Dark Wizardry

Harry Potter RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un voyageur, un jour de vent.

Aller en bas 
AuteurMessage
Remus Lu
Invité



MessageSujet: Un voyageur, un jour de vent.   Mar 5 Juin - 18:13

Un large chemin de terre sinuait entre les touffes de bruyère de la lande écossaise, brisant la pâle monotonie du paysage sans fin.
Deux perdrix affolées s'envolèrent. Perdu dans ses pensées, un homme marchait vers un des villages les plus singuliers qui soient... un village de sorciers. Serrant une longue cape de voyage d'un vert délavé autour de ses épaules minces, il gravit enfin les pentes de la dernière colline.
Plein ciel... le voici au sommet.
Devant une bâtisse ancienne aux fenêtres condamnées de planches, Remus Lupin s'assoit sur la barrière de bois blanchi par les intempéries, le regard perdu dans les herbes folles du jardin abandonné.


* Rien n'a changé ici... *

Le vent se leva soudain, ébouriffant ses cheveux fins. C'était un de ces lieux où le temps semblait virer aussi vite que le vol des martinets, oiseaux des tempêtes. Remus leva les yeux vers les nuages qui filaient à toute vitesse dans le ciel.

* Il y a de l'orage dans l'air. Bah, ce ne sera pas la première fois, après tout le coin est censé être hanté. * se dit-il avec amertume.

Pourquoi revenir après autant d'années ? D'un naturel contemplatif, Remus avait eu besoin de réfléchir. Il était arrivé à la croisée des chemins, et il devrait choisir entre les routes désertes qui s'étendaient devant lui. C'était ici qu'il avait vécu tant d'aventures exaltantes, et tant de moments douloureux... ici que s'était nouée toute son adolescence... et tout le drame, déjà.
Remus ferma un instant ses yeux dorés.


* Tant de souvenirs... *
* Et moi... que vais-je faire de ma vie... Regarde-toi, tout est là : une vieille bâtisse gémissant lugubrement sous la bourrasque... Toi aussi tu es une maison vide, Remus. *

Une rafale plus violente que les autres l'assaillit et il s'enroula instinctivement dans sa cape élimée. Il jeta un regard aigu autour de lui, comme s'il espérait voir une piste qui lui permettrait de trouver ses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: Un voyageur, un jour de vent.   Mar 5 Juin - 19:16

Un jour de vent, un jour chahuté par les rafales qui font danser les arbres, heureux de pouvoir caresser les cieux fuyants. Un jour de ceux qu’Hécate aimait pour leur tourmente, et leurs plaintives litanies d’un souffle discontinu…

Quand les vents soufflaient, elle se laissait porter par les affres de l’errance et de l’oubli. Libérée des contraintes terrestres, elle s’en allait à l’affût d’un chemin impalpable, dont les balises invisibles la guidaient jusqu’à soi.

Ses pas l’attirèrent vers l’inconnu, le désir imprenable d’atteindre toujours le point à l’horizon…

Elle atteignit un jardin sauvage, dont l’abandon recelait les aléas et les beautés de la nature. Captivée par le chant des herbes hautes et l’envolée de quelques feuilles mortes, apaisée par les parfums embaumants des fleurs, de ses doigts caressants, elle décrivit une valse sur la végétation versatile.

Puis elle s’arrêta. Au fond du jardin, une vieille cabane délabrée. Elle comprit jusqu’où ses pas l’avaient amenée. Ce lieu dont la légende…


*La cabane hurlante…*

Puis elle aperçut une silhouette, assise sur la barrière instable.

Surprise, elle s’accroupit, se camouflant parmi les herbes. Avait-elle été surprise ?

Elle releva lentement la tête pour observer l’inconnu. Spectre ? Non… visiblement, l’homme était vivant et semblait plongé dans une mélancolique méditation. Elle l’observa quelques instants, dans l’immobilité la plus complète, n’osant plus se montrer, de peur de paraître indiscrète.
Revenir en haut Aller en bas
Remus Lu
Invité



MessageSujet: Re: Un voyageur, un jour de vent.   Mar 5 Juin - 21:58

Remus balaya vivement les alentours du regard, saisissant la plainte du vent dans les planches mal jointives de la cabane, les toits ardoisés de Pré-au-Lard en contrebas, et la surface houleuse des graminées du jardin sauvage, mêlées de fils de soie... de soie... non, si fins... c'était une jeune fille, fort discrète au demeurant.
Remus sauta de la barrière, et le vent s'engouffra dans sa cape.


* Hmm... pourquoi se cache-t-elle ? Timidité ? Méfiance ? Ou bien filature ? *

Il s'appuya nonchalamment sur les planches branlantes, un léger sourire effleurant ses lèvres, surveillant du coin de l'oeil les mouvements de l'inconnue.

* C'est peu probable que ce soit une élève de Poudlard... mieux vaut s'attendre à tout, par les temps qui courent. *

L'évocation de Poudlard le ramena à ses réflexions. Peut-être était-ce le signal qu'il avait attendu, peut-être était-ce en définitive ce qui l'avait amené à cet endroit précis... là où tout avait commencé, peut-être tout finirait-il... Il fallait qu'il sache.
Mais dans la tourmente d'une époque marquée par la peur et le chaos, comment lutter contre les apparences ? Il connaissait pourtant la brûlure du rejet, et le venin de l'injustice.


* Je pourrais peut-être essayer de parler avec Dumbledore... mais que me dira-t-il de plus ? *

Le premier coup de tonnerre de l'orage qui s'approchait roula loin au-dessus des collines, emplissant l'immensité de l'espace.

* Je ne veux pas abandonner... pas maintenant...
Mais on a déjà tellement de choses sur les bras... *
Revenir en haut Aller en bas
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: Un voyageur, un jour de vent.   Mar 5 Juin - 23:37

L’avait-il remarquée ? Le temps resta quelques secondes en suspend lorsqu’il regarda dans se direction. Puis, l’homme sauta de la barrière sur laquelle il était assis et s’y appuya. Il jeta un nouveau regard dans sa direction.

* Je suis repérée… Rester davantage cachée est inutile.*

Pourtant elle attendit encore quelques instants, avant de dévoiler explicitement sa présence.

Les courants s’accentuaient progressivement, créant autour d'Hécate une marrée mouvante et capricieuse. A ses oreilles, parvenaient les gémissements de la cahute à l’aspect sinistre, lui donnant des allures encore plus menaçantes. La triste masure semblait dotée d’un soubresaut de vie après une longue, lente et solitaire agonie. Sa silhouette patibulaire se découpait maintenant sur un ciel assombri et inquiétant.

Le tonnerre retentit, annonciateur de l’explosion libératrice qui apaiserait la lourde ambiance électrique dont le ciel était chargé.

Cat frissonna.

Malgré la menace des cieux, l’inconnu restait immobile, sa cape verte s’affolant autour de lui, ses cheveux s’agitant en tous sens.


* Mais que fait-il là ? Attend-il quelqu’un ?... C’est un point de rencontre assez particulier…*

La voûte céleste s’obscurcit et en quelques minutes à peine il fit aussi sombre qu’à la tombée de la nuit.

Une et puis deux et soudainement une multitude de goûtes épaisses et tièdes se mirent à tomber, créant un rideau de pluie opaque entre la jeune femme et l’étrange inconnu.

En quelques secondes elle fut trempée. Un éclair zébra le ciel, laissant deviner à quelques mètres seulement, le gris contour de la cabane hurlante ; hypothétique refuge à cette pluie diluvienne qui semblait ne jamais devoir s’arrêter.

Non, cet homme n’était pas une des âmes maléfiques dont Nick Quasi-sans-tête parlait au sujet de ce cabanon. N’était-elle pas ridicule d’y penser seulement?

Elle se releva subitement et resta un long moment dressée et dégoulinante de pluie au milieu du jardin abandonné.

Finalement, elle fit un pas. Son pied s’enfonça dans la boue jusqu’à la cheville. Encore un pas, puis un autre, n’y voyant pas à plus d’un mètre devant elle. Enfin, elle se mit à courir sur la courte distance qui la séparait de la barrière.

Ce ne fut qu’au dernier moment que l’inconnu prit forme sous ses yeux. Etrangement, il n’avait pas bougé de l’endroit où il s’était appuyé avant le début de l’averse.


Bonjour…

Elle dût huler pour surmonter le tonnerre incessant, les jérémiades de la cabane et les litanies du vent. Il sembla l’entendre.

Puis-je m’abriter un instant sous le porche ?

Sans attendre sa réponse, elle franchit le portail et se dirigea vers l’étroit portique que soutenait la façade branlante frappée par la colère des cieux.
Revenir en haut Aller en bas
Remus Lu
Invité



MessageSujet: Re: Un voyageur, un jour de vent.   Mer 6 Juin - 18:14

Peu à peu, en larges gouttes s'écrasant lourdement sur la poussière du chemin, l'averse orageuse se changea en rideau opaque brouillant le paysage sous un gris uniforme. Remus laissa la pluie tremper ses mains ouvertes vers le ciel, dissolvant lentement le cours de ses pensées. Il vit la jeune fille ruisselante se lever, alors que l'air surchargé d'eau commençait à fraîchir.

* Allons bon, elle n'a pas l'air hostile... tss, je devrais arrêter de me méfier de tout le monde comme ça... comme si elle allait me sauter à la gorge... c'est n'importe quoi. *

L'inconnue se mit alors à courir vers lui, ombre indistincte semblant donner vie à la légende illusoire. Elle lui cria une salutation, puis...
" Puis-je m'abriter un instant sous le porche ? "

Passée la surprise de la voir s'adresser à lui comme s'il était le propriétaire de l'étrange maison, Remus esquissa un sourire désabusé et acquiesca avec un geste d'invite, sans même essayer de lutter de sa voix contre la violence des éléments. Mais la fille repartait déjà en direction de la masure.

Dégageant les mèches trempées qui lui tombaient dans les yeux, il la suivit d'un pas léger dans le jardin changé en bourbier, marchant sur les touffes d'herbes pour éviter de s'enfoncer.
Arrivé à l'abri tout relatif des poutres brisées du porche, Remus put enfin distinguer les traits réguliers de l'inconnue aux cheveux de lin ruisselant sur ses épaules fines.


" Venez, je connais un endroit un peu plus abrité du vent qu'ici, si vous voulez. " dit-il de sa voix rauque alors qu'une rafale de pluie à présent glacée les submergeait.

Il se dirigea alors à l'arrière de la Cabane Hurlante, vers une sorte d'ancienne remise à bois un peu moins délabrée que le reste, invisible depuis la route. Une ou deux bûches poussiéreuses traînaient le long du mur du fond encore presque au sec, si l'on faisait abstraction des fuites de l'avancée du toit.


* Ici au moins on pourra s'entendre parler. Je me demande qui elle est... peut-être qu'elle habite le village. *

Il s'adossa à la cloison humide et regarda si elle l'avait suivi.

* De toute façon ce n'est qu'une averse, ça ne devrait pas tarder à se calmer... *
Revenir en haut Aller en bas
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: Un voyageur, un jour de vent.   Mer 6 Juin - 19:31

A demi protégée des intempéries par l’abri de fortune qui tenait miraculeusement debout, Hécate vit l’homme la rejoindre, son visage ruisselant se voulant chaleureux, portait un sourire réservé et avenant.

Ils restèrent quelques instants côte à côte en silence, contemplant les ravages de la pluie. La pression qu’exerçait sur l’atmosphère la lourdeur de l’orage rendait cet après-midi sombre presque irréel. Criblé d’éclairs, le ciel s’amusait avec les couleurs que la pluie lui avait dérobées. Quant aux répétitifs coups de tonnerre, ils n’étaient que le point d’orgue des mélopées végétales qui s’élevaient dans l’éther.

Le vent changea. De tiède et caressant qu’il avait été, il se mua en cinglantes turbulences. Cat serra sa cape trempée autour de son corps et ne ressentit qu’un froid encore plus mordant.


" Venez, je connais un endroit un peu plus abrité du vent qu'ici, si vous voulez. "

Sa voix était rauque, grave et portait les marques d’une ancienne mélancolie. Elle leva les yeux vers lui. C’était un homme autour de la quarantaine, peut-être un peu moins. Ses cheveux châtains étaient parsemés de quelques mèches blanches ; ses vêtements rapiécés à plusieurs endroits lui donnaient quasiment l’air d’être un vagabond.

Il s’éloigna et disparu à l’angle de la cabane.

Hécate ne ressentait nulle crainte en compagnie de cet étranger. Il se dégageait de lui, un calme apaisant et une certaine sagesse. Elle décida donc de le suivre.

Ils atteignirent un hangar tout aussi délabré que la cabane dont il était la dépendance. Le réduit était vide, à l’exception de quelques bûches éparses encore épargnées de la pluie qui s’infiltrait déjà.

Lorsqu’elle entra, il se trouvait appuyé au mur dans une attitude sereine qui contrastait avec les tourments qu’il paraissait avoir. Elle lui sourit.

La lumière pénétrait avec difficulté, perçant péniblement à travers les espaces des lattes mal fixées. Elle sortit sa baguette et murmura le mot qui la fit s’éclairer. Une lueur verdâtre emplit la pièce qui s’avéra être plus spacieuse qu’elle l’avait imaginée. Elle ôta sa cape imbibée, essora ses cheveux détrempés et s’assit sur une bûche.

Après quelques secondes de silence où les vents loquaces semblaient tenir une discussion volubile, Cat se décida à prendre la parole.


Nous voici dans une arche, seuls rescapés d’un déluge apocalyptique qui rendra certainement le monde meilleur… Cela mérite pour le moins que nous nous présentions.

Elle sourit chaleureusement.

Je m’appelle Hécate Eolas, je suis en dernière année à Poudlard… A qui ai-je l’honneur ?
Revenir en haut Aller en bas
Remus Lu
Invité



MessageSujet: Re: Un voyageur, un jour de vent.   Jeu 7 Juin - 0:04

Un nouvel éclair salua l'arrivée de la jeune fille dans la vieille remise, stigmatisant sa silhouette dans l'encadrement des poutres vermoulues. Elle semblait soulagée d'être épargnée pour un moment par les assauts de l'orage, et elle s'installa très naturellement, découvrant un corps mince et un visage souriant sous sa cape dégoulinante.

* Elle a l'air plus jeune que ce que je croyais... enfin, je préfère ne pas trop me fier aux apparences, et après tout quelle importance ? *

Rejetant les cheveux qui dégouttaient sur son visage, il s'assit sur la bûche voisine de la sienne et pour la première fois depuis leur rencontre improbable, il prit le temps de l'observer, plongeant son regard ambre dans les yeux violine de son vis-à-vis, qui reflétaient la course éperdue des nuages et la lueur blafarde de sa baguette.
- " Nous voici dans une arche, seuls rescapés d’un déluge apocalyptique qui rendra certainement le monde meilleur… Cela mérite pour le moins que nous nous présentions. "
Elle avait rompu la première la monotonie mouvementée du chant sauvage de la nature. Et comme pour repousser la pénombre du lieu, elle lui offrit un sourire assuré avant de se présenter.
- " Je m’appelle Hécate Eolas, je suis en dernière année à Poudlard… A qui ai-je l’honneur ? "


* Ainsi elle est à Poudlard. Surprenant qu'elle se trouve seule ici un jour de semaine... peut-être dérobait-elle un peu de liberté à son emploi du temps... *

" Je suis... Remus Lupin. " lui répondit-il simplement de sa voix grave empreinte de douceur râpeuse, et un véritable sourire vint éclairer ses traits mélancoliques.

* Simple voyageur solitaire, surpris par la pluie sur un chemin oublié... *

Soudain, Remus sentit la froideur de l'atmosphère lourde d'humidité s'emparer de lui à travers sa cape trempée, et il réprima un violent frisson.

* Brrr, je devrais me dépêcher d'enlever ça avant d'attraper un rhume... ou alors essayer de dormir plus la nuit, ça devrait marcher aussi. *

Il dégrafa le vêtement et le posa à côté de lui.

" Un monde meilleur croyez-vous... les tempêtes emportent tout sur leur passage, elles lavent le monde de sa misère et noient ses éclats de rire sous un même manteau d'oubli.
Mais s'il est vrai qu'il y a toujours des fleurs pour éclore de la pureté qu'elles laissent derrière elles... ce sont celles de l'espérance.
C'est à nous de voir ce que nous en ferons. "

Son regard se perdit au loin et il poussa un léger soupir.

" Enfin... je ne sais pas pourquoi je vous raconte tout ça... vous m'accorderez pourtant comme excuse que les circonstances sont assez peu banales. " ajouta-t-il après un moment en ramenant son attention sur Hécate.

" Puis-je vous demander ce qui vous amenait ici... c'est un endroit désert. "
Revenir en haut Aller en bas
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: Un voyageur, un jour de vent.   Jeu 7 Juin - 19:53

" Je suis... Remus Lupin. "

Les consonances de sa voix se perdirent dans les halos nostalgiques de sa mémoire. Ses yeux embrassèrent le néant et y firent naufrage, tandis que de lointaines pensées semblaient l’assaillir, l’emmenant jusqu’aux rives de l’oubli.

Cat le regarda discrètement, puis tourna la tête, respectueuse de ces moments de quiétude ; de ces moments où l’âme se réveille, dévoilant à l’esprit des réminiscences lointaines.


« … il y a toujours des fleurs pour éclore de la pureté qu'elles laissent derrière elles... ce sont celles de l'espérance. C'est à nous de voir ce que nous en ferons. »

Ses métaphores, employées avec la chaleureuse douceur d’une voix saturnienne, la frappèrent de la sagesse qu’elles révélaient. Elle l’observa à nouveau. Cette fois-ci avec une curiosité naissante, mêlée d’une tendresse inexpliquée. Cet homme semblait avoir vécu de nombreuses épreuves et en avoir tiré le savoir de l’expérience.

Elle le vit frissonner. Sa pâleur, accentuée par les lueurs blêmes que la baguette répandait, lui donnait une allure maladive. Il ôta sa cape et Cat put découvrir l’usure qu’accusait le reste de ses appartenances.


" Puis-je vous demander ce qui vous amenait ici... c'est un endroit désert. "

Hécate sourit et se leva. Elle rassembla quelques brindilles ainsi que les derniers rondins oubliés. Une fois disposés sur le sol terreux, elle saisit sa baguette. Un feu généreux et réconfortant déversa bientôt sa bienveillante chaleur. Les crépitements s’élançaient dans une rythmique instable, tandis que, tels des feux follets virevoltants, les étincelles se poursuivaient jusque dans la pénombre des recoins indéfinis.

Elle se rassit, contemplant les flammes dévorantes, lovées entre elles et s’enroulant, telles d’avides danseuses, autour de leur substance éphémère.


Parfois, la solitude me surprend au détour d’un jour triste… Alors, mes pensées fuyantes se plaisent à me perdre dans des oubliettes confuses…

Pourquoi se dévoilait-elle de la sorte à cet inconnu ? Peut-être avait-elle reconnu en lui les profondes cicatrices qui ouvrent les yeux sur le monde… ou peut-être était-ce juste…

… oui… les circonstances sont assez peu banales…

Puisque je ne sais où aller, je laisse mes pas décider à ma place… et lorsqu’en plus, le vent me pousse de l’avant, l’irrésistible et féconde errance se mue souvent en découverte…

Elle se tourna vers lui. Ses yeux couleur bronze avaient les mêmes teintes dorées que les lueurs ambiantes.

L’espérance est une fleur sauvage qui pousse dans les endroits les plus inattendus. Elle se place sur le bord de notre route et embaume notre passage. La cueillir avec avidité c’est arracher le fruit qu’elle porte, regarder l’horizon c’est prendre le risque de ne pas la voir et de la piétiner… la contempler… juste la contempler pour se donner l’élan…

Elle se sentait maintenant apaisée et savourait cet instant hors du temps, ce partage inattendu et apaisant.

Monsieur Lupin… est-ce aussi le hasard qui vous a mené jusqu’à cette si bien nommée cabane ?

Si la pluie n’avait soudainement sévi, jamais je ne me serais approchée de vous…


Elle eut un petit rire.

J’hésitais sur votre condition : être vivant où âme en peine… Celles qui sont supposées rôder par ici ont la réputation d’être menaçantes…
Revenir en haut Aller en bas
Remus Lu
Invité



MessageSujet: Re: Un voyageur, un jour de vent.   Ven 8 Juin - 1:33

Dans l'appentis humide frappé par l'orage, une conversation étrange et décousue s'engagea alors entre deux naufragés du temps, dont les aiguilles s'étaient arrêtées sur le crépuscule prématuré d'une matinée venteuse.
Le reflet du feu allumé par Hécate dessinait des enluminures fantasques sur les visages des rescapés d'un instant, avivant les éclats d'or des yeux de Remus et révélant la profondeur translucide des prunelles d'Hécate.
La chaleur rougeoyante n'était pas de trop pour Remus qui commençait à trembler et qui avait ramené les genoux sous son menton pour garder sa propre chaleur trop vite évaporée. Il adressa à Hécate un sourire de gratitude, s'abandonnant pour un instant à sa présence bienveillante.


* Elle parle comme une dame d'autrefois, échappée d'un rêve oublié dans la brume... je pourrais presque croire aux rumeurs qui courent sur cet endroit... presque. *

- " L’espérance est une fleur sauvage qui pousse dans les endroits les plus inattendus. ...La contempler… juste la contempler pour se donner l’élan…"
Elle le fixait à présent franchement, commençant sa phrase avec passion avant de l'achever dans un murmure presque lointain.
Remus discernait chez elle la fougue de la jeunesse, mais voilée de quelque chose d'autre... quelque chose de plus ancien et de plus triste, tout comme les ombres fugaces projetées par le feu soulignaient la danse joyeuse des lueurs sur le mur.


" L'espoir est une étoile au firmament... "

* Sirius... *

" ... sa lumière est toujours présente quand vient la nuit, il suffit de lever les yeux... mais elle reste intouchable. "

Après un moment, elle rompit la langueur de la parenthèse intime qu'ils avaient ouverte, d'un petit rire bref qui ne voulait pas se prendre au sérieux.
- " Monsieur Lupin… est-ce aussi le hasard qui vous a mené jusqu’à cette si bien nommée cabane ?
J’hésitais sur votre condition : être vivant où âme en peine… Celles qui sont supposées rôder par ici ont la réputation d’être menaçantes…"


" Non... je ne suis pas venu ici par hasard. Mais j'espérais bien l'y rencontrer... je n'ai pas été déçu. " ajouta-t-il avec un sourire malicieux.

* Ame en peine... tu as peut-être eu raison, Hécate... sûrement bien plus que ce que tu pourrais croire... *

Peu à peu, les flammes ardentes s'apaisèrent par manque de bois, laissant place aux braises de rubis éclatant voilé de soie d'un gris léger.
Au-dehors, passées les frontières de leur refuge improvisé et chaleureux, le martèlement des gouttes s'espaçait lui aussi, cédant après bien des hésitations le pas à un silence assourdissant. Seuls subsistaient les colliers fragiles des perles d'eau à la transparence de cristal, brillant dans la timide clarté qui émergeait du paysage d'aquarelle.
Remus se leva et alla s'appuyer contre la poutre verticale qui délimitait l'ancienne remise à bois, admirant la pâleur miraculeuse du ciel qui se confondait avec la bruyère, là-bas, loin à l'horizon.


" Puisque nous sommes sauvés de l'imminence d'une inondation, accepteriez-vous de m'accompagner jusqu'au château, Hécate ? " proposa-t-il en se retournant pour lui parler.

* J'y trouverai peut-être la piste que je cherche... et je retrouverai certainement quelques autres vieux souvenirs... autant suivre le hasard jusqu'au bout, il me mènera bien quelque part. *

Il se détourna et alla vérifier si sa cape s'était bien égouttée. Elle était encore très humide mais portait la douce chaleur du feu mourant, et il la remit sans regrets. Il était temps pour lui de quitter le refuge et de s'aventurer dans le monde extérieur, nanti simplement des quelques phrases éclairées échangées lors de ce bref répit.
Revenir en haut Aller en bas
Hécate E
Invité



MessageSujet: Re: Un voyageur, un jour de vent.   Ven 8 Juin - 21:31

Les flammes décroissaient presque imperceptiblement, s’en retournant vers le néant qui les avaient vu naître. Bientôt les braises rougeoyantes prendraient des allures d’abîmes souterrains et de galeries magmatiques, parmi lesquelles Cat rechercherait d’improbables avancées clandestines.

Une étoile au firmament… La fixité de l’inaccessible a la vertu de guider les cœurs vers l’élévation et l’idéal… quant au hasard et à son intarissable mouvance, il offre à l’inattendu la sublimation de l’existence…

Tant elle était absorbée par les images qui s’imposaient à son esprit et par la diaphanéité écarlate des braises, qu’elle ne remarqua pas l’accalmie de la tempête. Remus se leva et se dirigea vers le seuil de la remise. Sa silhouette élancée découpa la nouvelle luminosité que le ciel délavé déversait, dévorant la pénombre qui les avait bercés.

" Puisque nous sommes sauvés de l'imminence d'une inondation, accepteriez-vous de m'accompagner jusqu'au château, Hécate ? "

A son invitation, elle rejoignit l’embrasure et s’immobilisa sur le fil de l’échappée. Les yeux emplis des beautés cristallines et scintillantes de la végétation, elle sourit à ce nouveau monde, à cet univers à nouveau vierge enivré des ondées fécondes qui l’avaient assailli. Elle eut l’impression d’assister au commencement des temps et ressentit le désir profond de fouler la terre de ses pieds. Alors elle se baissa, dénoua ses chaussures, l’une après l’autre, les saisit dans une main et se redressa.

Remus l’avait rejointe sur le pas du vaste jardin en friche. Sans quitter du regard l’étendue qui se perdait à l’horizon, dans une infinitude de possibilités offertes, elle continua en riant.


Bienvenu au monde, monsieur Lupin…

Puis elle enfonça ses pieds nus dans le limon empli du souvenir de l’orage. Elle fit quelques pas, les pans de sa robe emportant sur leur passage autant de tourbe que les plis de sa cape. Elle se retourna vers lui, l’air radieux.

Nous avons oublié d’évoquer le bonheur, qui se cache derrière chacun de ces brins d’herbes… et qui en ce moment même, se trouve sous la plante de mes pieds…

Son rire s’éleva dans les airs tandis qu’elle s’engageait dans le luxurieux jardin en direction du château qu’elle avait quitté le matin même.

Puisque nous nous rendons au même endroit, faire la route en votre compagnie sera un plaisir... Peut-être pourrez-vous me confier en chemin, quelle est l'étoile qui vous y amène...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un voyageur, un jour de vent.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un voyageur, un jour de vent.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yho Sétano [voyageur]
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Wizardry :: Grande-Bretagne :: Dans les Environs de Hogwarts :: Hogsmeade :: La Cabane hurlante-
Sauter vers: