Dark Wizardry

Harry Potter RPG
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un premier Avril sans habitudes

Aller en bas 
AuteurMessage
Ava Helen Miller



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Un premier Avril sans habitudes   Mar 1 Avr - 12:51

Comme si une éclaircie allait pouvoir la sauver d’un drame prochain… Elle observa le ciel, mais juste un instant. Une fois qu’on le regardait droit, sans aucun obstacle, les yeux s’abîmaient peu à peu, mais sans vraiment qu’on s’en rende compte. C’était du soleil, bien entendu, qu’il était question. Il venait de faire apparition dans un ciel d’encre. Trop hostile à une promenade, trop hostile à attendre dehors. Et c’était pourtant à cela qu’Ava s’était occupée. Attendre dehors. Alors que seul par une bouffée d’air, elle aurait su, on aurait su, n’importe qui à vrai dire, aurait su, qu’un mal terrible allait s’abattre, des plus fracassants même…Une pluie…Comme de celles qu’on en voyait souvent, à dire vrai, lors d’un 1er avril sur les bords d’un lac anglais.

-J’aime ce temps…

Elle était, bien entendu, venue quérir la quiétude qu’offrait un tel jour, une telle après-midi, en ce jour où les blagues affluaient, mais seulement à l’intérieur du château. Ainsi, elle ne serait pas embêtée par les joyeux plaisantins, de quelque maison qu’ils soient, de quelque sympathie auxquelles ils aspirèrent. De toute façon, ils étaient tous les mêmes, et bien que ça ne le dérangea pas plus que cela, ils restaient donc, dans sa tête, tous des menaces. Menaces à sa sécurité, à son bien-être et à sa survie. Survie à laquelle elle tenait beaucoup.

-…je puis m’y cacher, derrière les feuillages d’un arbre, devant l’immensité d’un tel spectacle. Spectacle de plaisirs naturels, d’inspirations et d’expirations, d’intérêts et de désintérêts.

Il ne faisait pas bien chaud, et jusqu’à présent en cette année, il n’avait pas une seule fois fait chaud à Poudlard. Elle n’en avait pas souffert. Elle ne cherchait jamais vraiment à s’exhiber ou à se faire remarquer, ce qu’elle aurait pu mieux faire lors d’un temps estival. Mais l’été ne traînerait plus si longtemps… C’était concevable à la senteur, aux fleurs nées plus tôt qu’à l’habitude. Bien qu’il n’y ait plus jamais eu d’habitudes dernièrement… Elle se permit un sourire à l’abri des regards indiscrets, un peu d’humanité dans tant de gêne et de maturité, dans tant de pudeur d’exprimer ses sentiments, rien qu’au contact de l’eau avec ses orteils. Un simple frisson la parcourut, c’était divin. Comme au premier toucher du corps dans un bain à l’eau trop chaude. Ce sentiment purement éphémère d’une température non adaptée qui se poursuit vite par l’habitude. Mais il n’y avait plus tellement d’habitude, désormais. Et elle sentait ses pieds s’engourdir et des épines piquer à hauteur de ses pieds jusqu’à ses mollets. Aucune habitude ne lui venait, tandis qu’une douleur réservée s’étendait doucement sur ses jambes.

-Il n’y a rien… Juste un froid…Et je ne m’en languis pas…C’est doux.

La pluie viendrait très tôt.

-Voilà…

Quelques clapotements, par-ci, par-là, et puis…Plus nombreux, et prenant une autre tournure assez rapidement, une chute d’eau régulière mais abondante. Aucun mal ne pourrait troubler le chagrin des hauteurs subtiles…Aucun mal ne pourrait troubler le sien.


Dernière édition par Ava Helen Miller le Lun 7 Avr - 16:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un premier Avril sans habitudes   Mar 1 Avr - 15:38

C'est plaisanterie de mauvais goût en était plus que ce que Alex pouvait enduré.

Décidément Le premier avril faisait bien partie des jours qu'elle abhorrait le plus. C'est farce, c'est crie, c'est moquerie, s'en était plus que ce qu'elle pouvait en endurer. De plus il avait fallu qu'elle soit envoyer dans la maison la plus joyeuse de Poudlard, quel ennuis. Jamais elle n'aurait crue pire supplice que d'être entourais par des personnes qui ont bon trait de vivre.


Alex avait opter pour une solution de replie, vue le temps qu'il faisait à l'extérieur, elle était persuadée qu'aucune farce horripilante ne la dérangerait et qu'elle pourrait gouter à un temps de répit bien mérité, à l'abri de tout ce monde.

Elle se dirigea vers le lac et longeas son bord. Elle le savait très bien, le lac par beau temps était, malgré de nombreux élèvent à son bord, un endroit calme et reposant.

La pluie commençait à tomber dégoulinant sur son visage.


*Cette eau malgré sa pureté ne pourra jamais laver ma tristesse et ma haine.*

Elle avait toujours ce regard mélancolique et froid. Plusieurs personnes avaient essayé de l'accosté de la faire sourire ou si ce n'est de faire plus ample connaissance avec elle. Mais rien à y faire ils finissaient tous par s'éloigner d'elle à cause de son attitude un peu froide.

*Tien je ne pensais pas rencontrer quelqu'un par ce temps de hors.*

En longeant la rive elle était tombée sur un jeune fille dont la pluie et le froid ne semblaient pas gêner. Alex s'avançait dans sa direction depuis apparemment un moment et elle ne s'en était pas rendu compte. Arrivait à quelque mettre d'elle, elle stoppa sa marche, la fixant.
Revenir en haut Aller en bas
Ava Helen Miller



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: ...   Mar 1 Avr - 16:24

Ce n’était pas un silence plat qui faisait présence sur cette scène, ce n’était pas non plus des cris de joies, de terreurs ou d’applaudissements. Un environnement neutre, riche, mais neutre. Chaque goutte de pluie avait une façon propre de s’écraser sur le sol et pourtant c’était en accord qu’elle pouvait les entendre, comme une mélodie sourde… chaque goutte de pluie était en accord avec la nature. L’homme devant la grandeur de la nature, l’immensité absolue…Le symbole du romantisme même, style souvent sujet à l’art d’ailleurs. L’inspiration venant souvent de cela d’ailleurs…Un environnement comme celui là.

*Mais je ne suis pas de ces artistes, et je ne suis pas une artiste d’ailleurs…*

Pourtant, une présence qu’elle ressentit par les quelques bruits troublant le chant de ce jour pluvieux, la déstabilisa quelque peu. Elle était venue ici expressément pour se cacher des autres et quelqu’un avait fini par trouver, sans doute par égarement, sa cachette. Elle ne trahit pas son silence par un mot ou même par un geste, elle resta droite, presque figée. Elle avait, il fallait le dire, peur d’être finalement tombée sur une personne mal intentionnée qui aurait voulu embêter les solitaires. Elle faisait partie de ces solitaires qui malheureusement n’étaient pas aptes à rester impassibles aux moqueries des autres. C’était sans doute pathétique, mais c’était sa nature sensible. Une nature sensible qui cherchait bien des sorties à une confrontation. Sans doute cette personne allait-elle passer son chemin et finir par fuir le silence… Enfin, si seulement cette personne ne cherchait pas à faire des problèmes avec les autres, particulièrement les plus faibles.

*Bon, bon… Elle est toujours là, il me semble…*

Que ce soit elle ou il, soit le sujet préparait un très mauvais coup, soit il n’était pas désireux d’établir un quelconque contact, auquel cas elle trouverait un immense réconfort. La pluie n’avait pas cessé, c’était cela, un réconfort, masquant le silence qui lui pesait assez bien sur la conscience. La présence d’une autre personne lui enlevait toute aisance, cette tranquillité, on venait de lui dérober. Elle ne serait bien sûr pas désagréable, pour ne pas se chercher d’ennuis, elle ne voulait pas de réforme après tout, juste qu’on la laisse. Etre en sixième année ne lui avait pas donné exactement la maturité qu’elle affichait si bien en cours. Elle crispa ses mains et arracha quelques grains d’herbes, ce fut à peine perceptible…

-Euh…

Elle s’était retournée, si subitement, si stupidement, sans précédent, non. Et tout ce qu’elle avait été capable de dire c’était « euuuh ». Heureusement (ou pas) ce fut un si silencieux « euuuh » que la fille qui était juste derrière elle n’avait pu l’entendre. C’était une fille, sérieuse en apparence, froide, presque austère, jolie, une tache rouge, semblait-il, maculait sa joue, des cheveux colorés et sombres, et un teint très pâle, mais pas maladif. Elle semblait juste triste.

*Imperturbable sans doute… Alors je me dois de ne pas perturber son calme… c’est très bien ainsi…*

Elle se le devait, ou elle le voulait, entre les deux, son cœur balançait. Un sarcasme pour elle-même. Elle arborait les couleurs de Gryffondor. Ava sourit pour elle-même à cette vue. Cette joie de vivre n’était pas celle des Gryffondor, cependant, non seulement le Choixpeau avait dû prendre pour habitude de faire d’étranges choix (bien que pour elle, ça ne dut pas être bien étonnant) mais en plus, peut-être marquait-elle son caractère d’un certain talent et d’un courage digne de sa maison. Un courage qu’on ne connaissait pas du tout chez Ava. Ce n’était donc pas le même genre de solitaire que Ava. Existait-il d’ailleurs quelqu’un d’aussi stupidement solitaire dans tout Poudlard. Cela faisait maintenant plusieurs instants qu’Ava avait porté son regard sur la Gryffondor et craignant d’attiser des problèmes, elle se retourna. La pluie ne s’était pas arrêtée. C’était bien ainsi. Un ou deux mots supplémentaires lui échappèrent…

-Après tout, ce parc, tout cela, cette vue, cette nature, ne m’appartiennent pas… Que pourrais je dire si quelqu’un venait troubler mon sommeil ?

*Rien… Et je n’essayerais même pas d’ailleurs…*

-S’il te fallait une cachette, voici, sans doute ne traînerais-je pas…

*De peur de me faire mal…*

-Alors dispose de cet endroit mais sache que si tu l’as trouvé, sans doute, des indésirables, le pourraient aussi…


Dernière édition par Ava Helen Miller le Lun 7 Avr - 16:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un premier Avril sans habitudes   Mar 1 Avr - 17:17

Alex n'avais rien dit ne voulant déranger la tranquillité de cette jeune fille, de plus elle ne semblait pas avoir remarqué sa présence.

*Comme tous*

La jeune fille se retourna vers elle, subitement. A parement elle l'avait remarqué depuis le début mais s'était tue, sûrement par envie de solitude. La jeune fille sourie, au grand étonnement d'Alex, elle ne comprenait pas pourquoi elle souriait sûrement pour ce moqué comme toutes les autres personnes. Mais à la fois ce sourire était différent de celui des autres. La jeune fille devant elle semblais différente des autres. Alex n'avait ni bougé ni parler de crainte d'effrayer la jeune personne par son attitude, qu'elle savait, froide. La jeune fille détourna son regard d'elle au bout d'un certain temps. Combien de temps étaient-elles restées à ce fixé ainsi ?

-Après tout, ce parc, tout cela, cette vue, cette nature, ne m'appartiennent pas... Que pourrais je dire si quelqu'un venait troubler mon sommeil ? fini par dire la jeune fille. S'il te fallait une cachette, voici, sans doute ne traînerais-je pas...

*Je ne cherchais pas spécialement une cachette juste un peu de tranquillité.*

-Alors, dispose de cet endroit mais, sache que si tu l'as trouvé, sans doute, des indésirables, le pourraient aussi...

Alex ne savait que répondre. Elle resta donc silencieuse un moment en réfléchissant. Puis elle aboutie à la conclusion que cette personne ne semblait pas très contente, qu'elle l'ai trouvé.


*Je n'aurais pas dû venir jusqu'ici je ne l'ai que trop dérangé.*

-Je suis désolée je ne voulais pas te déranger. Je ne pensais pas tomber sur quelqu'un avec ce temps. Je ne vais pas te déranger plus longtemps, car ce n'était pas mon intention.

Alex commença à reprendre sa route dans la direction où elle marchait depuis tout à l'heure.


*Même ici je ne suis pas là bienvenue, si seulement je ne m'étais pas loupé la dernière fois, le monde aurait été débarrassé de moi et je n'aurais dérangé plus personne.*
Revenir en haut Aller en bas
Ava Helen Miller



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: ...   Mar 1 Avr - 18:02

Ses paroles furent à peine audibles mais elle en perçut le sens général, elle avait blessé cette jeune fille. C’était à peine croyable. Bon, elle s’était pas mis à pleurer et elle ne semblait pas si bouleversée mais de toute évidence, elle avait mal interprété le sens des mots de Ava. Evidemment, elle n’avait pas été spécialement accueillante et on comprendra que ce n’était pas le but recherché. Cependant, Ava l’avait fait fuir, elle ne savait absolument pas de quelles façons elle avait pris ces mots, mais pas au sens qu’elle désirait. Ava méprisait les fois où ses mots avaient eu un impacte sur les autres. Mais très généralement, c’était parce qu’elle avait peur des autres. Là, c’était différent. Bon, il ne fallait pas rêver, elle n’avait pas eu une bouffée de courage, mais cette fille semblait suffisamment calme et froide pour ne pas se mettre à lui taper dessus (puisque c’est de cela dont elle avait peur). Et à vrai dire, Ava n’avait jamais été inhumaine, elle était plutôt douce et sensible à ce qui touchait le reste du monde, autrement à ce qui la touchait elle-même. Seulement, la peur la pétrifiait et l’emportait bien sur sa sensibilité. Cela paraissait un peu bête comme situation, mais la peur chez une fille comme Ava, comme chez chacun d’ailleurs, avait toute son histoire, et une résolution à la clé, bien plus complexe qu’il pouvait y paraître.

*Bon…*

Elle ramena ses pieds contre elle et se leva brusquement, elle se tourna dans le sens vers lequel la gryffondor avait fui. Elle fit quelque pas précipités et stoppa la marche en s’écriant un petit.

-Hey!!

Décidément, elle le voyait bien, sa façon de dialoguer relevait d’un sens extrême de la bienséance, d’originalité et de phrases tout à fait complètes. « Hey » et « euh » résumaient bien le tout. Elle restait là figée, comme une imbécile, comme la plus parfaite des imbéciles même. Elle regardait la Gryffondor s’en aller espérant qu’elle pourrait rattraper le coup et comme elle ne savait même pas si elle l’avait entendu, avec un peu de témérité, elle se laissa aller à être presque sympathique.

-Leurs « poissons d’avril » sont vraiment pathétiques tu sais, je te conseille même pas d’essayer la confrontation…

*Je le conseillerais d’ailleurs à personne…*

Elle tenta un sourire, assez déroutant, fallait-il croire que elle, cette fille là, cette stupide timide réservée savait faire preuve d’un peu de sympathie, et même tenter d’être drôle. Bon d’accord, c’était peut-être pas drôle, mais c’était une tentative, une vraie de vrai !


Dernière édition par Ava Helen Miller le Lun 7 Avr - 16:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un premier Avril sans habitudes   Mar 1 Avr - 18:51

-Hey!!

Ce petit cri était à peine audible mais, suffisant pour qu'Alex l'entende. Ce petit cri fut suivi par une autre phrase qui la fie se stoppé dans sa marche.

-Leurs « poissons d'avril » sont vraiment pathétiques tu sais, je te conseille même pas d'essayer la confrontation...

Alex se retourna pour regarder son auditrice. Les était simple des cheveux châtains et des yeux bleus clair, le genre de fille qui passe partout. Un petit sourire timide fleurissait sur ses lèvres. Pitoyable tentative de s'excuser.

-Tu n'as aucune raison de chercher à te faire pardonner. Ton état défensif ce ressentait dans ta voix. Je comprends que tu es cherché à t'éloigner de ces casse pied qui font des farces dépourvu d'intérêt à toutes les personnes qui leurs passe sous la main. J'ai eu l'impression de t'avoir dérangé.

La jeune fille n'était pas l'une de ces personnes qui cherchent en vin à faire une quel conque blague pour faire rire les autres.


-C'est sympa de tentait de faire de l'humour mais c'est un peu loupé.

*J'aimerais pouvoir rire et sourire comme elle camouflant mon état dépressif mais, je n'y arrive pas.*

Alex était prête à se défendre verbalement. Elle savait très bien que son attitude froide et directe exaspérait les gens et que ce si finissaient par lui tourner rapidement le dos. Elle les comprenait mais n'arrivait pas pour autant à changer. Tout ce qu'elle voulait c'était en finir, à chaque fois, le plus vite possible, de leurs méchancetés à son égard, même mériter.
Revenir en haut Aller en bas
Ava Helen Miller



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: ...   Mer 2 Avr - 10:50

-Je te remercie de dénigrer mon humour, ça me fait drôlement plaisir…

Désormais les yeux rivés vers le lac, elle rit pour elle-même sur l’ironie de la chose. Elle savait pertinemment bien que question humour elle n’excellerait jamais, mais que l’autre ne lui réponde pas en parfaite hypocrite qu’elle avait l’habitude de rencontrer (des gens qui comme elle n’osait pas dire tout franchement, bien que dans son cas, ce fut de l’hypocrisie presque permanente absolue), elle trouvait ça fort amusant. Non seulement cette gryffondor était froide mais elle ne devait pas avoir si froid aux yeux qu’il n’y paraissait.
La pluie s’abattait depuis…à vrai dire elle ne savait pas trop dire depuis combien de temps. Elle chercha la pendule de Poudlard des yeux, mais elle ne se souvenait pas même à quelle heure elle était sortie, cela devait être tôt dans l’après-midi. Ce vide lui avait procuré un si grand bien qu’elle en avait dû oublier les détails inutiles. Mais ce qui serait utile c’est de ne pas rentrer d’une manière trop tard pour qu’il ne lui arrive aucun malheur ou aucun problème avec le concierge ou encore un de ces sévères préfets.
Ceci lui rappela ce qu’était devenu Poudlard actuellement. Après un drame qu’on tentait en vain d’oublier [j’essaye de m’accorder avec l’histoire du forum ^^], les choses semblaient avoir repris leurs rythmes à Poudlard. Il y avait presque même certaines habitudes naissantes, mais si illusoires, parce que chacun au fond de soi, savait qu’il n’était plus à l’abri de rien. Ava se demandait d’ailleurs bien souvent comment se faisait-il que Poudlard vive encore, que les parents aient remis leurs enfants au château.

*Mais moi j’ai choisi de rester ici…J’ai trop peur du changement…*

La peur… Et pour tant de choses… Ce sujet attisait une certaine mélancolie qu’elle avait pour son propre caractère mais aussi pour les évènements passés. Malgré les élèves revenus – qui affluaient d’ailleurs désormais- le château autrefois rempli de sérénité, aurait-on pu dire, semblait bien vide à ses yeux.
Et que dire de cet étrange personnage qui avait pris les rênes à Poudlard. Un ancien professeur quelque peu excentrique élevé au poste de directeur. Il avait une certaine réputation qui quelque fois, semblait-il, il cherchait à garder. Un peu fou sans doute…
Bien sûr, il était vrai qu’Albus Dumbledore avait bien souvent acquis cette dénomination de fou, mais dans ce cas-ci, on ne pouvait pas vraiment parler du même style de personnage. Ava s’était même mis en tête qu’étant anciennement à Serpentard, il ne pouvait être bien dans son rôle. Il avait dû être à Poudlard, seul, et…s’autoproclamer directeur. Ce qui la troublait quelque part…A quelles manigances avaient-ils donc pu procéder faire pour faire regagner à Poudlard, ses élèves, sa réputation, et même des nouveaux professeurs, avec un profil si peu…sincère ? Et pourquoi alors que tous avaient péri… ? Les questions filèrent et déjà elle se lançait dans une résolution…

*Tu te poses trop de questions, Ava, à toi les ennuis…*

Elle chercha l’horizon, là où liberté et bien d’autres choses attendaient chacun d’eux, elle, mais aussi les autres… Des choses terribles sans doute, terrifiantes. Des personnes peu fréquentables… A Londres, enfin au Ministère mais dans tout le « monde » des sorciers. Le vrai monde, pas celui qui à Poudlard, les préservait. Bien que désormais à Poudlard, comme partout ailleurs, on ne se sente plus préservés de rien.
Les gouttes dégoulinaient sur son visage, habituellement elle aurait déjà passé sa main pour les ôter mais elle semblait, là à l’instant, complètement imperturbable, un peu perdue dans ses pensées. Elle arrêta ses réflexions, se contentant juste de toiser le reste du monde, regroupé en ce splendide paysage. Au bord du monde, au bord de tout, elle était désormais presque proie à chaque mal. Pendue vers ces maux...les frôlant presque. Et revenant à la réalité, elle se recula un peu du bord.

-Tu sais, tu devrais me dire ton nom… Ca pourrait toujours servir…
….
Moi c’est Ava, Ava Miller. Oublie le Helen incrusté, et oublie le Miller d’ailleurs, ce sera juste Ava…Enfin sauf si tu espérais me vouvoyer (ou me surnommer...).

Elle se laissa tomber à terre. Elle ne prenait pas vraiment conscience du fait qu’elle venait de s’asseoir et même de se coucher sur une étendue humide et assez bien boueuse… Mais que dire ? Il était trop tard, le mal était fait, et sur ce fait, elle ne réalisait pas encore. Sans doute regretterait-elle cet écart un peu plus tard.


Dernière édition par Ava Helen Miller le Lun 7 Avr - 16:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un premier Avril sans habitudes   Mer 2 Avr - 19:15

-Je te remercie de dénigrer mon humour, ça me fait drôlement plaisir...

Alex était surprise et un peu prise au dépourvue. Habituellement sont attitude franche et froide lui aurais value un sacret confrontation verbal. Mais là rien, pas la moindre méchanceté ne se lisaient sur le visage, à présent tourné vers l'horizon, de la brune. Au contraire, un magnifique sourire orné maintenant les lèvres de la jeune Serdaigle. Elle fixait l'horizon un point invisible perdu dans c'est pensait.

*J'aurais tout donné pour sourire insouciament comme elle. Tout ça c'est de sa faute.*

Le regard d'Alex se perdit à son tour vers l'horizon du lac. Repensant à la mort de sa mère. Nourrissant encore plus une haine grandissante envers son père. Lui, qui aurait dû être là à la place de sa mère et périr ce jour tragique ou le temps, comme en ce jour, était pluvieux et noir. Lucie était tellement belle, pure et fragile. ça n'aurait jamais dû lui arriver. Un ange ne peut périr comme ça, telle une vermine que l'on écrase sous sa chaussure. Elle était si belle et gentille, un ange descendu du ciel. Combien de fois Alex lui avait demandé si elle n'était pas la fille d'un ange. Lucie répondait toujours avec un sourire doux et rayonnant "C'est mon petit secret".

Il avait finalement qu'un jour pour briser ce miroir de bonheur que Lucie avait fait naitre en elle. Alex savait pertinemment que le plus sage des médicomages ne pourrait jamais guérir cette plaie béante, qui la tuait à petit feu son âme suite à ce jour fataliste.

-Tu sais, tu devrais me dire ton nom... ça pourrait toujours servir...

Cette phrase que la jeune brune venait de prononçait fie sursauté Alex, et s'éloigner un peu ses pâles souvenirs.

-Moi c'est Ava, Ava Miller. Oublie le Helen incrusté, et oublie le Miller d'ailleurs, ce sera juste Ava...Enfin sauf si tu espérais me vouvoyer.

Alex laissa s'écoulait un peu de temps avant de répondre regardant la jeune Ava se laisser tomber dans l'herbe mouillé et boueuse du sol.

-Alex ... Alexandra Moonlight, mais tu peu oublier le nom de famille.

Le silence ce réinstalla entre les deux jeunes filles mais, celui-ci n'était pas dérangeant. Plutôt agréable, contrairement à ce qui avait lieu habituellement suite à la présence de Alex.
La pluie était de plus en plus forte et ne semblais pas vouloir cesser, mais plutôt se renforcer.


-Il vaudrait peut-être mieux que l'on rentre, la pluie ne cessera pas, comme la bêtise humaine. Ça serais dommage d'attraper une maladie à cause de quelques idiots qui ne pensent qu'à faire des blague ne trouve tu pas Ava ?

Alexandra observé Ava ne quittant pas pour autant son regard triste et froid, presque lasse.
Revenir en haut Aller en bas
Ava Helen Miller



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: ...   Jeu 3 Avr - 11:10

-Mmmmh… ?

Déconcertée et définitivement ôtée de ses obscures pensées, elle se releva quelque peu ignorant la boue, dans sa tête, il n’y avait rien d’autre que de l’herbe. Et ces paisibles instants passaient comme sans pluie, sans rien. Un temps frais dont elle ne souffrait pas. C’était agréable. Bien qu’elle n’en soit pas encore à jouer dans la boue. Appuyée sur ses coudes, dégoulinant de partout, ne ressentant pas même la pluie qui prenait des airs de giboulées, frappant les joues, les mains, les jambes, tout… Ne laissant au hasard aucune partie du corps non protégée. Alexandra semblait vouloir rentrer. Pendant les premiers instants, elle ne réalisa pas vraiment. Elle était dans ces instants où on était égoïste sans le vouloir vraiment, on pensait plus à ses problèmes, à ses questions qu’à une personne qui est là à attendre.

Enfin, elle finit par réaliser qu’elle s’était un peu trop égarée et elle sourit à Alexandra, qui à vrai dire, depuis le début ne lui avait pas rendu un seul de ceux-ci. Cependant, ne connaissant que trop bien le sentiment d’incapacité de se montrer aimable, souriante, humaine, elle ne lui en tenait pas rigueur.
C’est ainsi qu’elle finit par se lever, l’air de rien, plus mouillée et dégoulinante que jamais… Un lavage ne suffirait pas pour la rendre fraîche, c’était sûr. Elle jeta un regard ultime au lac, comme si c’était le dernier de sa vie, quittant alors cet instant béni, cette quiétude qu’elle aima tant consumer. Et d’un pas peu sûr elle s’éloigna de sa cachette, sans doute Alex la suivrait. Le château devait être à plus d’une dizaine de minutes, et avec une telle intempérie, le retour n’en serait que plus long. Elle commençait à ressentir le mal, l’humidité, la saleté qui la dérangeait, désormais sortie de sa bulle, elle ne se sentait plus en sécurité, c’était bien fini. Mais elle n’en voulut pas à Alex de lui avoir rappelé l’appel de Poudlard, du chaud, du douillet, mais pourtant… Enfin, au moins là, elles ne seraient pas en retard par rapport aux heures permises, elles n’auraient pas de problèmes. Elle pouvait remercier Alex.

Toutefois, elle avançait lentement, peu sûrement, silencieuse et cela depuis déjà quelques minutes, songeant à ce qui l’attendait. Peu pressée, ne se précipitant décidément pas. Les bras croisés, se frictionnant pour se réchauffer comme elle le pouvait. Elle tournait la tête de temps en temps mais sans jamais regarder droit devant elle. Elle ne voulait pas voir le château et ce qui l’y attendait. La présence des autres la perturbait décidément… Le château pourtant encore si loin, et le reste si proche, comme la forêt interdite…A belle proximité des deux élèves remontant vers leur château.
Elle ne l’avait pas encore remarqué, mais bien que l’été approchant à grand pas, un ciel sombre, le même que celui de quelques instants plus tôt, mais plus couvert encore…

Sûrement dû au fait que le soleil n’était plus aussi haut. De toute façon, elle n’avait plus vu de soleil, et elle ne s’en sentait pas plus ennuyée…
C’était juste…que ce silence…que ce froid…que ce vent…bourdonnant à ses oreilles. Ses joues avaient bien rougi, peintes par ce froid hostile aux sensibles personnes. Elle ne put retenir ce frisson la traversant toute entièrement, cette peur qui la prenait progressant en elle comme le poison dans les veines, prenant plus en plus de place jusqu’à en devenir une obsession. Quelque chose clochait, mais quoi ? Une présence ou seulement le temps ? Une nouvelle présence ou seulement ses illusions ? Plusieurs nouvelles présences…? Ce fut net et elle ne s’y attendit pas, elle se sentit subitement projetée loin en arrière, un coup douloureux, mais de quelle provenance ?


-Alexandra !

Elle était désormais plus loin encore de Poudlard, elle ne voyait pas la jeune fille qu’elle avait appelée. Sa vue était brouillée, son rythme cardiaque croissant, elle ne se sentait plus. Effrayée, terrorisée, et maintenant tétanisée par ce choc douloureux. Elle était à terre, elle sentait ses tremblements, ses spasmes violents, elle ne se sentait plus, elle se sentait partir. Mais alors… ce furent d’autres tremblements qui vinrent empêcher son éloignement de la réalité. Non, elles n’étaient plus seules dans le parc. Et qui… ? Qui était là ?

-Qui est là ?

Tenta-t-elle de crier d’une terreur affolante. Elle ne voyait rien, tout était noir. Ou alors c’était qu’elle ne voulait plus voir, elle avait fermé les yeux… Elle sentait la mort, la charogne, quelle était cette horreur ?
Aucune réponse à son appel, ce n’était pas un élève. Les tremblements s’approchaient, et ils étaient tout autres que les siens, ils approchaient, plus, toujours plus… De toute évidence, ils venaient à elles.
Tout, ses réflexes, sa maîtrise, tout était perdu. Elle parvint à sortir sa baguette mais ce serait dans le vide qu’elle tirerait et à vrai dire, elle ne connaissait plus ses formules, la peur la retenait. Elle ne savait que faire et elle ne saurait dire un mot. Elle voulait regagner le château mais comment… ? Les tremblements continuaient. Ils étaient là, juste à côté. En une poussée de force elle se projeta comme elle le put sur ses jambes et se mit en courir mais dans un sens dont elle ne connaissait la direction. Elle se perdait sans sa peur et dans le parc, pour peut-être aller vers plus mal.

Elle parvint à ouvrir les yeux, ils lui dévoilèrent peu de choses, les larmes coulaient et la pluie n’arrangeait rien. Elle regrettait tant d’avoir traîné désormais…
Elle se frotta les yeux, cherchant solution, elle vit de l’herbe, des arbres, à perte de vue, mais rien d’autre, même pas Alex mais où était-elle ? Elle se retourna, Poudlard… Elle avait bien couru dans le mauvais sens, s’éloignant de tout. A ses larmes, s’ajouta un horrible sentiment de mal-être, la sueur lui venait de partout, sur son front mais aussi dans son cou et sur tout son corps à vrai dire. Elle était perdue…

*Qu’est ce que je fais ???*

Quelqu’un ou quelque chose, et c’était d’ailleurs plus probablement le cas l’avait attaqué. Et ce quelque chose, elle le sentait, était toujours là, mais où ? Sa vue bien que troublée ne la trompait pas, rien à perte vue…Qu’était-ce pour un maléfice ? Elle n’en savait que trop rien, mais elle se lança vite dans une course car encore et ayant bien trop peur de découvrir ce qu’il en était en se retournant, quelque chose lui courait derrière. Ils étaient plusieurs, elle en était certaine désormais. Une nouvelle douleur s’ajouta à tous ses maux musculaires, comme si on lui arrachait la peau… Et en fait, elle ne devait pas être aussi loin de la réalité. Elle tenait sa baguette en main mais sans savoir que faire. Elle n’y arrivait pas…

Elle tomba à nouveau lourdement au sol, et cette fois plus que sanglotante et boueuse, trempée, sanglante…Et c’était du sien dont elle était couverte, une terrible douleur à la jambe la saisit, elle ne pouvait pas le supporter. Elle voulut bouger, mais elle ne sut se relever, pas toute seule… Elle en était trop incapable, la douleur croissante, le sang coulant, et l’horrible chose devant toujours être aussi proche, elle se traînait…mais sans plus en pouvoir. Elle se servait de tout ce qu’elle pouvait, s’accrochant à l’herbe qui se détachait de la terre, les doigts s’incrustant dans la boue trop glissante, se traînant comme elle le pouvait. Avec une telle souffrance et de telles gémissements qu’on aurait pu parler d’agonie… c’était trop.


Dernière édition par Ava Helen Miller le Lun 7 Avr - 16:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un premier Avril sans habitudes   Sam 5 Avr - 20:55

Ava se trouvait là à ses pieds ne semblant pas vouloir rentrer pour le moment la jeune brune ne s'était qu'à peine relevais suite à sa proposition. Alex pouvait comprendre, ce n'était pas très drôle de rentrer, sachant ce qui se passé dans le châteaux ce jour même. Mais la pluie qui redoublait, accompagné du froid qui s'installait, suite à la tombée de la nuit, ne pouvait que fortifier sont envie de rentrer se mettre à l'abri.

Ava était toujours assise par terre plongé dans une sorte de rêverie qu'elle ne semblait pas vouloir quitter. Elle finit tout de même par réagir et lui adressa un sourire, ce leva, jeta un regard vers le lac, puis elle commença a se diriger vers le château d'un pas lent et peu assuré. Alexandra la suivit un peu en retrait ayant l'impression qu'Ava avait besoin d'un peu de solitude. Alex comprenait ce genre de réaction à près tout elle était un peu pareille. Cherchant de la solitude pour pouvoir repensait aux souvenirs du passé et se morfondre en paix. Alex remarqua qu'Ava tremblait, surement commençait-elle a ressentir le froid de la pluie. Il valait effectivement mieux rentré à ce rythme elles n'allaient pas tarder à attraper une cochonnerie, si ce n'était pas déjà fait.

Alex coupa court à cette observation ayant vu quelque chose bouger en direction de la forêt interdite. Elle tourna la tête et ce stoppa. De grandes créatures ayant l'aspes qu'un chevale à tête de dragon, dont dans le dos on pouvait voir de grandes ailes sortir, sortaient de la forêt et ce dirigé dans leurs directions.


-Des Sombrales, on ne devrait pas risquer grand-chose ce sont des créatures pacifiques, quoi que leurs apparences pourraient supposer le contraire

Les Sombras s'avançaient bien vers elle, mais quelque chose n'allait pas ils ne semblaient pas si pacifique que ça remarqua t-elle. Alex fronça les sourcils en en voyant un, approchait un peu trop près d'elle. Par précaution elle sortie sa baguette et de son regard fit rapidement un tour d'horizon. Personne ne pourait les aidées si un problème survenait, de plus le château était tout de même un peu loin.

Alex entendit un choque violent un peu plus loin devant elle.


-Alexandra !

Alex tourna la tête vers la voix pour repérer Ava et la vit entourée par deux autres Sombrales. Elle voulut allez la rejoindre mais, fut arrêté dans sa course par l'un d'entre eux. Alex esquiva de peu la morsure de celui-ci.

*C'est quoi ce bordel*

Elle fronça les sourcils en entendant la voix terrorisée d'Ava. Elle venait de crier un « Qui est là ? » bien distinctement. Les Sombrales commençait à ce rapprochait dangereusement d'elle, ce qui semblait la faire encore plus paniqué.

*Qu'elle formule pourrais-je utilisé dans un cas pareil ? Il faut que je trouve vite quelque chose.*

Ava ce relevant d'un coup subitement et se mie a en direction opposait à Poudlard.

*Mais qu'est-ce qu'elle fout. Merde ! Elle va vers la forêt il faut la stopper au plus vite ça serait encore pire. *

Alex tenta de faire un pas, dans sa direction, mais fut encore stoppé par le Sombrale.

-Décidément, tu commences sérieusement à m'énerver mon gros.

Elle tendit sa baguette vers lui et récita son incantation, espérant de tout coeur que ça le déstabilise suffisamment pour lui de rejoindre Ava au plus vite. Elle lança un sort que Croche-Pied sur le Sombrale qui perdue l'équilibre et s'effondra sur le côté. Elle se mie à courir dans la direction ou Ava c'était dirigé un peu plus tôt et la découvrit, plus loin, par terre encerclé par les deux autres Sombrales qui s'attaquaient à elle, en la mordant.

-Expulsio

Une vague d'énergie propulsa l'une des créatures un peu plus loin de Ava permettant à Alex de l'atteindre. Elle l'attrapa et la releva en ne lâchant pas sa baguette.

-Vite il faut retourner à Poudlard on sera en sécurité. Impedimentum !

Ce sort figea les Sombrales sur place.

-Je doute fort que ce sortilège dure longtemps.

Ale passa un des bras de Ava au-dessus de son épaule et le sien au niveau de ses Hanches pour la soutenir et l'aidé, du mieux qu'elle le pouvait à ce relevais.

On est trop loin de Poudlard vu son état on y arrivera pas. La maison de Hagrid. Je pense que c'est notre seul chance.

Elles commencèrent à ce dirigé vers la cabane le plus vite que l'état de Ava pouvait le leurs permettaient. Ava perdait beaucoup de sang et Alex se demandait si elle tiendrait le coup encore longtemps. Heureusement la cabane n'était pas loin mais, leurs course était lente. Y arriveraient t-elle avant que les Sombrages ne soient libérés de son sortilège.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un premier Avril sans habitudes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un premier Avril sans habitudes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark Wizardry :: Autour du Château :: Lac-
Sauter vers: