Dark Wizardry

Harry Potter RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au pied du saule cogneur...

Aller en bas 
AuteurMessage
Izanagi Amaterasu

avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Au pied du saule cogneur...   Dim 16 Déc - 19:48

La nuit était tombé très tôt...Rien d'étonnant pour un soir de Décembre... Cain se hâtait de rejoindre le château. Il avait voulu se rendre à Pré-au-lard et les dragées de Bertie Crochue l'avait retenu plus que de raison. Ces petites sucreries étaient un vrai délice pour qui ne connait pas les spécialités anglaises... Il était en chemin depuis un bon moment déjà, lorsque la nuit le surpris...Il était à peine 17 heures, mais à cette période, il fait presque nuit du matin au soir... Cain n'aimait pas cette période..Il y faisait trop froid...Pourtant dans les montagnes autour de chez lui aussi, les hivers étaient rigoureux. Son Japon natal ne lui manquait pas. A Cain, jamais rien ne manquait... Les mains dans les poches, son visage disparaissait presque sous son écharpe en laine aux couleurs de Serdaigle. SOn grand manteau noir le couvrait bien et pourtant, il était à la limite de grelotter. Il regardait à peine où il allait, emmitouflé jusque par dessus le nez. Sans s'en rendre compte, il avait quitté le sentier qui devait le ramener à Poudlard. Lorsqu'il s'en rendit compte, il était trop tard... Il se trouvait sans doute non loin du château, mais un épais voile de brouillard s'était répendu autour de lui et on n'y voyait goutte...

Où diable était le château...?


* Moi qui ne rêvait que de me réchauffer auprès d'un bon feu, dans la salle commune de Serdaigle, me voilà égaré dans le brouillard...*

Il maudit mentalement les dragés et continua sa route cahin (lol Cain) - cahas... Il allait bien finir par trouver un point de repère, un élément du décor qui lui était familier...?

C'était plutôt le contraire, plus il avançait, plus la végétation lui semblait étrangère... Il s'arrêta tout à coup, sûr d'avoir entendu un bruit...

Alors dans un fracas épouvantable, une branche vint s'écraser à quelques centimètres de lui. Il fit un bond en arrière et bien grand lui en prit, car les coups se mirent à pleuvoir de part et d'autre de lui...

Que se passait-il...?!!!! Quelle était cette attaque ????!!!!

Cain l'ignorait, cependant, il venait de faire connaissance avec...le saule cogneur....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au pied du saule cogneur...   Mar 18 Déc - 19:58

* J’aurais dû prendre mes gants. *

Autour de lui, le bouillard dérivait en courants paresseux, et le froid s’intensifiait rapidement depuis que la nuit était tombée. Remus allongea le pas en s’emmitouflant dans sa cape, et franchit presque sans les voir les grilles fantômatiques du château.

Poudlard… l’école avait rouvert peu après la grande tourmente, et les élèves revenaient peu à peu malgré le personnel décimé. D’un côté comme de l’autre, les pertes étaient terribles. Les événements restaient assez flous, car les survivants parlaient peu, mais un nom revenait sans cesse : Lord Voldemort.


* Et pourtant, on savait tous qu’il était là à attendre son heure… *

Entraîné une fois de plus dans la ronde sans fin de ses remords et de ses peines, Remus soupira, et son souffle gelé se perdit dans la masse cotonneuse qui l’entourait.
Mais pour ce soir il devait se ressaisir, le temps des regrets viendrait bien assez tôt...
La mauvaise visibilité ne le gênait pas : il aurait pu se déplacer dans ce parc les yeux fermés, aussi marchait-il tout droit à travers la pelouse, en direction du saule.
Comme chaque mois, il cherchait un refuge où s’enfermer au soir de la pleine lune, un endroit sûr où personne ne le trouverait et d’où il ne pourrait pas sortir inopinément. "Ce n’est qu’une question d’organisation", se répétait-il pour essayer de ne pas penser à ce qui arriverait s’il se retrouvait libre une de ces terribles nuits. "Il n’y a aucun risque…"

* Aucun risque… pourvu que la cabane tienne encore le coup, et que personne ne me voie entrer. *

A cet instant, il entendit un choc sourd et un cri étouffé, à environ cinquante mètres de lui, exactement là où devait se trouver…

* Le saule. *

Il se mit à courir.
Si quelqu’un était pris dans les branches par un temps pareil, il aurait du mal à s’en sortir seul… on perdait facilement tous ses repères avec une telle purée de pois, en revanche le saule cogneur savait toujours très bien où vous trouver, si vous vous en approchiez d'un peu trop près... il était du genre... susceptible.

Remus y voyait assez bien dans l’obscurité, mais pas dans le brouillard, et il vit l’arbre juste à temps pour esquiver une branche de la taille d’un python. Reculant d’un bond, il avisa une silhouette mince qui se débattait à moins de deux mètres de lui, et tenta de la saisir par le bras, mais il ne put qu’effleurer l’étoffe noire avant de recevoir un coup à l’estomac qui le fit reculer précipitamment. Il trébucha alors sur un objet dur et s’étala de tout son long, atterrissant sur le dos.
Roulant rapidement sur lui-même, le souffle court, Remus eut encore la présence d’esprit de crier :


" Reculez, il se calmera tout seul ! "

Il s’aperçut alors qu’il s’était pris les pieds dans une branche morte de près de deux mètres de long.
Le salut… ou la perte.
Revenir en haut Aller en bas
Izanagi Amaterasu

avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Au pied du saule cogneur...   Mar 29 Jan - 16:13

HJ/ Pardonnez moi pour le retard, cher Professeur ! XD

Alors qu'il ne comprenait rien à ce qui lui arrivait, une voix s'éleva d'outre tombe pour lui suggérer la seule chose censée à faire en cet instant :

" Reculez, il se calmera tout seul ! "

Cain fit un saut en arrière puis chercha dans la pénombre la personne qui venait de crier. Il entendit quelqu'un rouler à terre, alors que les bruits sourds des branches tapant furieusement le sol continuait de pleuvoir tout autour de lui. Cain aurait voulut lancer un sort quelconque, mais comment se battre lorsqu'on ignore tout de ce qui vous attaque. Un nouveau coup à quelques centimètres de ses pieds le contraint à faire un nouveau bond en arrière. Mais quand donc cela cesserait-il ..?
A quelques mètres de lui, il aperçut enfin une silhouette allongée, qui semblait être attirée les pieds en avant vers le monstre qui les attaquait...


* Il est...! ...Il a été attrapé par cette chose !!!*

N'ayant plus vraiment le temps de la reflexion, Cain se rua vers l'homme à terre et lui saisit les bras, tentant de le retenir, mais la chose qui l'attirait à lui était si fort qu'il se sentit entraîner à son tour...

Il se retrouva à son tour sur le postérieur, essayant de freiner au maximum l'homme qui était entraîner irremédiablement. Alors, dans un sursaut, il se remit sur ses pieds et sauta litteralement sur les jambes de l'homme. Saisissant d'une main les chevilles de l'inconnu, il leva de l'autre sa baguette et hurla :


- Subito Sectum !

Le jet de lumière passa à quelques centimètres des chevilles de l'inconnu et par la même occasion, de sa main gauche, qui l'effleura, et les liens furent rompu.
Il saisit l'homme par les épaules et le tira vivement en arrière, aussi vite qu'il le pouvait. Bien grand lui en prit, car la seconde d'après, une énorme branche écrasait le sol, là où les deux hommes s'étaient trouvé quelques instants auparavant.

Tout suant et tremblant, Cain s'écroula à terre, enfin hors de portée des branches, qui, s'étant agitées un moment encore, finirent par se calmer comme lui avait indiqué l'inconnu...

Il passa fébrilement une main sur son front humide et finit par articuler entre deux respirations saccadées :


- ....ça....va ...?...Rien de cassé ...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au pied du saule cogneur...   Dim 3 Fév - 1:10

Réfléchir… toujours réfléchir avant d’agir. Mesurer les conséquences… et vite. Avec une perche de deux mètres, il pouvait choisir d’immobiliser le saule, en dévoilant en même temps le passage secret. Les coups seraient le prix de son inaction cependant, alors qu’un autre que lui-même était en jeu.
Trop tard pour tergiverser… l’arbre enserrait sa cheville dans un étau à lui briser les os. Il se sentit glisser irrésistiblement dans l’herbe, puis retenu à bras-le-corps par deux mains crispées sur ses bras. Il identifia un jeune homme au moment où celui-ci se précipitait sur le monstre végétal qui lui broyait la jambe. Remus entendit un petit craquement désagréable, faible dans le vacarme des branches mais net comme du bois sec que l’on brise.


- Subito Sectum !

Brusquement libéré, il fut entraîné par les épaules à l’abri de la fureur du saule, reculant comme il pouvait pour sortir de là plus vite. Il s’effondra dans l’herbe dès que son sauveur le lâcha, mais il ne prit pas le temps de le regarder de plus près.

Lentement, il se recroquevilla sur sa cheville gauche.


- ....ça....va ...? ...Rien de cassé ...?

Ses doigts effleurèrent la peau écorchée, et il lui suffit d’essayer de bouger le pied pour se rendre compte qu’il avait au moins un os déplacé, ou peut-être même pire… Il se redressa prudemment en étendant sa jambe, et croisa un regard soucieux dans un visage pâle empourpré par l’effort.

"...ça ira… enfin, je ne sais pas exactement… "

La douleur était assez aiguë, mais Remus y était habitué. Sa respiration haletante se régularisait peu à peu... Il sourit faiblement au jeune homme qui lui faisait face, un élève d’une quinzaine d’années, dont l’écharpe bleue défaite se perdait dans la brume.

" Merci… J’ai entendu quelqu’un aux prises avec le saule, dans le brouillard, alors je suis venu voir… je ne me suis pas assez méfié. "

Il détourna le regard vers l’arbre dont seules quelques feuilles frémissantes trahissaient encore le récent accès de colère, tout en lâchant sa cheville endolorie. Doucement, il se releva sur sa jambe droite en s’aidant de ses mains, se redressant lentement pour garder l’équilibre, puis appuya progressivement son pied gauche sur le sol. Sa jambe trembla violemment sous son poids.

* Zut… ça ne passera jamais dans le souterrain. Du moins, pas tel quel. *

Renonçant à marcher, il se rassit brutalement par terre et sortit sa baguette magique pour en tapoter sa cheville d’un geste précis.

" Ferula. "

Aussitôt, une solide attelle apparut, formée de bandes très nettes de tissu écru soigneusement enroulées autour de tiges de bois bien droites.
Remus se rendit compte alors que le garçon était toujours à côté de lui, l’observant d’un air vaguement inquiet. Il ne pouvait en aucun cas poursuivre ses investigations devant lui…


* Décidément, tout est contre moi ce soir… mais ce jeune homme m’a évité bien pire. *

Remus referma étroitement sa cape autour de lui pour se protéger du froid humide qui s’infiltrait progressivement. Il n’avait pas envie d’abandonner son projet, mais son propre corps semblait bien décidé à contrecarrer ses plans. Il soupira doucement et son regard se perdit dans la brume.

" Je suppose que vous feriez bien de rentrer au château. Et je suppose aussi que je vais vous suivre… "

Remus se crispa et siffla durement entre ses dents, comme pour lui-même :

" A moins qu’en dépit de toute raison, vous ne vouliez tenter l’aventure ce soir. "
Revenir en haut Aller en bas
Izanagi Amaterasu

avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Au pied du saule cogneur...   Dim 3 Fév - 13:47

L'homme qui se tenait là avait l'air plutot mal en point, sa cheville semblait en avoir pris un coup. Cain s'assit quelques instants à ses côtés et murmura :
- Mais c'était quoi, exactement, ce qui nous a attaqué ...?

Il ne connaissait pas le saule cogneur, ni même cette partie du parc de Poudlard...

Il dévisagea l'homme. Il semblait être en âge d'être professeur, il n'aurait su dire si la fatigue de ses traits étaient dûe à leur mésaventure ou si un mal plus profond le rongeait...
Il décida en tout état de cause de se présenter, alors que l'homme l'engageait à rentrer vers le château :


- Au fait... Je suis un élève de Poudlard, Cain Amaterasu... Puis-je vous demander si vous êtes un nouveau professeur...?

Sur ces entrefaits, il se releva et tendit une main vers l'inconnu pour l'aider à se remettre sur ses jambes. Il ajouta :

- Si vous voulez aller au chateau, je puis vous y aider, vous vous appuierez sur moi, cependant, il faudra que vous me guidiez car je n'ai aucune idée de l'endroit où l'on se trouve en ce moment...

Le brouillard se faisait complice de l'obscurité. Peut être Cain aurait-il dû se méfier, mais son instinct lui dictait le respect plutôt que la peur.

Sa corpulence n'était pas bien impressionnante, du haut de ses quinze ans, mais il savait pouvoir compter sur des atouts qui lui venaient de loin...bien au delà du monde terrestre...


- Rentrons, voulez-vous...?

Mais l'homme avait peut être d'autres projets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au pied du saule cogneur...   Dim 10 Fév - 23:29

Brusquement, Remus détailla plus attentivement l’élève qui lui faisait face, en haussant un sourcil surpris. Il n’avait manifestement pas la moindre idée d’où ils se trouvaient ni de ce qui s’était exactement passé. Pourtant, il ne décela aucune trace de malice dans ces prunelles d’un noir de jais, et ne nota rien de particulier dans l’uniforme un peu débraillé du jeune Serdaigle.

" Vous avez probablement déjà entendu parler du Saule Cogneur… En tout cas, c’est sur lui que vous êtes tombé ce soir. C’est certainement l’arbre le plus agressif de tout le parc de Poudlard, mais c’est également une espèce rare et protégée, même s’il se défend assez bien tout seul…"

La douleur lancinante de sa cheville le rappelait à l’ordre avec une constance touchante. Il savait déjà qu’il s’en sortirait difficilement tout seul. Il leva machinalement les yeux au ciel, mais la nuit ne lui renvoya que les panaches cotonneux du brouillard qui obscurcissait la lune. Il détourna le regard. Il n’avait pas vraiment besoin de la voir pour savoir qu’elle achevait de croître… il avait trois jours devant lui.

* Tu n’es pas en état, va falloir te faire une raison… ce garçon a besoin de toi… tu auras tout le temps… après.

Après ? Après quoi ? Tu n’as pas le droit à l’erreur.

Justement. Eloigne-le… personne ne doit savoir. Il te propose la seule issue envisageable. *

Remus serra brièvement les dents alors que le jeune homme se levait. Puis il saisit fermement la main qu’on lui tendait, et put se remettre debout avec une facilité déconcertante. Il enleva grossièrement les brins d’herbe accrochés à ses vêtements, et son expression s’adoucit.

" Excusez-moi, je ne me suis pas encore présenté. Je m’appelle Remus Lupin… je n’ai rien d’un professeur, mais je connais bien le parc, même par ce temps. J’ai été élève ici…"

Il jeta un regard circulaire à la blancheur évanescente qui les cernait, et huma légèrement l’atmosphère nocturne. Posant une main à l’appui instable sur l’épaule de Caïn, il tendit l’autre devant lui.

" Le château est par là. Il ne doit pas y avoir plus de deux cent mètres d’ici aux portes… "

Il s’aperçut qu’il pouvait clopiner sans trop de peine sur son attelle grâce au soutien du garçon, et lui adressa un petit sourire avec reconnaissance.

* Bon… faudra voir s’ils peuvent m’arranger ça à l’infirmerie… et repartir sans éveiller les soupçons de Caïn… *
Revenir en haut Aller en bas
Izanagi Amaterasu

avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Au pied du saule cogneur...   Ven 18 Juil - 23:49

Soutenant l'homme qu'il prenait pour un professeur, il constata qu'il était plus lourd qu'il en avait l'air. Mais Dieu Merci il savait quelle direction prendre...un brouillard pareil n'était pas si courant, et pourtant, on était bel et bien en Angleterre, ce fameux pays du spleen de Baudelaire !!!

Cain avançait péniblement, tentant avec plus ou moins de fortune d'éviter les obstacles dans la nuit qui se faisait réellement de plus en plus épaisse....


* Cette nuit est physiquement épaisse...je le ressens..jusque dans...mon âme...mourir...*

Qu'est ce qui lui prenait...? Certes, Cain était d'un naturel plutôt mélancolique, mais de là à devenir morbide...

*..je voudrais mourir...*

Cain n'avait plus seulement du mal à avancer...Il avait mal....il sentait un gouffre de désespoir s'ouvrir progressivement sous ses pas....

Une larme coula le long du visage à la peau pâle de Cain, alors que, oubliant que le dénommé Lupin s'appuyait sur lui, il se laissait doucement mais surement tombé à genou sur le sol devenu glacé....

Ses membres tremblaient alors qu'il leva les yeux vers le ciel, dans un dernier espoir suppliant...et c'est là qu'il les vit....

Ils dansaient leur danse macabre, entre brouillard et lune, ils dansaient dans leur robe informe, ils le regardaient de leur visage sans trait, lui, le pauvre Cain.... Les créatures les plus maléfiques qui soient....elles approchaient dangereusement de lui....


- Les....Détraqueurs....?

La voix de Cain avait sonné avec une étrange intonation...entre stupeur et incrédulité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au pied du saule cogneur...   Ven 25 Juil - 1:14

Alors qu’ils remontaient clopin-clopant la pente douce de la pelouse du parc, le brouillard se fit plus lourd et le froid plus intense encore, pénétrant en fines aiguilles de glace jusqu’à la moelle des os.
Dans la véritable mélasse blanche dans laquelle ils nageaient, Remus distingua des formes plus sombres lui rappelant les ombres qui s’allongeaient sous le couvert des arbres, les soirs de pleine lune, fantômes torturés qui annonçaient une nuit pire encore. Il se sentait prisonnier d’une cage irréelle de blancheur, en même temps qu’il sentait le loup remuer en lui, comme s’il voulait déchirer sa peau… Il lui semblait revivre la douleur dévorante de toutes ses métamorphoses, mais la chaleur du sang se muait en lames de glace qui lui transperçaient le cœur impitoyablement.


* Froid… si froid… où êtes-vous, les amis… ? Vous ne vous souvenez donc pas… on s’était juré pourtant… que jamais… que seule la mort nous séparerait.
La mort… c’est ça hein… James… et toi Peter… et… peut-être moi bientôt… et aussi… *

Il inspira laborieusement une goulée d’air glacé qui lui brûla les poumons.

* …Siri… NON ! Pas lui. *

Une petite voix venait de s’éveiller en lui, une petite voix sèche et rapide qui chuchotait tant qu’elle le pouvait encore.

* Tu dérailles Remus. Tu t’étais promis de ne plus repenser à tout ça, et surtout pas à Sirius, ça ne sert à rien parce que tu n’y peux rien. Alors maintenant essaie de comprendre pourquoi ça te prend tout à coup. *

Il connaissait bien cette voix, synonyme de danger immédiat, elle ne s’élevait que dans l’urgence et lui permettait de réfléchir froidement et efficacement quand tout le reste faisait défaut.
A ce moment-là, il sentit Caïn fléchir sous lui, juste avant de perdre définitivement l’équilibre pour s’effondrer dans l’herbe gelée en écrasant à moitié le jeune Serdaigle. Il se dégagea aussi vite que possible, luttant autant contre la pesanteur que contre l’insupportable immobilité du brouillard alentour, qui ralentissait étrangement son corps et sa volonté. Il se retrouva sur le dos, et comprit à l’instant où son compagnon souffla d’une voix blanche…

- Les....Détraqueurs....?

Le faible murmure eut sur lui l’effet d’une décharge électrique, car il lui apprenait deux choses : qu’ils étaient réellement en danger, et que l’adolescent n’était probablement déjà plus en état de courir.

* Ta baguette est dans ta poche. C’est ton seul moyen de faire face. * reprit la voix sèche de la raison.
* Et tu n’as pas beaucoup de temps. *

Sa main lui sembla peser une tonne alors qu’il extirpait ladite baguette pour la pointer vaguement vers les silhouettes informes qui se penchaient sur eux… Il faisait… si froid… Il n’avait qu’à se laisser glisser dans les ténèbres… et tout serait terminé…
Au fond de sa conscience, la petite voix agonisait.


* Tu as besoin… de ta force vitale… pense à… *

Vital. Quelque part, ce fut l’instinct de survie, proche de celui du loup, qui lui souffla le parfum des feuilles mortes qui craquaient sous ses pas, en cette cinquième année où il avait appris qu’il ne serait plus seul dans la cabane hurlante.
Brusquement, le souvenir entier lui revint, resplendissant des feux d’un automne radieux et de la chaleur de l’amitié des trois autres Maraudeurs.

- Spero Patronum !

Dans la blancheur opaque de cette nuit d’hiver, jaillit alors la forme immense d’un loup argenté, répandant une chaleur bienfaisante autour des deux hommes perdus au milieu du brouillard. C’était un loup à la stature élancée, bien loin de celle de Werewolf, un loup tel qu’il aurait du être pour Remus, protecteur et indépendant, au lieu d'être destructeur et intrusif.
Le patronus attaqua directement les détraqueurs les plus proches, puis délimita en courant autour des naufragés un cocon chaleureux et accueillant, baigné de lumière argentée.
Remus se redressa en position assise, et se tourna vers le frêle élève à ses côtés, pour voir comment il allait.


- …Caïn ? interrogea-t-il gravement.

Il observa le jeune Serdaigle avec attention, alors que son patronus se volatilisait dans la brume.
Il serait toujours temps, plus tard, de se demander ce que faisaient des détraqueurs dans l'enceinte de Poudlard...
Revenir en haut Aller en bas
Izanagi Amaterasu

avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Au pied du saule cogneur...   Ven 25 Juil - 22:03

[Ton post est absolument sublime...]

Mais Cain... Où était Cain...?

Pris dans une spirale infernale, Cain sentit les doigts glacés de sa conscience se refermer sur lui... Qu'avait-il lu au sujet des Détraqueurs, il y a de ça quelques mois...? Ah oui, que plus le passé de la personne qui s'y trouvait confronté était lourd, plus ils devenaient fort...
Ils se nourrissaient du desespoir, c'était là leur force, là leur nature vampirique...

Mais Cain était bien loin déjà des remarques qu'il avait pu lire ici ou là...

Effondré, anésthésié, le jeune garçon s'était trouvé plongé dans un passé qu'il fuyait depuis toujours....


* ..Susanoo...*

L'autre frère...

Les larmes de Cain voulaient sortir et se répandre de ses pauvres yeux, mais même ceux-ci étaient privés de leur seule et unique expression, car elles gelaient sur place...
Une pointe lancinante lui taraudait l'intérieur des côtes...


*..J'ai tué mon...*

Tais-toi !!!!!

Mais l'idée ne voulait pas s'en aller, elle le survolait et le plaquait au sol comme les Détraqueurs au dessus de lui :

*..J'ai tué mon...*

TAIS-TOI !!!

Sur l'épiderme des tempes de Cain apparaissaient des veines qui se contractaient à la hauteur de sa torture intérieure...

- AAAAAAAHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!!!!

Alors qu'il poussait ce gémissement rauque pour échapper à Susanoo, Cain entendit lointainement une voix qui s'écriait :

" Spero Patronum ..!!!! "

Mais Dieu sait où était la voix, car tout autour de lui, Cain ne voyait que du noir, malgré ses yeux ecarquillés et ses pupilles dilatées...
Alors qu'il fermait les yeux et que sa tête se couchait dans l'herbe gelée, vaincu, il sembla pourtant vaguement à Cain que le froid s'amenuisait...

Mais qu'importe... Il n'était dejà plus là.....
Il n'était plus qu'un petit corps inerte et transi, agonisant dans l'herbe haute....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au pied du saule cogneur...   Mar 29 Juil - 17:49

Caïn ne répondait plus.
En voyant l'élève immobile couché sur la pelouse, alors qu'il l'avait senti remuer confusément quelques instants auparavant, Remus oublia toutes ses questions au sujet des détraqueurs. Se penchant sur lui, il tira sur la laine bleue de l'écharpe pour dégager rapidement le côté du cou, et posa deux doigts au toucher sensible sur la carotide.

* ...Rythme erratique. *

Il ouvrit le long manteau noir et plaça sa joue au-dessus des lèvres violettes du Serdaigle, scrutant anxieusement les mouvements de sa poitrine, écoutant sa respiration et essayant de percevoir son souffle sur sa peau. Un instant, il ne distingua rien... puis il entendit un faible chuintement, un peu caverneux, et vit la cage thoracique se soulever imperceptiblement.
Il ferma brièvement les yeux de soulagement, et relâcha doucement le souffle qu'il avait retenu tout le temps de sa vérification.

* Il est simplement inconscient... *

Il referma vivement le manteau du garçon, et prit entre ses mains froides une de celles, gelées, de l'élève, qu'il frictionna vigoureusement. Tout en poursuivant machinalement son geste, il regarda autour de lui et tenta d'évaluer la situation.
Ils étaient dehors dans le brouillard, à environ cent cinquante mètres du château... Les derniers détraqueurs s'étaient évanouis dans la brume, mais étaient peut-être encore dans le parc, car le froid glacial occasionné par leur présence tardait à se dissiper. Et principalement, Caïn était évanoui et il avait pour sa part les plus grandes difficultés à marcher seul à cause de sa cheville...

Il se mit à frotter l'autre main, surveillant étroitement les réactions du jeune Serdaigle... réactions assez limitées pour le moment. Il n'avait pas besoin de chercher bien loin pour se rendre compte qu'il avait sombré dans l'abîme d'où lui-même ne s'était arraché que de justesse. Ce garçon allait avoir besoin de soins... et pour cela, la pelouse du parc n'était pas l'endroit idéal...


* Ce qu'il lui faudrait c'est... tiens, mais au fait... *

Lâchant subitement la main gelée qu'il tentait de réchauffer, Remus se mit à fouiller sans ménagements dans sa vieille besace de cuir raidie par le froid. Après quelques recherches fébriles, il exhuma une épaisse plaquette emballée de plusieurs épaisseurs de papier d'aluminium. Un instant plus tard, il cassait de généreux morceaux de chocolat aux amandes, dont il croqua un bout avant de glisser quelques éclats dans la bouche de Caïn, dans l'espoir que ça le ferait revenir à lui.

* Chez Honeydukes, ils disent que ce chocolat réveillerait un mort... on va bien voir ce que ça vaut... *

Mais en attendant, il valait mieux qu'ils ne s'éternisent pas en plein brouillard, cela faisait déjà deux fois cette nuit qu'il les trahissait. Remus avait appris qu'il ne fallait pas trop tenter le destin, et trois fois de suite dans une même soirée lui paraissait excessif.

Le chocolat lui avait fait du bien, le réchauffant de l'intérieur tout en chassant les ombres mornes qui s'attardaient encore au bord de sa conscience, il se sentait presque mieux armé pour tenter de les tirer de là. Et pour cela, la première étape à atteindre était l'infirmerie... qui lui semblait aussi lointaine que le Danemark, quoique nettement plus accueillante en termes de température.

Il fallait qu'il bouge... Il ramena sa jambe valide sous lui, et se leva lentement pour conserver son équilibre, jusqu'à se retrouver debout sur un pied. Prudemment, comme il l'avait déjà fait, il s'appuya progressivement sur son attelle... mais une douleur fulgurante l'arrêta avant qu'il ne puisse faire un pas.

*Bon. C'est pas gagné. Elle doit être cassée, finalement... Il me faudrait quelque chose pour m'appuyer. *

Il songea fugitivement à la perche sur laquelle il avait trébuché au pied du saule. Elle lui semblait si loin, à présent...
Il regarda à nouveau vers Caïn, cherchant presque machinalement un changement de son état qu'il n'espérait plus.

Et ce froid glacial qui ne cessait pas... Remus sentait confusément qu'ils n'étaient pas tirés d'affaire... les détraqueurs étaient encore trop proches, malgré son sortilège, ce qui était assez inhabituel pour éveiller son attention.

Ils devaient partir de là, et de préférence rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au pied du saule cogneur...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au pied du saule cogneur...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le saule cogneur
» A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
» Le saule cogneur
» Souterrain du Saule Cogneur
» Cours 1 : Le Saule Cogneur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Wizardry :: Autour du Château :: Parc :: Saule Cogneur-
Sauter vers: