, en train de lui avouer ses malheur, ses douleurs, sa solitude, n'ayant aucun amis il ne pouvait pas se vider de ses émotions qu'il garde depuis trop longtemps. Alors pour faire tenir le barrage et le solidifier, il venait tout les matins, faire ce petit manège.


Cependant ce matin là, il entendit derrière lui, un bruit régulier de gravillons, comme si une personne marcher un peu plus loin derrière lui. Il s'arrêta avant de se retourner vers la personne qu'il reconnut assez facilement pour l'avoir vu dans son cours.
Revenir en haut Aller en bas
Honora C
Invité



MessageSujet: Re: Solitude...   Jeu 11 Jan - 11:05

Les yeux dans le vague, elle contemplait toujours l’astre grandiose s’élever dans le ciel et l’inonder des ses rayons. La nature s’éveillait autour d’elle dans un ballet de sons et d’arômes lui offrant chaque jour le même spectacle. Délaissant le ciel quelques instants, son regard calme vint scruter la surface lisse et lumineuse de l’immensité qui s’étendait devant elle, se raccrochant à cette sensation de paix, comme si c’était la dernière chose qui lui restait. Parfois lorsqu’elle fixait ce miroir d'eau claire, sa vision se voilait, laissant apercevoir un tout autre visage… celui de son petit ange. Une moue charmante et tragique qu’elle n’avait pas revu depuis, emplissant son esprit d’images… laissant ses pensées la rattraper… la privant de ce bien être éphémère…

*Une fois encore…*

…Une salle circulaire. Des miroirs en guise de murs. L’eau y coulait comme un voile translucide. A présent plus proche de l’un des cadres lumineux… elle contempla un reflet qui n’était guère le sien. Celui d’une petite fille, vêtue d’une élégante robe parée de soie noire, ses longs cheveux sombres tombant en boucles sur ses épaules. Honora s’agenouilla et posa une main sur la surface glacée. L’enfant en fit de même. Son petit ange pleurait… des larmes de sang...

“Tu as basculé…”

… la gorge nouée, elle n’eut guère le temps de reprendre ses esprits. Le reflet s’obscurcit, la vision s’acheva troublée par la chute d’un pétale rose. Inspirée par cette apparition on ne peut plus habituelle, Honora détourna le regard pour le laisser suivre son cheminement, portée par une brise opalescente et presque inexistante. Son périple s’arrêta sur un chemin caillouteux d’une des allées menant au parc. D’autres pétales dansaient dans les airs, transportés au gré du vent, puis au loin, une silhouette. De dos, le jeune sorcier semblait plutôt grand et élancé, il sillonnait le parc d’un pas tranquille, sans se préoccuper de l’agitation voisine.


*Un autre lève tôt… ?* Cette pensée l’amusa quelque peu. A dire vrai et pour être sincère, ce n’était pas tout à fait correct pour sa part, Honora étant plutôt du soir… et friande d’escapades nocturnes, une habitude prise par la blancheur de ses nuits et de seulement quelques heures de sommeil. A nouveau, sa curiosité naturelle ne lui laissa nul temps de réflexion, l'incitant à entreprendre une approche discrète vers celui qu’elle pensait être un autre élève venu profiter de la quiétude matinale.

*Mmhh… une chevelure blanche, des vêtement atypiques, un air désinvolte… se pourrait-il que…*

Elle sursauta, soudainement interrompue dans ses déductions par un regard clair et énigmatique, donnant l’impression de rechercher un quelconque secret dissimulé en elle…

*Espérons que non, il n’en retirerai qu’une forte migraine…*

“…Professeur ?” s’étonna t-elle confuse de croiser un membre du corps enseignant à une heure si matinale... avant de se reprendre et de s’excuser. “Bonjour… je vous ai pris pour… enfin, je n’avais pas l’intention d’interrompre votre promenade.”
Revenir en haut Aller en bas
Julien V
Invité



MessageSujet: Re: Solitude...   Jeu 11 Jan - 20:36

[HJ pour avoir un dialogue vaudrait mieux diminuer la taille des postes ^^]


Montant à son rythme dans le ciel, éclairant chaque parcelle du monde avec sa noblesse faisant ainsi passé les habitants de ce lieu pour des mendiants. Julien était toujours tourné en direction de la jeune fille, pendant que les rayons du soleil lui donné une agréable chaleur dans le dos, qui était refroidi par la brise légère du matin, qui faisait voleter légèrement les cheveux blanc de Julien, lui donnant un air à la fois désinvolte, charmeur et surtout mystèrieux.

Il observait la jeune fille qui était devant lui, qui semblait elle aussi savoir qui c'était levé à cette heure ci. La détaillant de haut en bas, regardant sa cheveulure noire qui essayait de s'enfuir sous la puissance et l'aisance du vent. Cachant de temps en temps les yeux de cette charmante personne, qui n'empecha en rien Julien de fixer ses yeux, comme hypnotiseé par leur splendeur, il lisait une histoire au travers de ses yeux, essayant de lire en elle, même si ce n'était que minime.

Pour une fois, Julien ne fit pas comme dans son enfance, au lieu d'être froid et sarcastique et de l'ignorer par la suite, il lui fit un sourire sinscère avant de lui répondre gentiment.


''Bonjour gente demoiselle, je vous en prie, vous n'avez en aucune manière besoin de vous escusez pour vous promenez, et je vous rassure vous n'avez point interrompus ma promenade, qui arrive malheureusement bientôt à son terme'' Dit Julien gentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Honora C
Invité



MessageSujet: Re: Solitude...   Lun 15 Jan - 15:29

*Et bien, quel sens de la courtoisie… à grande offrande, grande réflexion mais il ne faudrait pas tomber dans l’extrême.*

Deux yeux d’un bleu glacé charmant, ressortant davantage la pâleur d’une peau, et la quasi-blancheur d’une chevelure. Un nez semblant idéal, de la même finesse qu’une bouche constituée de deux tâches de couleur rosée, presque nacrée, appelant au baiser, comme la touche finale aux délicats ornements d’un visage.

Des traits fins, presque androgynes, si ce n’est une certaine dureté typiquement masculine, conférant à l’homme une beauté froide.


*Si la surface du monde ne se bornait qu’au physique…*

Il rayonnait littéralement, et la jeune fille s’étonna de ne pas l’avoir remarqué plus tôt. Alors qu’elle dévisageait sans vergogne “l’inconnu”, comme si elle voulait s’imprégner de son image, un curieux sentiment lui vint, comme un vieux souvenir oublié. Une impression de déjà vu. Elle-même se sentait contemplée de la tête aux pieds, comme soumise à examen minutieux ce qui eut le don de fortement la gêner, détournant les yeux, se rendant compte de sa maladresse.

Ton ombre s'enflamme,

S'élance…

Oscille, bondit, s'envole, ton ombre…


“… je vous rassure vous n'avez point interrompus ma promenade, qui arrive malheureusement bientôt à son terme.”

“En fait…”

Silence…

Elle ne restera qu’apparence… ton ombre.


“…je me dois également vous quitter. Le temps passe, mesuré il nous est inconnu mais lorsqu’il s’envole à la dérobée des sens et vient surprendre nos cœurs, seule nous reste cette cruelle sensation de manque. Notre rencontre fut des plus brèves, l’affabilité du cœur est bien plus supérieure à celle des manières, vous en avez fait preuve je ne l’oublierai pas.”

Après avoir jeté un envieux coup d'œil au lac, délaissant son professeur, elle dirigea à nouveau sa marche vers le rebord, une étendue lisse qui la charmait étrangement. Curieuse, elle s'approcha de l'eau et accroupie, l’effleura d’une main … le lac n'était pas glacé, contrastant agréablement avec la froideur de l'air de Janvier. Les mains plongées dans l’eau, elle souleva le liquide et laissait filer les gouttes entre ses doigts, comme pour mesurer le temps. Le temps qui s’écoulait si vite tant le souffle du vent étouffait les bruits de la vie. Elle frissonna sous le brusque changement de température avec l’atmosphère, et l’enfant de son reflet, celui aux larmes carmin, lui revint ne tête. Etrange méditation… Puis repensant à son professeur et au sourire sincère qui vint éclairer son visage d’albâtre, elle ajouta sans quitter l’immensité des yeux:

“Vous savez, j’ai fait la même erreur, mais il n’y a rien de plus beau qu’un visage expressif. De temps à autre, il est bien de retirer le masque même si celui-ci s’avère être protection ultime. Le laisser s’effriter pour mieux reconstruire. Qu’il soit véritable.”

Elle se redressa et son regard s’égara aussitôt vers d’autres lointains horizons… là où elle devait disparaître, poursuivre sa route et suivre les traces son petit ange…

Un dernier regard vers l’enseignant…


“Peut être nous reverrons-nous...” avait-elle ajouté en se retirant loin de toutes ces présences mortelles... et pourtant si réconfortantes.




[HJ : vous pouvez faire long même dans un dialogue, suffit d’être motivé !^^ Désolé de vous fausser compagnie si rapidement, mais le sort en a voulu autrement...]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Solitude...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Solitude...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Éternelle solitude | Lumi |
» Dans la solitude du desert.
» joséphine ▬ « La solitude effraie une âme de vingt ans »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Wizardry :: Autour du Château :: Lac-
Sauter vers: