Dark Wizardry

Harry Potter RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ..ce ne sont pas les limbes...

Aller en bas 
AuteurMessage
Alban In
Invité



MessageSujet: ..ce ne sont pas les limbes...   Mer 17 Jan - 12:59

Ainsi étaient les cachots : sombres, étouffants, mais sans commune mesure avec les limbes...

Alban y déambulait tranquillement....Son corps mince ondulait silencieusement le long des couloirs étroits...Léger sourire aux lèvres...

C'était grisant, la liberté...relative bien sûr...Mais comment apprécier une quelconque notion si elle n'était pas relative..? Seuls les fous révaient d'absolu...

Et Alban n'était pas fou, loin de là...

Il marchait et le léger bruit de ses pas resonnait dans ce dédale souterrain.. Il laissa un instant s'échapper son apparence spectrale...C'était un peu pénible de devoir contenir sa puissance dans un si fin corps...

Alors, son aura violacée se développa, une silhouette sombre et gigantesque se dessina derrière Alban, ne faisant qu'un avec lui....

Sa faux spectrale trainait par terre à mesure qu'il avançait, produisant un raclement sinistre....

Son sourire s'accentua...Confiné dans ce frêle corps, il était tellement à l'étroit....

Il était....la faucheuse.....




Allons, il fallait rester sérieux...

Si quelqu'un le croisait...Il devrait le tuer...Les dommages colatéraux n'étaient pas très bien vu par son Maitre...

Il enfouillit à nouveau son aura dans la fine enveloppe qu'Hadès lui avait donné et reprit sa marche au hasard des couloirs...
Revenir en haut Aller en bas
Honora C
Invité



MessageSujet: Re: ..ce ne sont pas les limbes...   Mer 17 Jan - 17:34

Le château semblait entièrement désert à cette heure ci… ou peut être était-ce l’atmosphère nébuleuse, sombres tréfonds d’un tombeau où la pénombre des cachots trônait, immergeant le royaume de glace serpentardien. Que faisait-elle en ce domaine… ? La question ne s’était pas encore imposée à son esprit. Elle vagabondait pour la Nème fois aux croisements des corridors, scrutant les alentours et son errance habituelle l’avait progressivement conduite jusqu’ici.

L’air paraissait froid, humide, drainant derrière lui un faible crépitement de torches quelconques.

Elle avançait… une marche silencieuse…

… Puis un bruit, derrière elle. Des pas, étouffés, lents. Le froissement d’une cape qui traînait au sol. Avait-elle bien entendu ? Se détournant vivement, une haute silhouette sombre vint apparaitre à l'extrémité du couloir, entourée d’un long manteau de nuit, les pupilles luisant sous le feu intense du mystère.

L’ombre…

Une vision suffisante à lui glacer le sang. La silhouette restait immobile, face à elle. C’était tout juste si l’on entendait son souffle, si l’on percevait le faible sifflement de sa respiration. Cette impression de froid, de mort… le seul endroit lui inspirant cette sensation avait été la forêt interdite, lors de cette funeste course poursuite... Mais d’un effet moins fort… juste pressentiment. Son camarade et elle l’avaient presque frôlé, glissant entre ces doigts, parvenant à s’échapper en sublimant l’abîme. Revenir et suivre le fil les attirant vers la lumière, si fade soit-elle.


*Je n’ai pourtant pas conclu de pacte…*

Elle ne pouvait payer pour ça… pas maintenant. L’ombre était trop forte, trop puissante pour qu’elle puisse même imaginer se mesurer à elle. Pensait-on sérieusement pouvoir se jouer d’un tel être? De nombreuses âmes avaient cédé sous sa faux…

*Non… je suis encore en plein délire !* Certainement…

Qui est-ce donc ?

Hésitant un instant, d’un pas lent peu assuré, Honora finit par se rapprocher de la silhouette, puis parvint à formuler un semblant de phrase cohérante dans un faible souffle :


"Pardonnez moi mais… je vous connais ?" Question stupide.

La Mort frappe à la porte des mortels…

Une faux d’argent, tranchante, chante dans le vent, voltige autour d’eux. Le métal, affûté, brille d’un éclat passionné, maléfique, danse macabre sonnant un glas lugubre. Un flot carmin annonciateur de malheur… Le désir de vivre est fort, très fort. Mais serait-ce suffisant… ? Face à cette soif… ce désir de franchir les limites de la connaissance…

Elle voulait savoir…

Aucune réponse ne vint... Pourtant, Honora semblait percevoir un sourire redessiner ses lèvres, sous le couvert des ténèbres de son habit. L’ombre fit un pas, sa cape effleurant la surface lisse et dallée. Sa noirceur l'enveloppait, et la jeune Serdaigle se sentit tout à coup minuscule, insignifiante, face à cet être de qui émanait une telle aura de puissance. Ici à Poudlard… ? Et sous ce visage mortel? Etrange…

Elle hésita… que faire ?

La lumière est là. Proche mais inaccessible. Avec elle le salut, la vie, l’espoir. Le sang du messager souille la pierre. Le miracle divin tarde à s’accomplir…
Revenir en haut Aller en bas
Alban In
Invité



MessageSujet: Re: ..ce ne sont pas les limbes...   Ven 19 Jan - 16:18

De ses yeux de mort, il la vit... Un sourire se dessina, il n'était pas seul dans ces cachots vaguement étroits... Elle lançait vers lui des regards hagards et perdus, que cherchait-elle donc..?

Sa voix retentit, mal assurée :
"Pardonnez moi mais… je vous connais ?"

Alban connaissait tout le monde au moins une fois dans leur vie : à leur achèvement. C'était bien rare qu'il puisse se fondre parmi eux cette fois-ci et c'était vraiment interessant d'observer leur comportement...

Peu semblait sentir quoi que ce soit à son sujet, seul Amaterasu avait compris, mais c'était inégal, vu sa condition...

Pourtant cette créature-ci semblait faire preuve de finesse, voire d'une certaine empathie...Elle ne savait pas mais..elle ressentait...

Alban ne put s'empêcher de pousser le vice...Il répendit un froid polaire autour d'eux et commença à déséspérer le coeur de la jeune femme, comme l'aurait fait un Détraqueur...

Son sourire s'agrandit...Les Détraqueurs étaient en quelques sorte des collègues pour lui...mais de rang inférieur dans la hiérarchie des Limbes...

Avait-elle froid;..? Allait-elle pleurer..? Alban regardait avec excitation ce qui allait se produire, quand il se rendit compte qu'il allait probablement la tuer...


Le rappel de la voix d'Hadès raisonna en lui...: " pas de dommages collatéraux..."

*...arrêtons de jouer avec le feu;...ou plutôt ...avec la glace....*

Il arrêta de produire la somme de tous les désespoirs et s'approcha d'elle..Elle devait déjà être très mal...

Il fit rayonner sa baguette en murmurant "lumos" et posa une main sur l'épaule de la jeune personne pour tenter de la ramener à la réalité...


- Non...je crois que c'est la première fois qu'on se voit...

Il esperait qu'elle allait se reprendre... Il avait peut être un peu forcé la dose..?
Revenir en haut Aller en bas
Honora C
Invité



MessageSujet: Re: ..ce ne sont pas les limbes...   Ven 19 Jan - 19:02

L'Ombre s’avance, personnage gigantesque, les traits déformés par l’avidité et la malfaisance. Entre ses doigts invisibles, la faux semble douée d’une vie propre, se balançant d’un côté et de l’autre avec une grâce meurtrière. Des yeux d’encre, comme deux fenêtres ouvertes sur un autre monde. Un monde en ruines, dévasté par la damnation, le malheur et la souffrance. Elle paraît tout droit sortie d’un cauchemar, créature d’un autre âge ressuscitée par quelques antiques magies.

Son imagination lui jouait souvent de mauvais tours… mais cette sensation…

Une perle translucide s’écrasa au sol. La douleur était trop forte. Un souffle de désespoir, unique, vibrant. Et ces pleurs… ces pleurs inconsolables, intarissables qui n’en finissaient pas… Son cœur n’était plus qu’un immense champ de bataille, lieu de désolation. Il battait à tout rompre, comme s’il allait s’échapper de la prison de chair qui l'enchainait. A quelques mètres d’elle, l’Ombre, se dressait telle une grande statue de cire sombre, maintenant immobile. Elle semblait si proche… Honora n’avait qu’à tendre la main pour la toucher, effleurer l’obscurité, abréger ce mal… et ne plus souffrir l’éternité de cet instant…

Quitte à être désespérée autant garder l'esprit pratique…

Mais elle ne pouvait pas ; elle n’y arrivait pas. C’était comme si… comme si une force excessive, implacable la tirait en arrière, l’empêchant de l’atteindre et de découvrir. Elle ne pouvait rien faire…

… si ce n’est sentir son corps trembler et l’empêcher de sombrer dans le vide en attendant…

Une lumière salvatrice. La lueur d’une baguette vint dévoiler pour mieux voiler cette réalité matérielle, faisant régresser les obscurités de l’âme, éclairant les sombres cachots par la même occasion.

Un simple sort… mais cette pensée ne l'avait même pas traversée sous le feu du moment… ou sous le froid de ses membres engourdis s'étendant jusque son esprit.

Le visage d’un jeune homme entra dans son champ de vision, il était tout ce qu’il y a de plus humain…


- Non...je crois que c'est la première fois qu'on se voit...

La main posée sur son épaule semblait faite de glace…

“…”

Détournant les yeux, reprenant son souffle, elle ne su quoi répondre, sans doute trop déconcertée pour le faire. Tout c’était déroulé comme dans un songe, au ressenti très réel. Une seule pensée était présente en elle, glissant comme un spectre noir, seule chose sur laquelle son esprit parvenait à se fixer.

Tête baissée, encore hésitante à prononcer les paroles qu’on allait peut être prendre pour des absurdités, elle finit par demander:
“Vous l’avez ressenti… n’est-ce pas ? ”
Revenir en haut Aller en bas
Alban In
Invité



MessageSujet: Re: ..ce ne sont pas les limbes...   Sam 27 Jan - 13:30

Alban décoha un grand sourire et murmura d'une voix distraite :

- Senti quoi...?

Il relacha la pression de sa main sur l'épaule de la jeune inconnue et expliqua :

- ...il n'y a que vous et moi, en ces sombres lieux, il me semble..

Son sourire ne le quittait pas. La fille semblait livide, trêve d'enfantillages, il fallait la sortir de là, sinon elle allait mourir de peur...

- ..nous devrions sortir d'ici...cet endroit est morbide...

A ce mot, son sourire redoubla...Il était parfois trop ironique... Il se saisit d'une main de la jeune femme qu'il trouva étrangement chaude par rapport à la sienne, et il commença à l'attirer entre les dédales trop simples de ces modestes cachots, comme s'il y avait toujours habité...

Au bout de quelques minutes de marche silencieuse, il demanda, tout en continuant de l'attirer par la main vers la sortie, vaguement à regret :


- Au fait, puis-je vous demander votre nom, jeune créature...?

On apercevait enfin la lumière du hall d'entrée, ils étaient sur le point de sortir de la pénombre...
Revenir en haut Aller en bas
Honora C
Invité



MessageSujet: Re: ..ce ne sont pas les limbes...   Dim 28 Jan - 13:06

Je suis Honora… commença t-elle lorsqu’ils reparurent à la surface, accueillis par une clarté blanche, presque lumineuse comparée aux cachots simulant les abysses.

~~
A dire vrai, l’obscurité ne l’avait jamais bien dérangé, une habitude prise en fidèle noctambule durant ses nombreuses croisades au clair de lune. Mais le paysage plongé sous un ciel d’encre avait tout autre allure… rien à voir avec l’atmosphère pesante et affligeante venue la saisir à l’instant.

Sortant de son affolante frayeur, la gorge nouée, elle n’avait pu trouver les mots pour répondre au jeune homme. Ne sachant comment combler le vide, elle l’avait simplement observé quelques minutes, se demandant si elle venait de manquer une étape… Ses yeux s’étaient d’abord posés sur son fin menton, pour remonter jusque ses lèvres où son esprit se perdit sur les détails d’un sourire. Désarmant. Devant son expression, elle l’imagine, risible, le sourire du jeune inconnu s’agrandit. Certes elle avait peine à comprendre…

Quelque chose clochait… N’avait-il donc rien ressenti ? Les êtres vivants et plus particulièrement les humains, étaient bien connus pour posséder une âme tourmentée par d’innombrables sentiments. Ils sentent et ressentent à n’en plus finir, leur vie elle-même régie par cette tempête d’émotions. Certains savent en faire abstraction… mais souvent cette attitude n’est qu’un leurre. Seuls les corps désertés par l’âme et l’esprit ne peuvent ressentir. Et le jeune homme dressé devant elle semblait bel et bien
vivant… alors pourquoi ? Après tout il connaissait son visage, son véritable prénom, mais ne transportait aucun carnet noir pour y inscrire des notes mortelles… et n’avait probablement aucun shinigami à ses trousses. (HJ: hem...)

Un moment opportun pour faire du sarcasme !
*Les histoires moldues sont parfois bien loufoques.*

Il y avait eu ce souffle glacial comme surgi des limbes, cette douleur encore vibrante qui vous saisit l’âme dans son étreinte implacable…

*... l’Ombre..*

... l’avait-elle imaginée ? Son esprit s’égarait… l’inconnu avait décidé de quitter les lieux. Sage décision qu’elle ne contesta pas. Un froid s’était à nouveau insinué en elle. Un frisson lui traversa l’échine sous ce brusque changement de température, elle n’avait pas réalisé qu’une autre main était venue enserrer la sienne dans un mouvement fluide et preste. Plongée dans ses troubles impressions, Honora se laissait guider à travers les longs corridors sombres et étroits taillés dans la roche, sans y prêter attention. Peut-être devrait-elle… ? Son mystérieux guide les avaient mené jusqu’aux petits escaliers en spirale menant hors des cachots…
~~

Et à présent, la lumière baignant le hall d’entrée s’étendait autour d’eux… rehaussant la blancheur des traits de son guide. L’inconnu. Elle l’avait suivi sans même connaître son identité sous l’invraisemblance du moment. Comme attirée par une puissance occulte. Il était temps qu’elle sorte du mutisme inspiré par le jeune homme. Elle s’exécuta :


Dites moi… je ne sais pas encore qui vous êtes. Et puisque vous semblez avoir la certitude que nos chemins se croisent pour la première fois… j’aimerai le découvrir.

Reprenant contenance, elle tenta un faible sourire.

… et je doute que votre fonction soit de guider les âmes perdues au travers les cachots. Ceci dit, je pense que vous connaissez bien l’endroit…
Revenir en haut Aller en bas
Alban In
Invité



MessageSujet: Re: ..ce ne sont pas les limbes...   Dim 28 Jan - 14:54

Que cette lumière du hall était donc aveuglante ....

Alban leva les yeux vers la source vers la source de lumière et celle-ci baissa d'intensité jusqu'à ressembler à une simple chandelle...

Il baissa les yeux vers le visage d'Honora et murmura d'une voix douce :


- Bien sûr que j'en suis sûr, je n'aurai pu oublier un visage tel que le vôtre...

Il sourit...Il se voulait rassurant..mais l'était-il...?

- Je suis le Gardien de la Bibliothèque, depuis peu...j'en suis le Cerbère, en quelques sorte...

Il dût de retenir pour ne pas rire...

- ...mon nom est Alban Inferno...pour vous servir, Honora...

Il montra d'un geste les cachots et expliqua :

- c'était la première fois que je mettais les pieds dans ses cachots...ils sont agréables, bien qu'un peu étroits par rapport à...

La lumière se mit à baisser encore autour d'eux...On entendait au loin les rires dans la Grande Salle...Le dîner avait dû commencé dans son joyeux remue- ménage habituel...

- ..nous sommes...seuls...

Il s'approcha d'Honora, l'obligeant à reculer vers l'un des imposants murs du Hall...A ce moment, la lumière faiblit danvantage puis s'éteint complétement...Ils étaient dans l'obscurité la plus profonde...

Il ne faisait plus que chuchoter, maintenant, très prêt du visage d'Honora...


- la treizième lame.....Honora....l'Arcane sans nom....

Il souriait, mais elle ne pouvait le voir...Il s'approcha jusqu'à ce que son front froid soit en contact avec elle...

-...je...suis... souffla-t-il...

La lumière jaillit à nouveau. Mais Alban n'était plus là.
Revenir en haut Aller en bas
Honora C
Invité



MessageSujet: Re: ..ce ne sont pas les limbes...   Ven 2 Fév - 2:18

Les yeux de l’inconnu se montrèrent d’une profondeur intense sous la clarté environnante, et son visage d’une pâleur extrême. Lueur insondable. Irréelle. Honora se perdait déjà à l’imaginer tel un ange déchu, prêt à prononcer son cruel jugement sur le monde mortel... Il viendra… et tous connaîtraient un tragique trépas qui conduirait leurs âmes volatiles dans un royaume de déchéance…

…cet abîme noir qui s’étendait sous leurs pieds.


*Quoi ?!*

Le danger encouru déserta sa pensée. Si seulement elle savait…

Le nouveau bibliothécaire ? Peut être pourrait-il lui conter quelques récits des Chroniques… ces célèbres parchemins en peau humaine retraçant l'histoire complète des Grands Immortels. Les Sept Grands, antagonistes du divin, dont les pouvoirs et la connaissance dépassent l’entendement. N’était-ce donc qu’une légende ? Alban… personnage anonyme, charmé par l’ambiance sombre et désertique des cachots, lieu mystique et effrayant domaine de Sa Seigneurie.

…trop mystérieux pour n’être qu’un simple archiviste…


*Que tu es bête Honora… si tu commences à reculer devant cet infime jeu de manipulation…* En effet, l’atmosphère de ses lieux commençait étrangement à changer. Tout comme son interlocuteur, l’air d’être brusquement soumis à une folie passagère…

- ..nous sommes...seuls...

Encore ce pressentiment…

“Seuls... face à l'aboutissement final. Serait-ce la fin d'une rencontre...”

Et ici vint se jouer l’une des plus antiques pièces du monde…

De grandes ailes noires s’étaient ouvertes sur l’immensité, dissimulant les lumières de l’horizon à l’œil des voyageurs. Des contours flous, des sons étouffés, diffus, comme autant de mystères insensés issus de la Grande Salle. Celle-ci semblait déjà bien retirée dans quelques obscurs précipices. Ou alors était-ce elle ?

Une pensée furtive, volute de fumée blafarde tombant en lambeaux dans les airs... sa baguette. Une arme futile révélant toute l’ironie de Sa situation. L’ombre était déjà en train de l’engloutir, d’une étreinte puissante et glacée sans qu’elle ne puisse s’en délivrer. Parole et pensée humaine commencèrent à se confondre, d’autres règles furent appliquées dans cet antre de ténèbres. Le temps n’existait plus, tout en Lui appartenant. D’ailleurs, que voulait-elle faire, ensuite ? Tout était si embrouillé… elle ne désirait plus rien.

Un voile d’ombre vint flotter devant ses paupières entrouvertes. Le regard invisible dissimulé au delà semblait la reconnaître et la dévisager. Figée, elle ne trouva qu’un mur pour retenir sa chute. Elle ne savait pas voir, ne pouvait rien distinguer dans cette atroce noirceur l'enveloppant de toute part. Quelle affreuse inégalité… Pas de matière, ni de lumière, aucune distance, l'absence de force. Le sans forme.


*Ce n’est qu’un simple tour de passe-passe… une ILLUSION* hurla sa conscience.

Une voix à peine audible vint aussitôt démentir la logique qu’incombe le seul Verbe
.

- la treizième lame.....Honora....l'Arcane sans nom....

Prêtresse de la Douleur, conjuratrice du Désespoir… cette voix ne ressemblait à rien de ce que le monde ait entendu. Plus énigmatique, plus… funèbre. Elle sentit ses ongles s'enfoncer dans sa chair engourdie, un cri de surprise mourut dans le fond de sa gorge…

*...*

- …je… suis…

Silence.

Secret murmuré. Souffle inaudible, lointain et si insensé. Un parfait illogisme.

Honora rouvrit brusquement les yeux. Seul le vide l’accueillit. L’atmosphère reprenait forme, ne révélant qu’une esquisse fade et insignifiante des alentours…Un éclat de lumière… un ciel incendié de couleurs… il s'embrasa d'or sous une clarté entière se déversant peu à peu autour d’elle, faisant fuir les ténèbres qui avaient siégé, diffusant une chaleur qu’elle ne ressentait plus.

Tremblante, elle se laissa glisser le long du mur… il s’était joué d’elle. Il avait disparu. Prostrée sur les dalles de cet univers glacé, son esprit brimé refusait d’admettre l’évidence. La faucheuse ne pouvait hanter librement les murs de ce château… s’emparer des âmes curieuses pour mieux s’en nourrir et laisser retomber leur enveloppe charnelle, telle une étoffe lacérée, détruite.


“Non ! …elle vit là où l’homme n’est pas né, invisible et repoussante. La création toute entière s’incline devant son jeu. Je ne peux pas… le croire.”

Les mots s’échappèrent, lente mélopée tachée de colère et d’amertume.

“Peut être que…” Quelque chose vint interrompre ses paroles incertaines. Un goût métallique. Quelques gouttes de liquide vermeil avaient glissé du coin de ses lèvres, traçant un sillon sanglant au passage. L’écarlate se répandait lentement. Parfum de violence pourpre, comme l'éclair dans un ciel paisible, une explosion de bruits dans son esprit.

Longue aphasie…

Le hall cependant, commençait à se montrer plus bruyant. L’affluence apporterait ses élèves et elle ne sentait pas encore capable de répondre aux questions… Il fallait s’échapper, quitter cet endroit…

...où il faisait si froid…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ..ce ne sont pas les limbes...   

Revenir en haut Aller en bas
 
..ce ne sont pas les limbes...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh
» Ah bon ? Les Haïtiens sont des canibales !
» Cours n°1: Les moldus sont primitifs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Wizardry :: Dans le Château :: Cachots-
Sauter vers: