Dark Wizardry

Harry Potter RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La fuite [Lucius....]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kakashi
Invité



MessageSujet: La fuite [Lucius....]   Jeu 3 Mai - 17:49

Citation :
Tabi ni yonde
Yume wa hareno wa
Kagemoguru

(Malade en voyage,
en rêve encore je parcours les landes désolées)


Matsuo Bashô

Kakashi n'arrêtait pas de repasser ces mots dans son esprit, ou plus exactement, c'était eux qui semblaient ne pas vouloir en sortir. Il venait de relire ce haiku quelques heures auparavant, et ne pouvait plus s'en défaire.

Il était dans la salle commune des Serdaigles, assis sur l'un des fauteils de velour rouge, face à la cheminée éteinte. Il faut dire qu'il était environ 4h de l'après-midi. Il était seul, tout ses camarades de Serdaigles remplissant à merveilles leur rôle d'étudiant en allant en cours. Il fixait le mur en pierre noirci de suie du fond de la cheminée.

*Yume ? Un rêve ? Ais-je un rêve ? Non. Je n'en ai aucun...*

Il ferma les yeux, et se mit à vouloir trouver une issue, n'importe laquelle, juste une direction où aller... Il s'en voulait de ne pas être assez fort pour supporter sa situation actuelle, il n'était pas capable de le supporter, cet oeil, ce vide, cette culpabilité...tout cela l'étouffait.

*Pourquoi as-tu fais ça pour moi, pauvre idiot !*
pensa Kakashi.

Ses yeux clos de remplirent de larme, mais elles ne coulèrent pas. Il se contenta de froncer les sourcils et de crisper d'avantage des doigts sur l'accoudoir du fauteil.

Chassant de toutes ses forces ces images de son passé, il s'obligea à considérer plutôt le présent. Malheureusement pour lui, une seule chose lui venait à l'esprit : la noirceur, l'obscur... Il en souriait presque.
De rage, de tristesse, il allait passer de ce côté là.

*Non ! Je ne peux pas, je ne suis pas méchant, je ne pourrais jamais faire de mal à quelqu'un...C'est impossible pour moi.* se dit-il en secouant la tête.

Il la rappuya sur le dossier, et resta ainsi pas mal de temps... Il fini même par s'assoupir quelque peu, tombant dans cet état situé aux frontières du sommeil, où l'on n'est plus vraiment conscient, sans être non plus endormis. C'est là qu'il la vit. Soudaine et brève, rouge et noire, semblant surgir du mur noir de la cheminée. Un visage, un démon. Il en était sûr.
Il sursauta, la respiration rapide, les yeux grands ouverts, dressé sur son fauteuil prêt à bondir...
Mais il n'y avait rien, rien dans la cheminée, ni même dans le reste de la pièce.
c'est alors qu'il comprit, et enfouis son visage dans ses mains.

*Serais-je vraiment en train de devenir fou ?* pensa-t-il, effrayé d'avatage par lui-même que par tous les démons de la terre.

Il prit quelques instants pour se calmer, puis se leva et mi sa cape sur ses épaules. Il fallait qu'il sorte d'ici. Pourquoi ? Si seulement il le savait ! Mais il y avait bien des choses qu'il ne pouvait pas s'expliquer en ce moment, et cela en faisait partie.

Il se rua dans le couloir, bouscullant au passage une jeune fille qu'il ne regarda même pas, se contentant de bredouiller un faible "Pardon" à peine audible.

Ne réfléchissant pas trop à la direction qu'il prenait, il se retrouva dans la tour voisine. Il ralentit ses pas, et traversa le couloir. N'était-ce pas le bureau du Directeur ? Un long couloir, une immense statue d'oiseau, aile déployée...oui, c'était son bureau.

Kakashi hésita. Il s'avança vers la statue, et constata que le passage était entre ouvert. Coïncidence ? Un mot de passe était habituellement nécessaire pour ouvrir le passage, et voilà que la statue le laissait entrer.
Le Serdaigle passa le seuil, et monta quelques marches de l'escalier, le coeur battant.

Il s'arrêta. Qu'allait-il bien pouvoir lui dire ?

*Bonjour Monsieur le Directeur, je tiens à vous prévenir que je suis en train de devenir fou de chagrin et que je vais certainement devenir un danger public si l'on ne m'enferme pas tout de suite...*

*C'est cela oui...* si dit le jeune garçon en se traitant mentalement d'abruti fini.

Il monta pourtant en haut des escaliers de pierre, et atteignit une grande porte en bois sculptée. Il tendis la main, poing à demi fermé...mais ne bougea plus. Il tendis l'oreille. Il lui semblait percevoir le grattement d'une plume sur un parchemin, mais c'était peut-être ses sens qui lui jouaient des tours. Il eut un soupir silencieux, laissa retomber sa main contre le pant de sa cape, et partit en silence.

Sa seule chance de s'en sortir, il l'avait peut-être laissé derrière lui à cet instant là, mais il n'en avait pas vraiment conscience. Il traversa tout le chateau, passa la capuche de sa cape sur sa tête et sortit. L'après-midi était fini, et le soleil se couchait docilement à l'horizon. Il traversa le parc jusqu'à atteindre les grilles, puis il les escalada et attérit de l'autre côté, manquant au passage de se tordre la cheville en se laissant tomber d'en haut.

Il partit le plus vite possible, choisissant au hasard une direction...enfin, le hasard est un bien grand mot, car, poussé par une force intérieure, qu'il soupçonnait être ce fameux démon, il avait choisis de partir du côté le plus brumeux et le plus sombre.
Il marcha, longtemps, se rappelant le poème qu'il avait lu, encore et encore, il machait dans des landes désolées.

Désolées ? Pas tant que ça....

*Des tombes ? Un cimetière...*

Kakashi posa la main sur la pierre froide lorsqu'il passa à côté. Il avançait, lentement, peut-être pour ne pas troubler le sommeil des morts, ce qui était stupide, car les morts de dorment pas. La brume lui masquait une bonne partie de l'horizon, mais il lui semblait que le cimetière n'en finissait plus. Il y était depuis dix bonnes minutes et n'en voyait toujours pas la fin.

Il ôta sa capuche de sur sa tête et s'assis au pied d'un arbre mort, probablement le seul arbre qu'il ai vu depuis son entrée dans cet endroit.

N'ayant même plus la force de penser à un quelconque avenir, il ne pouvait que constater qu'il était désespéré, et seul.

Scrutant tout de même par prudence autour de lui avec ses yeux noir et rouge, il croisa ses bras sur son torse car l'air se faisait de plus en plus froid.
Revenir en haut Aller en bas
L. Malef
Invité



MessageSujet: Re: La fuite [Lucius....]   Ven 4 Mai - 21:50

* Oh mais que vois-je... ? Un nouveau candidat à la torture... Quelle joie... Quelle bonne idée tu as eu là pauvre humain de venir te perdre... Laisse-toi bercer par tes noires pensées, elles-seules te mèneront où je veux que tu ailles... Car le hasard n'existe pas... *

Et la forme floue avançait toujours et encore, docilement, comme tirée par un fil invisible quelque part en ces vêtements, ou peut-être même au fond de ses entrailles... Petite chose... Minuscule petite virgule à peine imprimée sur un texte de 1000 mots... Tu n'es rien...

* Tant que je ne t'impose pas ma volonté... *


Noyé dans la brume, il était tout aussi invisible que sa victime... Au creux de son sanctuaire, il respirait la nuit fraîche... Attendant sa victime, alors qu'il n'attendait rien de cette nuit... Rien que le silence mortuaire... En vérité, il attendait quelqu'un... Quelqu'un qui avait disparu, quelqu'un dont le royaume était la nuit... Son état était resté le même depuis leur brève entrevue... Et depuis, il attendait qu'elle revienne...

Quelques mèches blondes dépassaient de sa lourde cape noire dans laquelle il s'enveloppait invariablement ces derniers temps... Exit les capes bordées de fourrure, elles étaient encore trop brillante pour la nuit... Le noir était sa prédilection, son élixir de vie... ou de mort... De ses gants noirs, dans un geste trahissant l'habitude, il polissait le pommeau serpentesque de sa canne...

* Vas-y ! Entre ! Viens à moi... *

Contrairement à sa victime précédente, celle-ci - ou plutôt celui-ci - débordait de rage et de tristesse... ça en était jouissif... Il avait franchi les grandes grilles constamment ouvertes sur le monde des morts et c'est sans crainte aucune qu'il pénétrait son sanctuaire... Sa maison de campagne pourrait-on dire... Sa deuxième maison... celle de l'espérance, de la recherche... et de la cruauté !

Allait-il encore se repaître de ces émotions qui affolent le coeur ? Comme les fauves cruels, il jouerait sans doute avec sa proie cette nuit... Elle était venue pour ça, offerte comme une fleur nouvelle qui attend la rosée du matin pour s'ouvrir aux lueurs du soleil... Mais là... ce sont des plaies qui allaient s'ouvrir et en guise de rosée il y aurait des cris et du sang, sombre rouge sur le marbre muet...

Il y avait du monde dans le théâtre ce soir ! Plusieurs centaines de spectateurs ! tous avides de voir la pièce qui devait se dérouler ce soir... Le vent jouait une sombre mélodie parmi les branches des arbres morts. Et Lucius se trouvait sous le plus grand d'entre eux, tapi dans ses entrailles ouvertes. Attendant son heure et sa proie... Il ne fallait pas louper son entrée, les yeux vides ne les lâchaient pas du regard et leur jugement serait implacable, car les morts ne dorment pas...

Le voici qui vient ! Il l'observe, le détaille dans le peu qu'il voit, il perce ce brouillard persistant ! Il arrive sur la scène, les yeux dans le vague, le visage masqué... Qui lui donnera la réplique ? La brume, tenace ne dévoile rien, gardant ce qu'elle sait pour elle, égoïste chape humide et glaçante... Mais Lucius n'a pas froid, il ne sent rien et ne ressent rien, il attend. Patiemment que le premier acte soit prêt à commencer à hurler...

Il passe devant lui, lui tourne le dos et scrute l'horizon devant lui... et ne voit rien...


* Ne t'inquiètes pas, nous sommes bien seuls, toi et moi... *

* Nous et les morts... Bien sages dans leur cercueils.... *

Son partenaire a des cheveux blancs... Il est jeune... et est rongé...

Un léger mouvement de canne et une petite pierre roule sous les pieds du Malfoy, il annonce sa venue. Lentement, il se détache de l'ombre aux bras multiples, et se montre aux regards de l'enfant dans toute sa majesté... Son visage, si connu grâce aux journaux est pourtant méconnaissable... De pâle, il est maintenant livide et ses yeux, s'ils sont encore bleus, sont perçant comme des lames de rasoir, et injectés de sang... Les pommettes saillantes lui donnent cet air de cruauté qu'il affectionne particulièrement...


Bonsoir cher ami... lui souriant de manière atroce, dévoilant ses outils de barbarie... Vous seriez-vous... égaré dans ce lieu solitaire ? La voix est douce et caressante... si contraire à son apparence de bête nocturne...

J'espère que c'est de froid que vous tremblez... ? Soyez assurez, jeune homme, que je ne veux que votre bien... Votre présence ici m'indique que vous avez des soucis... Racontez-moi, je puis peut-être vous aider ?

Un chagrin d'amour peut-être ?


Les lèvres fines fendent tout son visage, ligne rouge sur une face blanche et pointue...

Laissez-moi vous aider...
Revenir en haut Aller en bas
Kakashi
Invité



MessageSujet: Re: La fuite [Lucius....]   Ven 4 Mai - 22:59

Le silence était pesant, lourd. La brume flottait tout autout de Kakashi, et le froid envahissait peu à peu ses vêtements. Le jeune garçon serra un peu plus ses bras et replia ses jambes sontre lui. Ainsi recroquevillé, il attendit.

Il se trouvait bien un peu ridicule d'attendre ici, d'autant plus qu'il était à demi persuadé que rien ne se passerait, et qu'il finirait soit par s'endormir et mourir de froid, soit par trouver la force de repartir en direction de Poudlard. Aucune de ces deux solutions ne lui plaisait plus que l'autre. Ayant l'envie irrésistible de hurler ses peines, il se contenta de saisir d'une main une poignée de terre et de serrer très fort. Lorsque les creux de ses doigts blanchirent, il ouvrit son poing et la terre retomba sur le sol.

Il soupira. Il était vraiment idiot de croire que fuir Poudlard allait lui apporter des réponses. Ce n'était pas seulement là-bas qu'il se sentait prisonnier, c'était partout. Il était né à l'autre bout du monde, et cela ne faisait pas de différence. Il était partit pour oublier, il avait fuit la vision des gens qu'il aimait, des lieux où il avait l'habitude d'aller...car il le revoyait, toujours, souriant comme si de rien n'était.

Au moins, il était seul ici, et il allait resté dans ce cimetière jusqu'à avoir les idées plus claire, et le coeur plus serein, même si il devait y passer des jours entiers, quitte à en mourir, car la mort ne serait-elle pas la meilleure façon se l'appaiser finalement ?

Soudain, un bruit.

Kakashi se figea, n'osant plus respirer. Il orienta son regard dans la direction d'où semblait provenir le son. Une sorte de raclement, la pierre, la terre, un caillou...peu importe finalement, seul comptait que le silence était rompu. Cherchant des yeux son origine, le jeune Serdaigle avait le sentiment de ne plus être seul...or les morts ne font pas de bruits, en principe.
Mais plus il essayait de déterminer une direction, plus il avait l'impression que le bruit venait de partout à la fois, comme si la brume renvoyait son écho dans tout le cimetière.

Kakashi tremblait à présent, de froid plus que de peur, car il en avait vu d'autres, malgré son jeune âge. Son regard s'arrêta, il la voyait... Une forme noire, grande, s'avancer dans la brume, lentement, vers lui.
Elle était encore floue, mais c'était bien la silhouète de quelqu'un.

Kakashi se releva d'un bond, prêt à se battre...quoique fuir soit aussi une idée plutôt bonne à ses yeux. Pourtant, il attendit. En quelques secondes, l'homme fut visible aux yeux de Kakashi. Car c'était bien un homme, dont le regard d'un bleu glacé semblait pouvoir traverser corps et objets de part en part.
Le jeune garçon le trouvait inquiétant, certes, mais finalement assez...humain. Puis il lui sourit. Autant le froid n'avait pris possession jusqu'à présent que des vêtement et de la surface de la peau du Serdaigle, autant il eut l'impression à cet instant là qu'il lui avait glacé le sang et les os. Figé, les yeux rivés sur cet homme, Kakashi ne bougeait plus d'un milimètre.

L'inconnu se mit à parler, et ses propos ne déclanchèrent que l'incédulité de Kakashi.

*Un chagrin d'amour ? Il veut...m'aider ?*

Pris de cours, Kakashi ouvrit la bouche pour parler mais aucun son n'en sortit.
Il avait bien sa baguette dans sa cape, mais à quoi bon ?

"Je suis venu ici de moi-même, je ne suis pas perdu..." fit Kakashi d'une voix tremblante car son corps tout entier était secoué de frissons.

Bien sûr qu'il était perdu, et pas seulement dans le cimetière...

"Je..." commença Kakashi. Mais il se ravisa et demanda plutôt : "Qui êtes-vous ?"

Ne pouvant s'empêcher de reculer d'un pas, Kakashi ajouta :

"Je vous remercie mais...vous ne pouvez pas m'aider..."

Il eut soudain un éclair de lucidité.

"...excepté si votre but est de m'aider en abrégeant mes souffrances, mais...je n'y tiens pas..."
Revenir en haut Aller en bas
L. Malef
Invité



MessageSujet: Re: La fuite [Lucius....]   Mar 8 Mai - 21:48

Le jeune Serdaigle, car ç'en était bien un, le regardait avec des yeux dans laquelle on pouvait lire de la peur... Un soir, une Serpentarde, un autre soir, un Serdaigle. Il faut savoir varier les goûts et les couleurs ! Mais au fond, ils sont tous pareils : ses victimes... Petite chair transie emplie de sang... Comme une poche de sang dans un hôpital, à la différence qu'il disposait du moyen de parler un peu avec la poche en question avant de se nourrir...

Abréger vos souffrances, jeune homme ? Loin de moi une telle idée... Ai-je donc l'air d'un meurtrier ? Pourquoi ferais-je du mal à un jeune homme - en pleine santé - qui ne m'a fait strictement aucun mal ?

Je dis cela simplement parce qu'il y a des gens sur cette terre qui ont besoin d'une oreille pour les entendre et que parfois une oreille inconnue est encore la plus attentive, parce qu'il n'y aura pas d'après pour ces gens-là... Il fit un geste de la main visant à souligner ses paroles. Il ne restera plus rien de leur conversation, qu'un peu de soulagement d'un côté et le sentiment d'avoir bien agi de l'autre...

Lucius secoua la tête et s'éloigna du jeune homme quand celui-ci fit un pas en arrière...

Apparemment, je ressemble à un meurtrier, vu votre comportement... Vous m'en voyez peiné, mais je comprends...

Il recula, laissant une grande marge de sécurité entre lui et le garçon. Une croix de pierre lui servit d'appui, ses bras enlaçant la sombre forme morne... Sa tête prenait appui momentanément sur un des bras.

Vous n'avez nulle raison d'avoir peur... Voyez ? Je suis bien trop loin de vous que pour vous faire le moindre mal... Je ne veux que votre bien...

Lucius migra sur un autre appui, un peu plus loin, sur une autre croix, en métal celle-ci, plus fine, et aux pointes plus aiguës... Sa main parcourait les formes du petit monument funéraire. Il resta ainsi distrait pendant un long moment... Ils étaient seuls dans cette brume, rien que tous les deux... Il n'y avait aucune raison d'avoir peur... Le serdaigle, si, mais ça il ne le savait pas encore...

Même si en ce moment-même, la brume l'avait à nouveau englouti. La lune ne serait l'alliée de personne ce soir. Kakashi ne pouvait plus le repérer qu'au son de sa voix, mais avec tout ce flou, elle pourrait en devenir un peu irréelle et augmenter les peurs du jeune homme...


* Jusqu'où peux-tu monter en panique... *

Le sadisme coulait pur dans ses nobles veines... Une petite pierre se trouvait à ses pieds, elle pourrait faire un bon outil pour l'expérience qu'il était en train de mener. Quelques bords tranchants, c'était parfait, elle n'en ricocherait que mieux sur le gravier. Après ce court examen silencieux, il la lança au hasard dans cette brume, au hasard, mais en évitant l'endroit où devait se trouver Kakashi, à moins qu'il n'ait changé de place...

Quelques secondes plus tard, la pierre roula sur quelque chose...

A mi-voix :


Oh Merlin...

Puis un peu plus fort :


Vous allez bien ?? Où êtes-vous ? Je crains de m'être "égaré" - éloigné un peu trop loin de vous...

* Ce serait dommage de vous perdre maintenant... *

Et Lucius continua sa marche plus ou moins à l'aveuglette, n'ayant aucune idée de s'il se rapprochait ou non de son jouet de cette nuit... Sa réaction lui donnerait la marche à suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Kakashi
Invité



MessageSujet: Re: La fuite [Lucius....]   Mar 8 Mai - 23:08

Ecoutant les paroles de l'inconnu, Kakashi se calma quelque peu. Il n'avait pas tort, et semblait avoir parfaitement lu dans le coeur du jeune homme, ce qui avec un peu de recul n'était finalement pas très rassurant. Le jeune Serdaigle était désespéré, et c'était pour cette raison qu'il se trouvait là, dans un cimetière, la nuit, bien loin du confort et de la sécurité de Poudlard. Regrettait-il d'être partit ? Bizarrement non. Cette nuit sera la dernière qu'il passerait dans cet état de souffrance, il le voulait, et le sentait.

Bien sûr, son interlocuteur n'aurait inspiré confiance qu'au plus fou des hommes, ou au plus inconscient. Et pourtant, il reculait, afin de ne pas effrayer l'enfant.

*Il sait qu'il peut me rattrapper facilement...c'est uniquement pour cette raison...*
pensa Kakashi.

Peiné d'être pris pour un meurtrier, désireux de prouver qu'il n'allait pas bondir sur le jeune serdaigle...ou tout simplement confiant de sa supériorité...quelle que soit la raison, l'homme fini par disparaitre dans la brume aussi silencieusement qu'il était venu.

Mais ce n'était pas du tout une bonne nouvelle. Kakashi ne pouvait plus le localiser, et avait du coup le même sentiment qu'avant son apparition : être cerné de toute part, ses ennemis cachés par une brume lourde et oppressante, qui ne laissait même pas filtrer en elle les reflets de la lune.

Son coeur se mit à battre plus vite, et il dû obliger son organisme à respirer pour ne pas rester en apnée, bloqué par la peur.
Il ne bougea pas d'un pouce.

Ne pas parler, ne pas bouger. Respirer doucement, calmement...

Aucun bruit...

*Je ne peux pas le voir, lui non plus...*

Kakashi, avec une lenteur et une précaution extrême, passa sa main dans sa cape, cherchant à taton sa baguette, qu'il trouva. Il la tenait à la main, les bras le long du corps, le plus relâché possible, mais l'esprit et les sens en éveil, prêt à se défendre.
Mais comment peut-on se défendre face à une créature pareille ? Vu ses belles dents, il s'agissait d'un vampire... Pas étonnant qu'il traine dans un lieu pareil.

Le silence était angoissant, aussi lourd que cette épaisse brume qui changeait même les tombes les plus proches en quelque chose d'informe et de flou.

*Il sait où je suis...*

Cette pensée décida Kakashi à se déplacer. Il fit quelques pas sur sa droite, puis monta sur la dalle de pierre de l'une des tombes. La dalle ne comportant pas de caillou, il avait moins de chance de faire du bruit en étant là-dessus.
Il s'accroupis, baladant son regard autour de lui, fronçant les sourcils comme s'il espérait mieux voir à travers la brume.

Soudain, un bruit !

Kakashi tourna vivement la tête dans sa direction, pointant sa baguette, prêt à lancer le premier sort qui lui viendrait à l'esprit. Une voix, faible, venant d'autre part...
Kakashi sentit sa respiration se saccader. Il s'attendait à voir l'inconnu lui bondir dessus. Le corps sous tension, l'esprit se déchirant entre la peur de mourir et la volonté d'en finir avec tout son chagrin, le jeune Serdaigle ne bougeait plus.

Y'avait-il une troisième personne avec eux dans le cimetière ?

Cette pensée fit frissonner Kakashi.

Non, à l'évidence, le vampire était une créature très joueuse.

Le jeune garçon ne pouvait pas se battre, dû moins tant qu'il ne voyait pas son adversaire, et il n'était pas question de fuir, ce n'était ni dans ses habitudes, ni vraiment très utile face à un vampire.

*Pas l'habitude de fuir, hein ? Je suis pourtant en train de fuir le Château, ma vie, je n'ai pas le courage de faire face à ma situation, à ma solitude...*

Kakashi baissa les yeux, relâchant sa concentration sur la brume, et par conséquent sur l'homme qui s'y dissimulait.
Quelle importance ?

"Mon meilleur ami est mort...par ma faute."

Il venait de permettre au vampire de le localiser.
Le jeune garçon s'assis sur la pierre froide de la tombe sur laquelle il se trouvait, les jambes repliées contre son torse.

"L'oeil rouge que j'ai...c'est le sien...son leg." continua-t-il d'une voix faible, mais ne doutant pas que l'homme l'entendait.

"Je sais bien que rien de tout cela ne vous intéresse vraiment, je ne compte pas vous apitoyer sur mon sort...C'est juste que...(dans un murmure) ca me fait du bien..."

Kakashi se tut, laissant agir la vie sur lui au lieu d'agir sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fuite [Lucius....]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fuite [Lucius....]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Michael Lucius revoqué / Saintil est dechargé du dossier
» La fuite du tyran
» Lucius n'est plus chef de la DCPJ:demission ou revocation ?
» Fuite glaciale
» La fuite du cheval ailé (Solo ou Duo, Jeu)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Wizardry :: Autour du Château :: Cimetière-
Sauter vers: